Solidarité avec la Women’s March du 21 janvier !

L’UFM participe à l’appel féministe unitaire

Le 21 janvier 2017, au lendemain de la prestation de serment de Donald Trump, des féministes et des défenseurs des droits humains marcheront pour les droits des femmes, à Washington et dans d’autres villes du monde.

Alors que le nouveau président des Etats-Unis s’apprête à appliquer l’idéologie violemment sexiste, lesbophobe, homophobe, xénophobe et raciste qu’il a défendue durant toute sa campagne, il faut se mobiliser et réagir !
– Trump envisage de nommer à la Cour suprême William Pryor, un juge qui considère que « l’avortement est la pire abomination de l’histoire du droit ».
– Son vice-président, Mike Pence, promeut ouvertement des thèses créationnistes.
– Son principal conseiller, Steve Bannon, publie sur son site des messages racistes et misogynes haineux.
– Il veut aussi détruire la loi sur la santé dite Obama Care.
– L’équipe de Donald Trump a déjà demandé au Département d’Etat la liste des programmes et des fonds dédiés à la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes à l’étranger. Cette demande spécifique (faite également sur deux autres sujets : le terrorisme et le changement climatique), interroge sur la future politique des Etats-Unis en matière d’égalité femmes – hommes au niveau international.
– On craint également un rétablissement de la « Mexico City Policy », abolie en 2008 par Obama, qui interdisait le financement d’organisations internationales qui pratiquent l’avortement.
– Les leviers de lutte contre les violences sexuelles, les droits des femmes racisées, les droits des lesbiennes, les outils de combat contre les violences économiques faites aux femmes, sont aussi menacés par son programme général.

Cette politique réactionnaire à l’œuvre aujourd’hui aux Etats-Unis se retrouve dans une dynamique plus large dans le monde, en Europe, en France :
– En Europe, des mouvements conservateurs et rétrogrades remettent régulièrement en cause les droits des femmes, en particulier l’avortement (Pologne, Espagne…)
– En France, le danger est réel en provenance de plusieurs candidats à la présidentielle, qui instrumentalisent les droits des femmes.

Ce 21 janvier, comme les femmes de par le monde, avec la Marche Mondiale des Femmes dont nous sommes membres, nous témoignons notre solidarité avec la Women’s March on Washington, car défendre les droits des femmes aux Etats-Unis, c’est défendre les droits des femmes chez nous, en France, et dans le monde entier.

La seule réponse est une mobilisation résolue du plus grand nombre, femmes et hommes. La remise en cause de ces droits est une facette des attaques plus globales contre les conditions de vie des populations les plus vulnérables, parmi lesquels les femmes sont majoritaires.

Contre les incitations à la haine, les attitudes discriminatoires et le sexisme, les messages et actions réactionnaires, nous sommes solidaires !

Union des Femmes de Martinique

*****

***

*

Rassemblement à 14 heures au Trocadéro à Paris.

Le 21 janvier 2017, au lendemain de la prestation de serment de Donald Trump, les associations féministes et de défense des droits humains organiseront une marche pour les droits des femmes à Washington et partout dans le monde.

Nous sommes tou.te.s mobilisées alors que le nouveau président des Etats-Unis s’apprête à appliquer l’idéologie violemment sexiste, lesbophobe, homophobe, xénophobe et raciste qu’il a défendue durant toute sa campagne. Il envisage de nommer à la cour suprême William Pryor, un juge qui considère que « l’avortement est la pire abomination de l’histoire du droit ». Son vice-président, Mike Pence, promeut ouvertement des thèses créationnistes. Son principal conseiller, Steve Bannon, publie sur son site des messages racistes et misogynes haineux. Il veut aussi détruire la loi sur la santé dite Obama Care.

Cette politique réactionnaire à l’oeuvre aujourd’hui aux Etats-Unis est la concrétisation d’une dynamique plus large dans le monde, en Europe, en France :
• En Europe, des mouvements conservateurs et rétrogrades remettent régulièrement en cause les droits des femmes, en particulier l’avortement (Pologne, Espagne…)
• En France, le danger est réel en provenance de plusieurs candidats à la présidentielle, qui instrumentalisent les droits des femmes.

Nous marcherons le 21 janvier pour témoigner notre solidarité avec la Women’s March on Washington, car défendre les droits des femmes aux Etats-Unis, c’est défendre les droits des femmes en France et dans le monde entier. Nous marcherons contre les incitations à la haine, les attitudes discriminatoires, les messages et actions réactionnaires. Cette marche se veut ouverte à toutes et tous, et chaque individu.e partout dans le monde sera le/la bienvenu.e.

 

Mots-Clés