Danses : 2 soirées inoubliables à Tropiques Atrium

— Jean-José Alpha —

Mercredi 5 et vendredi 7 Fev, furent 2 soirées inoubliables à Tropiques Atrium. J’ai pu vivre la Danse dans ses meilleurs états, avec de très nombreux spectateurs, respectivement CASSE-NOISETTE – Le RÊVE DE MARIE, et des créations modernes et contemporaines de la CARTE BLANCHE donnée au BALLET DES AMERIQUES.
Les créations chorégraphiques et la Direction générale sont de Carole Alexis, cette jeune martiniquaise basée à New York, issue du Sermac il y a plus de 40 ans.
Un enthousiasmant RETOUR au pays natal avec Rigueur, Fraîcheur et Elégance qui a reçu des ovations des publics avec autant de bonheurs en pénétrant les suites poétiques des combinaisons dansées proposées par la chorégraphe internationale. Militante humaniste contre les inégalités sociales et de race, Carole Alexis nous décroche un “Boléro de Ravel” rageur dans la poitrine à couper le souffle avec ses lumineux athlètes poètes qui se découpent militairement sur les incandescences belliqueuses. Les musiques de Tchaikovsky Casse Noisette, de Mario Canonge, de Richard Bona, Chyco Simeon, Jean Luc Ponty et Marcus Miller n’ont existé qu’à travers les corps “déchaînés” pourtant soumis aux paradoxes des rythmiques et des postures “créoles”. Des suites techniquement maîtrisées et retenues qui se déclinent finement par le vocabulaire de l’élégance.
Un ravissement total porté par l’enthousiasme des 10 danseurs du Ballet des Ameriques.
L’ouverture du deuxième soir avec la Mazurka (piquée) de l’Hibiscus (en tutu) , les biguines vidés, les Pleurs de Canne, et notamment la Soupe de lentille, nous ont fait chavirer dans la sensualité du 6 ème continent la Caraïbe.
Merci à Carole Alexis et son Ballet international, merci à Manuel Cesaire et son équipe pour cette exceptionnelle programmation qui nous “somme d’être au rendez vous du Monde” , par les accès de la qualité et de la beauté artistique.
JJA