Tag Archive for #NuitDebout

Sortons des clichés à propos de Nuit debout

—Collectif de chercheurs en sciences sociales —
nuit_debout-4Un collectif de chercheurs a réalisé une enquête place de la République pour mieux connaître les participants. Les résultats font mentir les idées reçues, notamment sur l’entre-soi supposé du mouvement

Sur Nuit debout, on a tout entendu : « La moyenne d’âge est de 25 ans », « un entre-soi de bobos parisiens », « aucun vrai prolétaire », mais « une bourgeoisie blanche urbaine », »des SDF et des punks à chien qui boivent de la bière », »un rassemblement d’étudiants déclassés, de militants de l’ultra-gauche et de semi-professionnels de l’agitprop »… Ces énoncés, souvent tranchants, mobilisent des catégories toutes faites, disent quoi penser, clament ce que le mouvement est, doit ou ne doit pas devenir, hiérarchisent les endroits ou les moments de la place, le « vrai » et le » faux » Nuit debout. On plaide ici pour une autre approche : commencer par établir les faits, en enquêtant collectivement.

Depuis les premiers jours de Nuit debout, une trentaine de chercheurs se sont relayés à Paris, place de la République.

Lire Plus =>

« Nuit debout peut être porteur d’une transformation sociale de grande ampleur »

—Collectif —

nuit_deboutLes crises ouvrent le champ des possibles, et celle qui a commencé en 2007 avec l’effondrement du marché des subprimes ne déroge pas à la règle. Les forces politiques qui soutenaient l’ancien monde sont en voie de décomposition, à commencer par la social-démocratie, qui a franchi depuis 2012 une étape supplémentaire dans son long processus d’accommodement avec l’ordre existant. En face d’elles, le Front national détourne à son profit une partie de la colère sociale en jouant d’une posture prétendument antisystème, alors même qu’il n’en remet rien en cause, et surtout pas la loi du marché.

C’est dans ce contexte qu’est né Nuit debout, qui célèbre ces jours-ci son premier mois d’existence. Depuis la chute du mur de Berlin, la contestation du néolibéralisme a pris des formes diverses : gouvernements « bolivariens » en Amérique latine dans les années 2000, « printemps arabes », Occupy Wall Street, « indignés » espagnols, Syriza en Grèce, campagnes de Jeremy Corbyn et Bernie Sanders en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis… Les historiens futurs qui se pencheront sur notre époque se diront sans doute qu’elle fut particulièrement riche en mouvements politiques et sociaux.

Lire Plus =>

Debout tout le temps !

— Par Jean Ortiz —
nuit_debout-3La nuit debout… Debout tout le temps. Même sous la pluie crachineuse. Et la colère à fleur de peau. A Pau comme ailleurs, le mouvement « Nuit debout » se cherche et tente de s’organiser.

Il voudrait « debouïser », sortir du « sommeil », du désenchantement, tous ceux que l’on oblige à se résigner. Ils sont des dizaines, majoritairement jeunes, à passer nombreux de la manif (du matin) au cercle de la parole libérée, à partir de 19h. Un nouvel espace politique autogéré. D’autres n’ont « pas manifesté avec les syndicats » par peur « d’être récupérés ». Ce souci se dilue au fil des interventions, accueillies respectueusement, avec qualité d’écoute, d’intérêt, et mains agitées d’approbation.

La plupart de ces « insomniaques assumés » ne croient plus aux formes traditionnelles, délégataires, professionnelles, de « la politique », mais ils sont bel et bien « politiques ». S’ils rêvent, c’est parce qu’ils sont lucides. Ils veulent simplement qu’on ne leur vole plus leur vie ; ils cherchent des formes nouvelles de citoyenneté, d’auto-organisation.

Lire Plus =>

Nuit debout à Paris: «Le monde entier nous regarde»

nuitdebout_06-04-16REPORTAGE – Le mouvement commencé après la manifestation du 31 mars contre le projet de loi travail ne faiblit pas. Des milliers de manifestants se sont réunis mardi soir place de la République à Paris pour une sixième Nuit debout.

Comme chaque soir depuis près d’une semaine, la Nuit debout a commencé mardi soir par une assemblée générale, une agora citoyenne où chacun peut prendre la parole. La foule s’assied et la jeune Savannah, médiatrice de «l’AG», présente l’ordre du jour: bilan de la manifestation du jour contre la loi travail, propositions d’actions, réflexion autour de la pérennisation du mouvement…

Mais ce n’est pas un jour comme les autres. Lors de cette nouvelle journée de mobilisation contre la loi El-Khomri, les forces de l’ordre ont procédé à 130 interpellations, des lycéens et étudiants pour la plupart. Kévin, un militant, informe l’assemblée que 21 personnes sont encore gardées à vue et propose d’aller manifester devant le commissariat dans lequel elles sont retenues. Il n’en fallait pas plus pour déclencher un vote – car ici tout se vote à main levée – mais aucune majorité ne se dégage.

Lire Plus =>

A Paris, la première «Nuit debout» tient jusqu’au petit matin

« Rester debout » : c’est le mot d’ordre qui a conduit des milliers de personnes à rejoindre la place de la République à l’issue de la manifestation du 31 mars contre la loi travail. Délogés par la police à 5h du matin, ils sont revenus en nombre ce vendredi soir pour jeter les bases d’un mouvement citoyen profond et durable de résistance aux attaques contre les droits de salariés.

Le collectif « Convergences des luttes » à l’origine de cette initiative, qui a rassemblé plusieurs milliers de personnes jusqu’au petit matin place de la République à Paris, a appelé à renouveler l’opération ce vendredi soir.

Jeudi, à l’issue de la manifestation parisienne, plusieurs centaines de personnes avaient rallié la place de la République pour prolonger le mouvement, « résister et créer », autour notamment d’une assemblée citoyenne, de débats et de concerts.

Les derniers irréductibles ont été « invités à quitter les lieux » vers 05H00, selon la source policière. Cette opération « Nuit Debout » s’est déroulée dans une vingtaine de villes en France.

Lire Plus =>