“Pour en finir avec le sanglot de l’Homme noir”, conférence-débat organisée par “Tous créoles”

Le 14 juin 2014 à 11h Hôtel Batelière  à Schoelcher

mabanckouJe suis noir, et forcément ça se voit. Du coup les Noirs que je croise à Paris m’appellent ‘mon frère ‘. Le sommes nous vraiment ?
Qu’ont en commun un Antillais, un Sénégalais, et un Noir né dans le Xème arrondissement, sinon la couleur à laquelle ils se plaignent d’être constamment réduits ?
J’ oublie évidemment la généalogie qu’ils se sont forgée, celle du malheur et de l’humiliation – traite négrière, colonisation, conditions de vie des immigrés…
Car par-delà la peau, ce qui les réunit, ce sont leurs sanglots.Je ne conteste pas les souffrances qu’ont subies et que subissent encore les Noirs.
Je conteste la tendance à ériger ces souffrances en signes d’identité.
Je suis né au Congo Brazzaville,j’ai étudié en France, j’enseigne désormais en Californie. Je suis noir, muni d’un passeport français et d’une carte verte. Qui suis-je ?J’aurais bien du mal à le dire. Mais je refuse de me définir par les larmes et le ressentiment.
Alain Mabanckou a reçu le prix Renaudot pour Mémoires de porc-épic en 2006 (Le Seuil) .

 Sur le blog littéraire de Frédéric Aranzueque-Arrieta :

 Le Sanglot de l’Homme Noir
Alain Mabanckou
Fayard

Le romancier Alain Mabanckou nous propose un essai iconoclaste dans lequel il utilise pour construire son argumentation la littérature, la philosophie, l’histoire, la sociologie ainsi que quelques anecdotes – parfois cocasses – de sa vie d’écrivain et d’homme Noir.
Le livre commence par une lettre adressée à son fils Boris dans laquelle il l’exhorte à ne pas sombrer dans l’accusation-condamnation à sens-unique de l’homme Blanc que certains rendent responsables de tous les malheurs de la condition des Noirs et de tous les maux du continent africain ; l’essai s’achève par une autre lettre – en annexe -, celle de Yaguine et Fodé – les deux adolescents retrouvés morts dans le train d’atterrissage d’un avion à l’aéroport de Bruxelles en 1999 – qui demandent désespérément, au prix et sacrifice de leurs vies, de l’aide aux « responsables de l’Europe » pour sauver l’Afrique qui se meurt.
Le Sanglot de l’Homme Noir nous invite à prendre nos responsabilités, Noirs et Blancs.
Alain Mabanckou revient sur une réalité historique et politique, tout en prenant du recul avec pragmatisme, quitte à nous faire grincer des dents. Il ne renie pas les monstruosités commises lors de la Traite des Noirs, ni celles perpétrées pendant la période coloniale et postcoloniale, mais il met aussi les Africains « sur le banc des accusés » aux côtés des Blancs, en rappelant entre autres que des chefs Noirs ont aussi vendu leurs frères pendant les horreurs du commerce triangulaire et qu’après les indépendances, dans les années soixante, les africains n’ont pas su profiter de cet élan de liberté pour trouver leur propre modus vivendi, ils se sont fait à nouveau avaler par des ogres avides de pouvoir et de sang tels que Bokassa, Mobutu ou Amin Dada – pour ne citer qu’eux -.
Mabanckou revient aussi sur le débat houleux qui concerne la langue française, celle du colonisateur et du colon pour certains intellectuels africains.
Son parcours illustre une autre voie – et voix – loin de la haine, du complexe d’infériorité et de la méfiance que pourraient avoir ceux qui comme lui utilisent cette langue qu’ils ont du apprendre souvent contraints et forcés ; il est né au Congo Brazzaville, a bénéficié d’une bourse pour étudier en France et il enseigne – en français, précise-t-il – aujourd’hui aux Etats-Unis.
Nous pensons qu’il est un des meilleurs représentants de l’essor de la langue française ; il n’est en aucun cas un larbin du colonialisme linguistique parce qu’il utilise la langue des colons, mais un acteur majeur de sa rénovation et de sa vitalité à travers son œuvre. Voilà la meilleure réponse qu’il peut donner à ses détracteurs, une belle revanche sur un passé obscur.
Il pose aussi la question – en ces nauséeux moments de débat sur l’identité nationale ou sur la supériorité de certaines civilisations par rapport à d’autres – de la nationalité : qu’est-ce que c’est « être français » ?
Quand il annonce qu’il est français, on lui demande aussitôt son origine, car en tant que Noir, il ne peut être que « franco-quelque chose ». Dans l’esprit étriqué de beaucoup, être français c’est être Blanc, un point c’est tout. Or la France est aussi ce mélange enrichissant et bouillonnant de cultures qui viennent de différents horizons. Mabanckou est un ambassadeur de la culture française à travers ses livres. Etre français ce n’est pas une donnée géographique liée à un territoire donné, bien sûr que non !
Les républiques des lettres et de la langue dépassent ces frontières topographiques purement stériles.
Faut-il être français de père en fils – ou 100% français, horrible expression aux connotations puantes -, pour avoir une vraie légitimité quitte à parler un français approximatif comme beaucoup de nos compatriotes qui ignorent tout des subtilités de leur propre langue et la prostituent dès qu’ils ouvrent la bouche ; on retombe alors dans une vision inquisitrice de la nationalité qui rappelle les heures sombres de l’histoire de l’humanité – le sang pur et pourquoi l’ADN tant qu’on y est !-.
Le Sanglot de l’Homme Noir est un livre choc très riche qui bouscule beaucoup d’idées reçues. Nous mettons cependant un bémol sur la part exagérée de responsabilités qu’attribue l’auteur aux Noirs. Le rôle de la France et par conséquent, jusqu’à une certaine époque en tout cas, de l’homme Blanc a eu une incidence indéniablement négative et destructrice sur le continent africain. Des siècles d’humiliations, de viols – culturels, humains, religieux, etc. – ont forcément une conséquence culturelle et humaine sur les victimes. Au lendemain des indépendances, comment l’homme africain, jusqu’alors muselé, noyé dans un obscurantisme que les Blancs ont savamment entretenu, aurait-il pu prendre le recul que nous confère aujourd’hui l’histoire – et la raison – ? Ce n’est pas, en tant que Blanc, le sentiment de culpabilité et de honte – qu’analyse d’ailleurs l’auteur – qui nous amène à tenir ce discours, mais la colère et l’indignation de faire partie de ceux qui ont permis ces ignominies. Si Plaute disait que « l’homme est un loup pour l’homme », nous pensons que l’homme blanc a été un ogre pour l’homme noir et que des hommes blancs aux masques noirs – Mobutu, Bokassa et compagnie – n’ont fait que perpétrer une oeuvre de destruction et d’humiliation permanente de laquelle les africains ont évidemment du mal à se sortir. Nous ne justifions certes pas la haine ou la méfiance de certains Noirs envers les Blancs, néanmoins nous la comprenons en partie.
Nous partageons – avec quelques nuances – la réflexion qu’Alain Mabanckou propose dans son essai, mais précisons qu’il l’exprime, ou peut se permettre de l’exprimer, après avoir effectué un parcours intellectuel qui n’est pas à la portée de tout le monde et certainement pas de ceux à qui l’on n’a jamais permis de relever la tête pour des raisons historiques, politiques ou sociales.
Quoiqu’il en soit, Le Sanglot de l’Homme Noir a gagné son pari, celui de nous indigner, de nous faire réagir et c’est cela même qui permet de faire avancer le débat. Et puis lire du Mabanckou ça reste toujours un grand plaisir…

http://faranzuequearrieta.free.fr