“Looking for Alceste” : la traque à une misanthropie omniprésente

— Par Dominique Daeschler —

Comme Al Pacino avait réalisé son « looking for Richard » pour dire son amour de Shakespeare en prenant la liberté d’un travail conduit comme une enquête, Nicolas Bonneau, metteur en scène et comédien d’ailleurs seul en scène ; nous révèle avec « Looking for Alceste », à travers des répliques de Molière et un récit contemporain, les différentes formes de la misanthropie.

Un divan qui n’est pas sans rappeler l’émission télévisée de Fogiel, un immense cadre avec un voile noir tel une glace sans tain, laissant apparaître deux musiciennes (voix extraordinaire de Fannystatic) : c’est parti ! Entrons gaiment dans le bazar des souvenirs personnels (l’anniversaire, le foot, le père, l’huluberlu du quartier et plus loin les gens : les « babos », les zadistes, l’ermite… Tout ce qui lie et qui sépare : le portable, le crash Rio – Paris font irruption, en désordre parent. Il y a des phrases non finies ponctuées de « Be Happy » et de longues tirades de Molière où tous les Alceste sortent du trou.

Ce spectacle à l’humour grinçant nous donne le vertige quant à la lecture de notre temps. Turpitudes, contradictions, retranchements, solitudes côtoient violence, intolérance, manque de solidarité. Excellent comédien, Nicolas Bonneau, dans une mise en scène qui zappe entre vécu, passé et virtuel nous insuffle Molière comme une piqûre de rappel. A suivre pour son talent. Sans modération.