Étiquette : Naomi Wallace

Avignon 2019. “La Brèche” de Naomi Wallace, m.e.s. de Tommy Milliot. 

— Par Dominique Daeschler —

Ils sont quatre adolescents qui se réunissent dans un sous-sol de banlieue aux USA. Deux milieux s’affrontent : deux nantis et deux prolos. Déjà des jeux de pouvoir, des défis, des serments et des paris. Jude, la révoltée, sœur d’Acton petit frère protégé par les fils de famille Frayne et Hoke, en est l’enjeu. Les voilà grands, se retrouvant à l’enterrement d’Acton qui s’est suicidé ne supportant pas sa lâcheté qui a permis le viol de sa sœur par les deux autres. Deux équipes d’acteurs au jeu vif font le va et vient entre ces deux époques. Sur une simple dalle de béton, l’espace étant délimité par une lumière vive ou un noir qui appelle le vide, les mots traversent les corps, les déconstruisent dans leurs mensonges, leur rationalité leur bonne conscience ou leur remords. Tous ont triché et le plus faible a trinqué. Deux dénonciations fortes : le viol lié à la présence de substances pharmaceutiques pose la question du consentement, le fossé entre les classes sociales crée une inégalité et donne une lecture de l’Amérique d’aujourd’hui.

→   Lire Plus

“Carte du temps”, de Naomi Wallace

 Trois visions du moyen-orient

— Par Roland Sabra —

la_carte_du_tempsCarte du temps, de Naomi Wallace se déroule en trois moments, trois actes ou trois visions. La première « Un état d’innocence » se passe dans le zoo Al Brazil de Rafah à Gaza. Détruit par l’armée israélienne ce zoo est gardé par un soldat israélien Yuval, qui s’étonne de voir les animaux perdre puis retrouver des morceaux de leurs corps. Dans un total état d’innocence –il ne sait pas qu’il a été tué– il rencontre une femme palestinienne qui veut absolument rendre sa mère quelque chose qui lui appartient.

La seconde « Entre ce souffle et toi » se situe dans une clinique à Jérusalem ouest. Un père palestinien s’impose après la fermeture pour rencontrer une infirmière israélienne. Elle vit grâce à une double transplantation pulmonaire prélevée sur son fils.

La troisième « Un monde qui s’efface » nous permet d’assister à une conférence avicole tenue par Ali irakien de Bagdad. Passionné de colombophilie Ali ne peut s’empêcher de parler de ses oiseaux, de la guerre, de de sa passion pour les livres, de ses amis, de sa famille, mais son récit poétique, enflammé bifurque sur la vie dans un pays soumis à l’embargo et à la guerre : un monde qui s’efface.

→   Lire Plus