Tag Archive for Isabelle Huppert

« La Daronne », un film de Jean-Paul Salomé

À Madiana. Voir les horaires sur le site..
Avec Isabelle Huppert, Hippolyte Girardot, Farida Ouchani
Nationalité Français
9 septembre 2020 / 1h 46min / Policier, Comédie

Synopsis :
Patience Portefeux est interprète judiciaire franco-arabe, spécialisée dans les écoutes téléphoniques pour la brigade des Stups. Lors d’une enquête, elle découvre que l’un des trafiquants n’est autre que le fils de l’infirmière dévouée qui s’occupe de sa mère. Elle décide alors de le couvrir et se retrouve à la tête d’un immense trafic ; cette nouvelle venue dans le milieu du deal est surnommée par ses collègues policiers « La Daronne ».

La presse en parle :

20 Minutes par Caroline Vié
Isabelle Huppert est tordante.

Closer par La Rédaction
Huppert se lâche dans la peau de Patience (…). Comme quoi l’actrice réfrigérante peut faire rire.

Dernières Nouvelles d’Alsace par Nathalie Chifflet
La farce, avec ses énormités, ses personnages clichés (les Chinois, les Arabes), ses coupables facilités, est tirée vers le haut par l’incroyable talent comique d’Isabelle Huppert.

Femme Actuelle par Amélie Cordonnier
Un divertissement grand public de qualité, avec quelques scènes mémorables.

Lire Plus =>

« Médée », d’Euripide, m.e.s. de Jacques Lasalle avec Isabelle Huppert, Jean-Quentin Chatelin, Emmanuelle Riva….

À voir sur Arte Concert la superbe captation de Don Kent

En 2001, ARTE diffusait le « Médée » créé l’été précédent à Avignon par Jacques Lassalle. Pendant cinq soirs, le réalisateur Don Kent a joué dans la cour d’honneur avec le vent, les rires et les larmes, pour restituer en gros plan l’émotion du théâtre.
« Médée » d’Euripide au Festival d’Avignon (2000). Amours, délices et vertiges.

En 2000, Don Kent se glissait dans la cour du Palais des Papes pendant cinq représentations pour capter la mise en scène en plein air imaginée par Jacques Lassalle. Transformé en vaste étendue d’eau, avec barque et ponton de bois, bordé par un tumulus de terre où l’on distingue le seuil d’une grotte, le plateau permet une scénographie originale où les mouvements gagnent en liberté et l’intime en intensité. Grâce à une étroite collaboration avec Jacques Lassalle, Don Kent parvient à transposer parfaitement la gestuelle tragique des acteurs, la tension et l’incertitude des situations. Usant de lents travellings – notamment pour les entrées en barque des personnages –, alternant plans d’ensemble et gros plans, jouant des reflets de l’eau sur le décor, des éclairages et du vent, le réalisateur saisit toute la profondeur de la mise en scène, servie par une Isabelle Huppert remarquable.

Lire Plus =>

RCM – Trois films de la sélection officielle, Cannes 2016 : « Ma Loute », « Elle » et « The Neon Demon »

— Par Selim Lander —

Ma LouteLes RCM sont l’occasion de découvrir quelques films présentés à Cannes. On a dit ici tout le bien qu’on pensait de Paulina, couronné par la Semaine de la critique. Les cinéphiles trouveront moins leur compte avec la sélection officielle (ce qui est souvent le cas mais particulièrement ici).

Ma Loute, de Bruno Dumont a divisé la critique. Il est vrai que B. Dumont est un cinéaste atypique (les anciens spectateurs du cinéma d’art et essai se souviennent de La Vie de Jésus, 1997) qui ne laisse pas indifférent. Ma Loute est dans la même veine que sa série télévisée, Petit Quinquin – qu’on a pu voir ici sur la TNT en clair. S’il s’agit à nouveau d’un portrait sans aucune concession, le sujet a changé : des paysans du nord aujourd’hui, on est passé à la Belle Époque et à la bourgeoisie en villégiature au bord de la mer. Portrait sans concession ou plutôt caricature non seulement des bourgeois mais tout autant des autres personnages qui tournent autour : une famille de pêcheurs et quelques policiers.

Lire Plus =>