Scholastique Mukasonga, Renaudot surprise pour un cri contre l’oubli


  La rwandaise Scholastique Mukasonga, écrivaine rescapée du massacre des Tutsis, a été couronnée mercredi par le prix Renaudot pour “Notre-Dame du Nil” (Gallimard), a annoncé le jury. (c) Afp

PARIS (AFP) – La Rwandaise d’origine tutsi Scholastique Mukasonga, hantée par le spectre du génocide de 1994 où périt sa famille, a reçu mercredi un Renaudot surprise pour son implacable “Notre-Dame du Nil” (Gallimard), devenant le cinquième auteur africain lauréat de ce prix convoité.

La romancière d’expression française figurait dans la sélection de printemps du Renaudot mais avait été écartée par la suite. Elle a obtenu 6 voix au 10e tour de scrutin. Valessis Alexakis et Philippe Djian, absent lui aussi des finalistes, ont aussi obtenu des suffrages.

Née en 1956, Scholastique connaît dès l’enfance les persécutions et les humiliations des conflits ethniques qui agitent son pays. Sa famille est déplacée dans une région insalubre. En 1973, elle s’exile au Burundi puis en France en 1992, deux ans avant le début des massacres qui ont ensanglanté son pays.

Près de 30 membres de sa famille, dont sa mère, ont été assassinés en 1994.

L’auteure a créé une association d’aide aux orphelins après le génocide des Tutsis. Retournée au Rwanda en 2004, elle est aujourd’hui assistante sociale en Normandie.

“Scholastique a cru à une blague quand je lui ai annoncé la nouvelle au téléphone”, raconte à l’AFP son éditeur Antoine Gallimard, précisant que son livre avait été vendu jusqu’ici à 4.000 exemplaires. Le PDG de Gallimard lui a dit de “sauter tout de suite dans un train”. Elle devait arriver à Paris en fin de journée.

Sorti en avril, le roman a pour cadre un lycée rwandais de jeunes filles de bonne famille, “Notre-Dame du Nil”, perché sur une crête escarpée, loin des tentations de la capitale, près des sources du grand fleuve égyptien.

En quête du paradis perdu, mais aux portes de l’enfer, l’auteure a choisi ce microcosme pour revisiter les prémices de la tragédie rwandaise.

Lire la suite sur Le NouvelObse

Lire la critique du Monde : Scholastique Mukasonga : avant le génocide