“Europa Oslo” de l’O.N.J. : une soirée d’exception

— Par Roland Sabra —

Au terme de son mandat de quatre ans à la tête de l’Orchestre National de Jazz Olivier Benoît aura rempli sa mission de façon éclatante. Après Paris, Rome et Berlin il s’est attaché à nous faire entendre la forme d’une autre capitale européenne : Oslo.  Pour cela il fallait un « passeur ». Ce sera Hans Petter Blad, écrivain, poète, dramaturge, scénariste, amateur de jazz dont les œuvres balancent entre jour et nuit, blanc et noir, rage et mélancolie. À la dizaine d’instrumentistes qui l’accompagnent Olivier Benoît a ajouté la voix de la chanteuse Maria Laura Baccarini qui elle aussi balance entre cris et murmures. Ces jeux de contrastes et d’oppositions se retrouvent dans la composition musicale de l’opus. Tensions, ruptures rythmiques, assauts impatients et profondes respirations foisonnent dans l’écriture savante d’un jazz urbain qui emprunte aussi bien au rock progressif qu’à la musique répétitive contemporaine. Parfois des moments de sidération emportent la salle comme celui qui figure un affrontement entre instruments acoustiques et instruments électriques. Des morceaux en mille feuilles dans lesquels chaque soliste en dialogue et en confrontation avec la masse sonore de l’orchestre fait entendre sa particularité tout en concourant à l’œuvre commune.

Hans Petter Blad a lui-même traduit en anglais les poèmes dont s’empare Maria Laura Baccarini, habitée par les textes réalistes de l’auteur norvégien et qui porte l’orchestre autant qu’elle portée par lui. Oslo, « la ville du tigre », surnom flatteur d’une cité multiple et foisonnante, réputée pour sa capacité d’accueil des immigrés et d’intégration de leur culture se dessine peu à peu comme une invite au voyage.

Éblouissant d’intelligence, de subtilité, de créativité, de virtuosité, avec des moments de fougues, de nonchalance, des envolées lyriques, des refuges intimistes, l’Orchestre National de Jazz, dont s’était la première venue en Martinique en trente ans, a offert au public de Tropiques- Atrium, l’unique occasion d’entendre ici une musique différente à cent mille lieues des sempiternels standards. Le bonheur réside dans l’ouverture, la différence, la découverte de l’altérité et la très belle soirée d’inauguration de la saison 2017-2018 en est l’illustration réussie. Que la fête continue.

Fort-de-France, le 01/10/2017

R.S.

Voir et écouter =>

EUROPA OSLO
CRÉATION 2017

OLIVIER BENOIT composition, guitare
HANS PETTER BLAD textes
MARIA LAURA BACCARINI voix
JEAN DOUSTEYSSIER clarinettes
ALEXANDRA GRIMAL saxophone ténor
HUGUES MAYOT saxophone alto
FABRICE MARTINEZ trompette, bugle
FIDEL FOURNEYRON trombone
THÉO CECCALDI violon
SOPHIE AGNEL piano
PAUL BROUSSEAU Fender Rhodes, synthétiseur basse
SYLVAIN DANIEL basse électrique
ÉRIC ECHAMPARD batterie, électronique