Coronavirus en Outre-mer : Douze nouveaux cas enregistrés en Guyane

Quatre cas ont été détectés dans la commune de Saint-Georges de l’Oyapock, proche du Brésil, fortement touché par l’épidémie de Covid-19

Douze nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés jeudi soir en Guyane, portant à 249 le nombre de contaminés dans ce territoire de 300.000 habitants, a-t-on appris auprès des autorités.

Quatre cas de plus ont été notamment relevés dans la commune de Saint-Georges de l’Oyapock, proche du Brésil qui est très touché par l’épidémie. Au total, 89 cas sont confirmés dans cette commune de 4.220 âmes, soit 2,2 % de sa population, selon l’Agence régionale de santé.

Une « situation sérieuse », reconnaît Edouard Philippe

Quatre autres cas ont été enregistrés à Camopi, commune amérindienne du Parc amazonien de Guyane, isolée à la frontière fluviale du Brésil, sans axe routier vers le littoral et en proie aux affres de l’orpaillage illégal. Un légionnaire du 3e REI (régiment étranger d’infanterie) et deux piroguiers amérindiens travaillant pour la Légion sont les trois premiers cas positifs au Covid-19 dans cette commune

« Par mesure de précaution, les militaires en contact avec ces trois personnes ont été mis en quatorzaine », a indiqué un communiqué des forces armées, selon lequel « une enquête épidémiologique conjointe entre l’ARS et le service de santé des armées est en cours ».

Le Premier ministre a reconnu mardi que « la situation est sérieuse » à Saint-Georges de l’Oyapock, encore confinée en raison de la présence d’un foyer de contamination et de sa proximité avec le Brésil.

Le confinement maintenu de Saint-Georges à Camopi

Le député PCF André Chassaigne, relayant une question du député de Guyane Gabriel Serville (GDR), a réclamé à l’Assemblée nationale le déploiement à la frontière entre la Guyane et le Brésil d’une partie des moyens déployés à Mulhouse au plus fort de l’épidémie.

Le Premier ministre Edouard Philippe a souligné que la Guyane, grâce à « un confinement strict » et aux « très fortes restrictions de transports » pour se rendre sur le territoire, est « parvenue globalement à demeurer en stade 2 de la pandémie, et à ce jour nous déplorons un décès ».

A Saint-Georges, « la situation est sérieuse. La découverte de nombreux cas, concentrés dans les quartiers ayant maintenu des liens réguliers avec la rive brésilienne, a déclenché une intensification de la réponse sanitaire », a-t-il expliqué, avec un confinement maintenu à Saint-Georges et étendu à Camopi, village en amont du foyer d’infection.