« Atlantique », de Mati Diop, Grand Prix du Jury Cannes 2019

Jeudi 17 et Mercredi 23  octobre 2019 à 19h 30 V.O. Madiana

De Mati Diop
Avec Mama Sané, Amadou Mbow, Ibrahima Traore
Genre Drame
Nationalités Français, Sénégalais, Belge
Sélection Officielle – Grand Prix

Synopsis :
Dans une banlieue populaire de Dakar, les ouvriers d’un chantier, sans salaire depuis des mois, décident de quitter le pays par l’océan pour un avenir meilleur. Parmi eux se trouve Souleiman, qui laisse derrière lui celle qu’il aime, Ada, promise à un autre homme. Quelques jours après le départ en mer des garçons, un incendie dévaste la fête de mariage d’Ada et de mystérieuses fièvres s’emparent des filles du quartier. Issa, jeune policier, débute une enquête, loin de se douter que les esprits des noyés sont revenus. Si certains viennent réclamer vengeance, Souleiman, lui, est revenu faire ses adieux à Ada.

La presse en parle :

Bande à part par Benoît Basirico
Mati Diop parvient à conjuguer le politique avec le sensible, les combats sociaux avec le charnel.

Libération par Didier Péron et Elisabeth Franck-Dumas
C’est un film à hauteur d’infini, élégiaque et mystérieux, que la mer aurait pu noyer de tout ce que désormais elle charrie, corps sans nom, tragique contemporain.

Ecran Large par Simon Riaux
Mati Diop aborde la question des exilés depuis la rive du départ et nous immerge dans un monde où le réel vascille, laissant place à l’onirique, à la fable. Et comme ses personnages, on sort possédé de cette traversée inattendue.

Femme Actuelle par Amélie Cordonnier
Un film troublant, original et très esthétique, qui mérite la curiosité.

Le Monde par Clarisse Fabre
Deux idées puissantes font d’Atlantique un poème rageur et atmosphérique : la première consiste à raconter la migration du côté des femmes restées au pays, lors de quelques scènes hallucinatoires où elles reprennent le pouvoir. La seconde, c’est d’avoir imaginé ce que diraient les morts s’ils pouvaient s’exprimer.

Le Parisien par Catherine Balle
Un conte bouleversant et fantastique.

Les Fiches du Cinéma par Pierre-Simon Gutman
Mati Diop livre un premier long métrage surprenant, qui confirme les immenses promesses placées en elle.

Les Inrockuptibles par Ludovic Béot
« Atlantique » est une œuvre contaminée dans ses moindres recoins par la figure du fantôme. Mais les spectres les plus foudroyants de beauté aperçus dans le film sont peut-être ceux venus d’un autre monde (…) Un monde fantastique et universel, qui seul a le pouvoir de contrer la violence du réel.

Paris Match par Karelle Fitoussi
Sans ne jamais rien simplifier des élans d’une jeunesse déchirée, la cinéaste de 36 ans transforme la fable sociale en conte de fantômes sénégalais, fait surgir le fantastique au sein du récit initiatique et saupoudre son roman policier d’un mysticisme envoutant.

Positif par Louise Dumas
La dimension fantastique, presque mythologique, est finalement la plus grande force du film qui saisit, dans l’inquiétante beauté d’un coucher de soleil, quelque chose de ces drames qui sourdent dans les océans du globe et que nous préférerions laisser au large de nos côtes.