Roger Bellemare : progressiste, syndicaliste, féministe….

Après la mort de Roger Bellemare, beaucoup de ses élèves, ses collègues, ses camarades syndicaux et politiques lui ont rendu hommage.

Je voudrais les remercier tous et toutes et ajouter à leurs témoignages que Roger était soucieux avant tout de l’émancipation des peuples opprimés et des classes exploitées. S’il a fait du syndicalisme, c’était, bien sûr, parce qu’indigné par la situation des Maîtres Auxiliaires, taillables, corvéables et déplaçables à merci, mais c’est surtout aussi avec l’espoir d’entraîner les enseignants martiniquais dans la solidarité avec les autres travailleurs de leur pays.

Par ailleurs, un aspect de sa pensée et de son action a été souvent passé sous silence, même par lui, ce sont ses profondes convictions pro-féministes. Élevé, avec ses cinq frères, par une femme deux fois veuve, extrêmement courageuse et dynamique, il a toujours eu un grand respect des femmes. Plus tard, même quand il a commencé à douter un peu de ses contemporains, à se dire, comme beaucoup d’entre nous, que la révolution ne serait peut-être pas pour tout de suite, il a toujours exprimé beaucoup d’admiration pour cette éclosion dans notre pays de jeunes femmes universitaires, artistes… et c’est d’elles surtout qu’il espérait un renouveau pour la Martinique ! Son féminisme, il l’a exprimé aussi pendant toute notre vie commune en soutenant et en facilitant mon propre militantisme.

Enfin, en 1981, nous étions quelques jeunes femmes à préparer un Rassemblement des Femmes Communistes, et nous avions créé pour cela une rubrique dans Justice. Il avait alors écrit un article que nous les femmes avions trouvé très beau, tandis que certains le trouvaient peut-être un peu trop… conciliant envers les positions féministes !

Voici cet article que j’ai choisi de faire publier tel qu’il a été écrit. Certes, son langage date un peu (il a près de 40 ans !) et il peut sembler aussi d’un optimisme outrancier, mais rappelons-nous que, malgré quelques couacs funèbres, la décennie 1970-1980 pouvait paraître pleine de promesses pour la lutte des peuples. C’était celle de la révolution des Œillets au Portugal et puis celle de l’effondrement des colonels en Grèce ; du régime franquiste, en Espagne ; enfin, de la dictature somoziste, au Nicaragua…

Bref, voici l’article. Il me semble que les idées qui y sont développées sont à la fois d’avant-garde pour l’époque et d’une grande actualité pour aujourd’hui.

Huguette Emmanuel Bellemare

*****

***

*

Je ne veux pas être un colonisateur
ou
Les Réflexions d’un communiste à propos du féminisme.

— Par Roger Bellemare —
J’ai suivi avec intérêt la tribune « Femmes en lutte » de Justice et je voudrais donner ici l’état actuel de ma réflexion sur ce que je crois être l’enjeu de la politique du Parti Communiste vis à vis des femmes.
Il est évident que notre société fait un sort différent aux femmes sous prétexte qu’elles sont différentes. Il est évident aussi que ce sort dif­férent est un sort inférieur alors qu’aucun d’entre nous ne peut plus oser affirmer que les femmes sont inférieures aux hommes dans quelque domaine que ce soit. Les femmes ont pris conscience de cette injus­tice et un certain nombre d’entre elles ont décidé de la nécessité d’une lutte spécifique des femmes pour leur libération : c’est ce que l’on appelle le féminisme.
Que nous disent ces femmes ? Elles sont d’accord pour la participation de la femme à la lutte de libération nationale et sociale mais à condition que le Parti n’entende pas « utilisation de la femme pour » la lutte de libération nationale et sociale. À condition que cette participation se fasse à partir des revendi­cations propres des femmes.
Ces propositions ne laissent pas de nous inquié­ter, nous hommes communistes : quelles « revendications propres » ? De toute façon, la libération nationale et sociale n’amènera-t-elle pas la libération de « tous les hommes » donc des femmes ?
Pas d’accord, disent-elles, la libération nationale et sociale améliorera les conditions de la lutte des femmes, mais n’apportera pas la libération des femmes elle-même. De plus, ajoutent-elles, la lutte de libération de la femme ne peut attendre la libération nationale et sociale, elle doit commencer immédiatement.
Alors là, nous ne suivons plus du tout et nous sommes prêts à condamner les « excès du féminisme » qui, dressant les femmes contre les hommes, détournent ces dernières du marxisme, occultent l’intérêt national, divisent les rangs du prolétariat et des patriotes.
Condamner ? Il faut réfléchir… avant.
Nous avons déjà condamné des diviseurs, sou­vent avec raison, d’autres fois, nous l’avons regretté. Nous ne sommes plus de ceux qui condamnent la violence « d’où qu’elle vienne ». Alors ?
Quel est l’enjeu de la lutte de libération des femmes ? Ce qui me semble le plus important à moi, homme communiste, c’est que la femme a encore à apporter à l’humanité tout entière une dimension nouvelle : la féminité. Non pas la « féminité » créée par l’homme pour justifier sa domination, mais celle construite par la femme.
Nous sommes actuellement contraints d’ac­cepter l’idée que la nature féminine (la féminité) n’est pas cette conception de la faible femme que nous, hommes, avons imposée jusqu’à maintenant. Nous sentons bien que dans la féminité nouvelle, il va y avoir liberté et égalité, et nous cherchons fébrilement à limiter les débats.
Jusqu’ici, nous reconnaissons la spécificité féminine exactement comme GISCARD – BEULLAC – DIJOUD et CHAUDET reconnaissent la spéci­ficité martiniquaise (voir l’article de René MENIL, «Justice» No 3 du 15/1/81) pour mieux l’étouffer ou au moins l’orienter, la guider, la canaliser selon nos intérêts d’hommes.
Je crois volontiers que l’on peut comparer la partie féminine de l’humanité à une colonie. Bernard MULDWORF, psychiatre et communiste français affirme :
« La femme N’EST PAS telle qu’elle pourrait se choisir dans un processus d’autocréation per­sonnel, elle est telle que des millénaires d’OPPRESSION l’ont faite.
De même que les peuples colonisés ont perdu toute personnalité, toute culture, C’EST A DIRE PERDU LEUR IDENTITÉ du fait de l’oppression coloniale, de même, la femme n’a pas encore accédé à la pleine réalisation des virtualités et des potentialités de son sexe.
La femme reste encore à inventer ! »
(Bernard MULDWORF : L’Adultère, 1970 – Les passages soulignés le sont par l’auteur.)
Quel Martiniquais peut être insensible à cette comparaison ? Je cite encore :
« En réalité, la psychologie féminine, le fameux « éternel féminin » sont un COMPORTEMENT RÉACTIONNEL à une situation d’opprimée. La notion de « féminité apparait comme une fiction à caractère colonialiste »…
Tout montre qu’en Martinique l’idéologie dominante est bourgeoise, française, masculine. Tout communiste, donc, toute personne qui veut l’émancipation complète de l’Humanité doit donc lutter à la fois, dans le même temps, contre l’oppression de classe, contre l’oppression na­tionale et contre l’oppression de sexe.
Voilà une tâche bien difficile car comment lutter pour la libération de la femme et continuer d’exploiter quotidiennement «sa» femme, d’étouffer quotidiennement la spontanéité et les potentialités de «sa» fille ? Comment accepter que «sa» fille pourrait courir, sauter, rire, manipuler des outils… comme un garçon ?
Comment ne pas croire que manquer la réunion du Comité Central pour faire la cuisine, garder les enfants, les laver pendant que sa femme écrit un article pour Justice, comment ne pas croire, donc, que cela met en danger la libération natio­nale et sociale de la Martinique, donc l’humanité toute entière ?
Comment accepter l’idée que Papa pourrait coudre pendant que Maman lit ?
Comment chaque homme ne se sentirait-il pas personnellement, individuellement menacé, mis en question, brimé par l’idée que sa femme ne peut pas être forcément à sa disposition quand il en ressent le besoin ? Et quelle femme aimante pourrait ne pas se sentir déchirée de devoir imposer cette idée à son mari ?
C’est toute une culture millénaire qui est remise m cause, des millénaires de domination «normale» et de « dévouement» accepté. Ce sont des caractères acquis au cours de millénaires qu’il faudrait extirper en quelques années.
Cela est certainement difficile et pourtant c’est très possible et rapidement.
Car la comparaison entre la lutte de la femme et celle du colonisé a une limite.
En effet, si le sexisme doit être éliminé, tout comme le colonialisme, la femme ne peut pas éliminer l’homme comme le colonisé élimine le colonisateur, en le chassant. La femme et l’homme doivent forcément con­tinuer à coexister dans le même espace et sans interruption dans le temps. La femme et l’homme sont comme les prolétaires de tous les pays, ils doivent s’unir, c’est une loi de la nature. Le féminisme ne peut être une lutte contre l’homme que pendant un temps historiquement très bref.
Dans sa lutte, nécessairement, l’homme n’est pas pour la femme un ennemi à abattre, mais un ami à gagner. Le problème est d’amorcer le dialogue. Que risquons-nous ? De perdre notre virilité ? De ne plus être des «hommes» ? Peut-être, mais de toute façon, c’est perdu.
Que pouvons-nous gagner en échange ? Mais énormément : Si au lieu que les femmes ne produisent que ce que les hommes leur assignent, elles pouvaient faire tout ce dont elles sont capables… Essayons d’imaginer l’enrichissement de l’humanité si, au lieu de quelques femmes peintres de talent, savant éminents, etc., il pouvait y avoir des milliers et des milliers de femmes grands écrivains, peintres, sculpteurs, ingénieurs…
Ce n’est pas un risque à courir, mais une chance à tenter.
Et surtout, ne croyons pas que ce serait autant de grands hommes en moins. Au contraire, car la nécessité, pour nous, de montrer quotidiennement notre supériorité est un véritable esclavage qui nous contraint, nous les hommes, à ne jamais pouvoir nous exprimer complètement, nous montrer nous-mêmes. Nous nous condamnons à jouer perpétuellement à « l’homme ». Donc la fin de l’aliénation féminine sera la fin d’un gaspillage énorme de talents tant masculins que féminins.
La femme est, très probablement, un continent colonisé, dis-je. Je me trompe peut-être, mais je ne veux pas prendre le risque d’être un colonisateur.
Allons, camarades communistes, allons hommes, mes frères en virilité, nous n’y perdrons que des haillons, mais nous y gagnerons des compagnes vraies et libres !
Il me revient souvent ces paroles d’Arthur RIMBAUD que cite B. MULDWORF dans le même ouvrage :
« Quand sera brisé l’infini servage de la femme, quand elle vivra par elle et pour elle, l’homme – jusqu’ici abominable – lui ayant donné son renvoi, elle sera poète, elle aussi ! La femme trouvera de l’inconnu ! Ses mondes d’idées différeront-ils des nôtres ? Elle trouvera des choses étranges, insondables, repoussantes, délicieuses : nous les prendrons, nous les comprendrons…». (Lettre d’un voyant, 15 mai 1871).
Roger BELLEMARE. Justice, 29/01/1981

*****

***

*

A la mémoire de Roger Bellemare, un grand militant du “Vivre et travailler au pays”

 

C’est le 16 Juin que nous apprenions le décès de Roger BELLEMARE. Nous le savions malade mais très résistant, aussi est-ce presque comme un coup de massue que nous avons appris la nouvelle.

C’est à Bordeaux, ville d’accueil de beaucoup d’étudiants antillais ou guyanais, à une époque où tout ce qui concernait l’Éducation dépendait d’une Inspection Académique rattachée au Rectorat de cette ville, que beaucoup d’anciens du SNES ont d’abord côtoyé Roger BELLEMARE.

Militant de l’AGEM (association générale des étudiants martiniquais), dès sa création en1958, il impressionnait les nouveaux par son aisance à débattre, son calme, signe d’un self contrôle qui toujours le caractérisa .

En tant que membre de l’AGEM, il participa en Avril 1961 à la création du Front Antillo-guyanais pour l’Autonomie par Marcel Manville, Justin Catayé, Edouard Glissant, Ephraïm Marie-Joseph.

Il adhéra pendant son séjour à Bordeaux à une cellule du Parti Communiste Français.

Rentré en Martinique en 1971, il devient maître auxiliaire et enseigne les Sciences de la vie et de la Terre au Collège de Ste-Marie.
En 1972 il adhère au Snes, section alors rattachée à celle de Bordeaux, mais dès la rentrée scolaire 72-73, il œuvre avec d’autres camarades à la création d’une section active qui devait devenir par la suite le Snes Martinique.
Puis dans la foulée, il joua le rôle de cheville ouvrière pour la mise en place d’une section académique regroupant les sections de Martinique, Guadeloupe et Guyane.

Les orientations résolument anticolonialistes du SNES Antilles-Guyane à cette époque, suscitées, certes, par le contexte social et politique du moment (veto du Ministère des DOM dans les premières affections ou les mutations, saisie répétées de Justice, organe du Parti Communiste Martiniquais et d’autres publications anticolonialistes, répression syndicale …) n’ont pu être impulsées que par des dirigeants Académiques, dont Roger Bellemare, résolument engagés dans la défense de leurs peuples.

En ce qui concerne la défense des enseignants, sa contribution fut particulièrement importante dans :
*Le réemploi et la titularisation des MA (maitres auxiliaires) très nombreux aux Antilles-Guyane dans les années 70, 80 et même 90.
*La garantie de la priorité des originaires d’Outre-mer, lors des affectations ministérielles.
C’est Roger Bellemare en personne qui présenta la revendication au Congrès National du SNES de NANCY, en 1979, revendication qui recueillit le soutien de l’ensemble des congressistes.
C’était la grande époque du « Vivre et Travailler au pays ».
Sur d’autres plans, le SNES-Martinique d’alors s’est battu pour la reconnaissance de la Langue et de la Culture Créole, le développement de la coopération régionale avec les pays hispanophones et lusophones (C.E.A.) et anglophones( C.U.T)…

Merci à Roger pour l’éveil des consciences aussi bien à Bordeaux qu’en Martinique et merci pour avoir permis à beaucoup d’entre nous d’être nommés ou de devenir titulaires de nos postes en Martinique, Guadeloupe ou Guyane.

Le SNES Martinique renouvelle ses sincères condoléances à son épouse Huguette, ses enfants et petits-enfants et à toute sa famille.

Maryse Coffre pour les Retraités du Snes-Martinique