Archives du Jour:

Galerie 14°N 61°W : avec Nicolas Derné, sur la trace…

Exposition visible du 12 mai au 23 juin 2018

— par Janine Bailly —

De Nicolas Derné vous ne verrez, dans l’exposition nommée Pression « En tropiques », à la galerie 14°N 61°W sise à l’étage de l’espace Camille Darsières, qu’une série de huit œuvres, sept photographies de formats divers et une installation qui occupe, suspendue en son centre, la dernière des salles de cet espace à la blancheur immaculée. Mais si comme moi vous vous laissez emporter par la singularité des images, que de plus vous avez la chance de rencontrer, pour des « conversations » en toute liberté, l’artiste en personne, votre sentiment de frustration de n’en pas voir assez sera de bien courte durée !

Si l’inspiration de toute la série semble liée à un même objet dans ses diverses déclinaisons, il se trouve dès l’arrivée en haut des marches une photographie, I don’t want to be an ant, au premier abord solitaire, et qui n’étant pas comme les autres liée à la présence d’épaves automobiles au sein de la nature de l’île, ne laissera pas de vous surprendre.…

Lire Plus =>

Saccage à Martinique 1ère

— Par Georges-Henri Léotin —

Martinique 1ère a décidé de retirer de ses programmes 3 émissions-radio : Tout lang sé lang de Daniel Boukman, Farin cho de Sully Cally, et La nature aux Antilles d’Alain Delatte. Le point commun entre ces émissions : elles ont un rapport à la langue et à la culture créole, elles sont animées par 3 figures importantes du monde culturel antillais.

Tout lang sé lang existe depuis une dizaine d’années. Comme son nom l’indique, elle vise à la reconsidération et la promotion du créole, dans sa dimension de langue littéraire en particulier, même si, dans ce dernier domaine, elle n’a pas encore « fait éclore la succulence de tous ses fruits pour la soif universelle ». Daniel Boukman donne des extraits d’œuvres, des traductions de classiques (fables p.ex.) qui font dialoguer les différents créoles. Dans ce sens Tout lang sé lang était un complément utile des chroniques de Littérature au quotidien d’André Lucrèce.

Jean Bernabé parlait de la nécessité urgente d’une recréolisation, d’un combat déterminé pas tant pour la survie mais pour regénération d’un bon créole.…

Lire Plus =>

Espace d’art contemporain nomade : 1ère étape le Lamentin « la Kaz Lakou »

A partir du 18 mai 2018  au Lamentin  68 Rue Ernest André.

Lors de son exposition à Tropiques Atrium, le plasticien Performeur Habdaphaï a construit « la Kaz Lakou », inspirée de la maison du bagnard. Vient ensuite l’envie de la faire voyager sur le territoire martiniquais, afin de mettre l’art contemporain et le métier de plasticien performeur à la portée de toute la population martiniquaise. Son itinérance est l’occasion d’interventions en milieu scolaire.
Dans ce cadre, « la Kaz Lakou » s’installe pour sa première étape au Lamentin, sur le parvis du centre culturel bourg – 68 Rue Ernest André – à partir du 18 mai 2018 ou aura lieu ce même jour à 8h30 une première performance réservée aux élèves des écoles du centre bourg.
Habdaphai se rendra ensuite dans les établissements scolaires du Lamentin, pour une série d’ateliers dans une vingtaine de classes autour des techniques utilisées sur « la Kaz Lakou ».
Une performance grand public suivie d’un échange sur le métier de plasticien performeur est organisée le samedi 26 mai à 11h…

Lire Plus =>

Femmes du chaos Vénézuélien

Date de sortie 4 juillet 2018 (1h 23min)
De Margarita Cadenas
Avec acteurs inconnus
Genre Documentaire
Nationalité français

Synopsis
Cinq femmes, de milieux et de générations différentes, dressent le portrait d’un pays en perdition, d’une crise sans précédent que traverse actuellement le Venezuela. Suivies dans leur quotidien, elles témoignent de l’urgence de la situation chaotique dans laquelle est plongé le peuple, en abordant pour chacune d’elles les difficultés de pénurie alimentaire, de médicaments et de matières premières ainsi que la problématique de prisonniers politiques, d’injustice, et de criminalité. La démarche étant de partir d’un cas particulier pour extrapoler et dépeindre une vision globale du pays.

La majorité de l’équipe de tournage et les loueurs de matériel vénézuéliens ont décidé de garder l’anonymat par crainte de représailles.

« … un pays que j’ai connu par le passé riche, beau, prospère, et que je vois aujourd’hui sombrer de plus en plus dans le chaos »
Margarita Cadenas – Réalisatrice
“ … a country that I once knew to be rich, beautiful, and prosperous, but I now see sunk more and more into chaos”
Margarita Cadenas – Director

Au Venezuela, la crise économique s’installe durablement.…

Lire Plus =>