Soutien à Luc Reinette

— Communiqué de l’UPLG —

L’UPLG apporte son soutien au dirigeant de FKNG ! Luc Reinette, inquiété par la justice française par rapport à son appel à la jeunesse pour la défense des intérêts guadeloupéens et l’opposition à l’envahissement.
L’UPLG partage l’inquiétude exprimée par Luc Reinette sur les menaces qui pèsent sur notre pays. Les nombreuses attaques contre nos mœurs et coutumes confirment à quel point la Gwadloup est en danger.
L’UPLG appelle ses militants et sympathisants à s’associer à toutes les forces anticolonialistes et progressistes qui s’opposent à cette tentative d’intimidation contre le mouvement patriotique et anticolonialiste guadeloupéen.
A travers cette attaque contre Luc Reinette et le silence de plomb dans l’affaire Claude Jean-Pierre, ce Déhaisien qui a perdu la vie suite à un contrôle routier des forces de gendarmerie, la justice coloniale nous montre qu’elle n’est pas là pour nous rendre justice.
Tous ensemble mobilisons-nous aux côtés de Luc Reinette et de son organisation pour exiger l’arrêt de toute poursuite et la fin de toute tentative de bâillonnement de notre liberté d’expression.

Le secrétaire général de l’UPLG
Gaston SAMUT
Haine raciale ou liberté d’expression ? Vague de soutien envers Luc Reinette, convoqué par la gendarmerie, ce jeudi

Large mobilisation en soutien à Luc Reinette, depuis hier. Des parlementaires, élus, partis politiques et syndicats dénoncent unanimement la convocation du militant nationaliste, par la gendarmerie. Une enquête pour haine raciale, quand les Guadeloupéens évoquent un discours de responsabilité.

Luc Reinette est convoqué, jeudi 18 février 2021, à 8h30, au Morne Miquel, dans les locaux de la gendarmerie nationale, après avoir adressé un “Message à la jeunesse de la Guadeloupe”, appelée à prendre son avenir en main. Cette tribune, datant du 21 octobre 2020, a été publiée sur le site Internet d’information Caraïb Créole News.
Le texte du militant indépendantiste serait jugé contraire à la loi, car soupçonné d’inciter “à la haine ou la violence envers un groupe d’individus, du fait de leur origine”.

Depuis, cette convocation a été rendue publique et les soutiens à Luc Reinette se multiplient. Ils émanent tant de groupes nationalistes, que de partis, d’élus locaux et de parlementaires, qu’ils partagent son positionnement politique ou pas.

Tous défendent la liberté d’expression et, parfois aussi, dénoncent un intolérable “deux poids deux mesures”, dans les diverses affaires de racismes, qui ont alimenté l’actualité de l’archipel, ces derniers jours.
Les élus ont aussi insisté sur la nécessité d’un retour à l’apaisement.

Le texte controversé
Se disant au crépuscule de sa vie et dans la situation actuelle de la Guadeloupe, Luc Reinette jugeait nécessaire de s’adresser à la jeunesse guadeloupéenne. D’où sa déclaration du 21 octobre dernier. Il écrit notamment :

Oui, j’affirme à la face du monde que les français sont des étrangers
, qui se sont imposés ici comme dans leurs Colonies d’Afrique, d’Asie et d’Amérique par le meurtre, l‘assassinat, le sang, la déportation, le viol, la mise en esclavage, la torture et le travail forcé. C’est l’exacte vérité que nul ne peut contester. Ces gens-là, ces occidentaux qui rusent en permanence ne sont pas nos amis, qui considèrent notre Pays comme leur bien, comme leur possession. Cessons d’être naïfs !

Luc Reinette – extrait article du CCN (21 octobre 2020).

L’homme, indépendantistes historique, interpelle la jeunesse et lui intime d’endosser un rôle de libérateur :

(…) Vous dont la mission est d’arracher la liberté de votre Pays et de votre Peuple, quel qu’en soit le prix (…)

Luc Reinette – extrait article du CCN (21 octobre 2020).

C’est donc cette déclaration politique que la justice pourrait réprimander.

Lire Plus=> Francetvinfo.fr