Tag Archive for Bruno Dumont

« Jeanne », un film de Bruno Dumont

Bientôt en Martinique?

Date de sortie 11 septembre 2019 (2h 18min)
De Bruno Dumont
Avec Lise Leplat Prudhomme, Fabrice Luchini, Annick Lavieville
Genres Drame, Historique
Nationalité Français

Synopsis :
Année 1429. La Guerre de Cent Ans fait rage. Jeanne, investie d’une mission guerrière et spirituelle, délivre la ville d’Orléans et remet le Dauphin sur le trône de France. Elle part ensuite livrer bataille à Paris où elle subit sa première défaite.
Emprisonnée à Compiègne par les Bourguignons, elle est livrée aux Anglais.
S’ouvre alors son procès à Rouen, mené par Pierre Cauchon qui cherche à lui ôter toute crédibilité.
Fidèle à sa mission et refusant de reconnaître les accusations de sorcellerie diligentées contre elle, Jeanne est condamnée au bûcher pour hérésie.

La presse en parle :
Cahiers du Cinéma par Stéphane du Mesnildot
Plus que jamais le cinéma de Dumont s’affirme comme cette langue étrangère inouïe à l’intérieur du cinéma français.

Sud Ouest par Sophie Avon
C’est aussi singulier que puissant.

20 Minutes par Caroline Vié
Le public pousse un soupir de surprise charmée au moment de l’apparition de Christophe, un moment de grâce visuelle et musicale dans la cathédrale d’Amiens.

Lire Plus =>

RCM – Trois films de la sélection officielle, Cannes 2016 : « Ma Loute », « Elle » et « The Neon Demon »

— Par Selim Lander —

Ma LouteLes RCM sont l’occasion de découvrir quelques films présentés à Cannes. On a dit ici tout le bien qu’on pensait de Paulina, couronné par la Semaine de la critique. Les cinéphiles trouveront moins leur compte avec la sélection officielle (ce qui est souvent le cas mais particulièrement ici).

Ma Loute, de Bruno Dumont a divisé la critique. Il est vrai que B. Dumont est un cinéaste atypique (les anciens spectateurs du cinéma d’art et essai se souviennent de La Vie de Jésus, 1997) qui ne laisse pas indifférent. Ma Loute est dans la même veine que sa série télévisée, Petit Quinquin – qu’on a pu voir ici sur la TNT en clair. S’il s’agit à nouveau d’un portrait sans aucune concession, le sujet a changé : des paysans du nord aujourd’hui, on est passé à la Belle Époque et à la bourgeoisie en villégiature au bord de la mer. Portrait sans concession ou plutôt caricature non seulement des bourgeois mais tout autant des autres personnages qui tournent autour : une famille de pêcheurs et quelques policiers.

Lire Plus =>