Coronavirus: la protection des peuples d’Amazonie au programme des politiques

Les populations du bassin amazonien sont largement démunies face à la pandémie de Covid-19 qui frappe actuellement le monde entier. Face aux alertes qui se multiplient, plusieurs initatives bilatérales ont été lancées, respectivement par le Brésil et Colombie, puis par le Pérou et de nouveau la Colombie.

Le Brésil, épicentre de la pandémie en Amérique latine, est un des pays les plus atteints au monde par le nouveau coronavirus, avec plus de 13.000 morts et près de 190.000 cas confirmés. Des chiffres largement sous-estimés selon les spécialistes. Et l’Etat d’Amazonas, qui abrite de nombreuses tribus indigènes, a enregistré plus de 300 morts par million d’habitants, presque deux fois plus que l’Etat de São Paulo, selon le ministère de la Santé. Pour protéger ces populations, un juge brésilien a ainsi récemment interdit aux missionnaires d’approcher les peuples d’Amazonie.

► À lire aussi : Le maire de Manaus lance un appel à l’aide internationale

De même, en Colombie, l’Amazonie est le département déplorant le taux le plus élevé de contaminations au Covid-19, avec plus de 90 personnes infectées pour 10.000 habitants. La maladie a d’abord été détectée à Leticia, capitale régionale, sur des personnes provenant du Brésil. La ville, de quelque 76 000 habitants majoritairement pauvres, ne compte qu’un hôpital public et un confinement total a été imposé par les autorités colombiennes.

Les autorités colombiennes et brésiliennes discutent ce vendredi de la crise en Amazonie, frappée par la pandémie de nouveau coronavirus, a déclaré jeudi le président colombien Ivan Duque. « Nous sommes dans une situation qui peut devenir critique compte tenu des différences d’approche, du point de vue du contrôle épidémiologique, comme c’est le cas au Brésil », a-t-il déclaré, rapporte l’Agence France-presse.

Source : RFi