Outre-mer: vers une refonte des aides publiques

La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, a annoncé samedi qu’elle allait conduire “une revue en profondeur” des dispositifs d’aides publiques à l’économie des Outre-mer, à périmètre budgétaire “constant a minima”, lors de la 6e Journée Outre-mer Développement à Paris. “Les aides économiques pour l’Outre-mer ne sont pas lisibles”, a souligné Annick Girardin à l’ouverture de ce grand rassemblement de l’économie ultramarine.

Elle a par exemple critiqué la “TVA non perçue et récupérable”, une aide directe à l’investissement qui “n’est pas visible et compréhensible par tous” mais qui représente “près de 100 M d’euros par an”. Elle a aussi évoqué le Crédit d’impôt compétitivité emploi (Cice), dispositif qui va disparaître au 1er janvier 2019 mais doit être remplacé en Outre-mer par un autre outil, à définir.

“L’ambition de ce gouvernement, c’est d’accompagner avec une revue de toutes les aides, d’accompagner mieux et plus les entreprises dans leur projet et leurs initiatives”, a-t-elle affirmé, assurant que cette “revue” se ferait “à périmètre constant a minima, c’est l’accord que j’ai du premier ministre”. La ministre a insisté sur “la nécessité impérieuse de construire un climat des affaires qui corresponde à notre époque”, avec l’aide des parlementaires, des collectivités locales et des chefs d’entreprises.

La ministre a également annoncé qu’elle travaillait à “une extension” du dispositif des emplois francs “à tous les Outre-mer” , un dispositif, qui offre une prime aux entreprises qui embauchent les habitants des quartiers populaires et sera expérimenté l’an prochain dans sept agglomérations de l’Hexagone.

Source : LeFigaro.fr avec AFP

LIRE AUSSI:

» L’agriculture d’outre-mer veut croître sans les subventions