Tag Archive for DAOUÏA

« Habiter » : Michèle Arretche expose.

Résidence Chanteclerc du 21 au 29 avril 2018

— Par Daouïa —

« Habiter », titre évocateur, aux Antilles, de l’habitation aux échos sombres, peut sonner de nos jours comme chaleureux, accueillant, lieu cocon des familles. « Habiter » serait alors un constat, un fait : « Je suis là où je vis, je suis d’où je vis ». Mon identité est martiniquaise quelles que soient mes racines autres officielles. « Habiter » serait donc un nom commun. Une affirmation. Une évidence, indiscutable. De fait Michèle e est empreinte, pétrie du pays choisi, son esprit en est modelé au point que son exposition eût pu s’appeler « Habitée » !
Mais « Habiter » est surtout un verbe, fonctionne ici comme tel, en appelle d’autres et invite à l’action. « Habiter » ou exister, affirmer, s’imposer…ou s’installer, poser ses valises…ou encore vivre envers et contre tout, contre tous ? L’infinitif a valeur impérative : à quoi l’artiste nous enjoint-elle ?

A la villa Chanteclerc, du 21 au 29 avril 2018, Michèle Arretche nous invite à voir une exposition rétrospective/ prospective des différentes facettes de son œuvre : des toiles, des aquarelles bien sûr, mais aussi des photographies et des objets pour lesquels elle est moins connue et que beaucoup découvriront ou reverront avec plaisir.

Lire Plus =>

« L’Esclave » à la Bibliothèque Schoelcher

Mardi 12 mai 2015 à 18 h 30

Affiche bib SchoelcherQue sera la France dans un siècle ? L’Esclave brosse un futur possible, même s’il n’est certainement pas le plus souhaitable. L’auteur tire trois fils à partir du présent : la crise écologique, l’affaiblissement des nations occidentales, la montée de l’intégrisme religieux et du djihadisme. Cependant l’Esclave n’est pas qu’un exercice de futurologie. Les personnages sont des êtres de chair et de passions : il y a des sages et des fous, des sincères et des fourbes, des amoureux, des jaloux, des rancuniers, des orgueilleux, des cruels et des saints. Une lignée de femmes fortes traverse le récit, depuis l’époque actuelle jusqu’au dénouement de cette histoire.

Un roman, trois époques. 2009 – Une idylle se noue entre Michel, professeur de philosophie à l’université d’Aix-en-Provence et Colette, une de ses étudiantes. 2081 – Michel vient de mourir, Colette se remémore leur brève aventure, tout en observant la montée des périls qui menacent une Europe en pleine décadence.

Lire Plus =>

« WOUJ », le vernissage.

du 04 au 21 février 2015

 wouj— Par DEGE —

Fraises en fraisiers ou en jus. Tomates en fruits cuits ou crus, en carpaccio… le buffet du PABE (parsemé de tâches vertes complémentaires), cette fois encore, a flatté yeux et papilles. Mais c’est son exposition de photographies qui est un régal de fraîcheur, de diversités et d’originalités.
Huit propositions différentes, moins d’une trentaine au total, qui nous font voyager aux pays de l’abstraction, du figuratif, du surnaturel ; de la mangrove à l’art de rue ; de Paris à Cuba, sans oublier notre île, le carnaval. Huit sensibilités et  interprétations des émotions évocatrices du rouge qui invitent grands et petits, particuliers et collectivités à s’interroger avec plaisir sur les siennes… et à en trouver d’autres !

La plupart des photographies sont accompagnées d’un texte et chaque photographe s’est appliqué à donner un titre à l’ensemble de ce qu’il a choisi d’exposer. Ce qui marque le soin, pour ne pas dire le respect à son public que ce groupe manifeste à chacune de ses expositions.

Lire Plus =>