“No bois man non fraid”, de Christopher Laird

Festival du film documentaire

no_bois_man_no_fraidMardi 25 novembre à 19 h à l’Atrium

Consulter le planing du festival.

Le Kalinda, danse ou combat de bâtons, fait partie du patrimoine culturel apporté par les nègres Congo dans les cales des bateaux esclavagistes. Le bâton d’une longueur d’un mètre vingt, environ est un objet sacré, longuement ouvragé. Il se pratique essentiellement à Trinité et Tobago.
La bataille a lieu en plein air dans une arène circulaire, la gayelle, avec, à l’origine, en son centre un trou pour verser son sang en cas de blessures. Ce n’est plus le cas aujourd’hui !
Sous l’esclavage cette pratique était l’objet de méfiance de la part des maîtres qui interdire le port de ces bâtons au début du 19ème siècle. Après l’abolition le Kalinda se voit ramené à des pratiques de carnaval. Il faut attendre 2006 pour que Keegan Taylor, assiste à un combat au cours duquel il est sidéré par la puissance d’un combattant. Il décide d’en faire son modèle et se rend dans le village de Moruga pour y rencontrer un maître de Kalinda et d’apprendre cet art de combat. Initiation réussie puisqu’il sera un des co-fondateurs de de l’Académie Bois de la Trinité et Tobag..
Le documentaire édifiant et révélateur relate cette histoire. Keegan Taylor et Benjamin Rondel qui sont de jeunes experts en arts martiaux de Trinité-et-Tobago. Ils se lancent à la découverte de leurs racines en partant à apprendre l’art martial local auprès d’un maître appelé le Roi David.
Le 02/11/2014
M’A