Tag Archive for Dulamjav Enkhtaivan

« La femme des steppes, le flic et l’œuf », un film de Quanan Wang

Mardi 13/10/20 à 18h30 Mercredi 14/10/20 à 20h Salle Frantz Fanon

Avec Dulamjav Enkhtaivan, Aorigeletu, Norovsambuu Batmunkh
Nationalité Mongol
19 août 2020 / 1h 40min / Comédie, Policier

Synopsis :
Le corps d’une femme est retrouvé au milieu de la steppe mongole. Un policier novice est désigné pour monter la garde sur les lieux du crime. Dans cette région sauvage, une jeune bergère, malicieuse et indépendante, vient l’aider à se protéger du froid et des loups. Le lendemain matin, l’enquête suit son cours, la bergère retourne à sa vie libre mais quelque chose aura changé.

La presse en parle :
Ouest France par Thierry Chèze
Quand une jeune bergère malicieuse vient donner un coup de main au policier novice chargé de retrouver le coupable, ce film bascule dans une fable surréaliste. Menée à un train de sénateur, parfois ennuyeuse, elle est superbement filmée qu’elle remporte quand même la mise.

Lire Plus =>

« La Femme des steppes, le flic et l’œuf », un film de Quanan Wang

Sortie en salles le 19 août 2020

Avec Dulamjav Enkhtaivan, Aorigeletu, Norovsambuu Batmunkh
Nationalité Mongol
19 août 2020 / 1h 40min / Comédie, Policier

Synopsis :
Le corps d’une femme est retrouvé au milieu de la steppe mongole. Un policier novice est désigné pour monter la garde sur les lieux du crime. Dans cette région sauvage, une jeune bergère, malicieuse et indépendante, vient l’aider à se protéger du froid et des loups. Le lendemain matin, l’enquête suit son cours, la bergère retourne à sa vie libre mais quelque chose aura changé.

La presse en parle :

Le Monde :
Divine idylle entre une bergère mongole et un policier. Le film de Wang Quan’an est moins un polar qu’une fable sur la force vitale. Le film a cette beauté spontanée des œuvres qui s’inventent dans le déplacement, par contact avec des espaces, des mœurs, des conceptions qui la dépassent. En atteste une mise en scène qui se réinvente sans cesse.

Sens critique :
Habitué de la Berlinale, où il a décroché l’Ours d’Or avec Le mariage de Tuya, Wang Quan’an y est revenu l’an dernier avec La femme des steppes, le flic et l’œuf (Öndög), chronique mongole qui fait toucher du doigt l’insoutenable infinitude de l’horizon et, partant, notre dérisoire condition humaine, à nous, les descendants des dinosaures.

Lire Plus =>