Tag Archive for Mondesfrancophones

Anatomie du vandalisme martiniquais

— Par Michel Herland —

Dans une tribune publiée au mois de septembre, complétée en octobre d’un « rappel en guise de post-scriptum », Michel Herland revient sur les événements qui se sont déroulés, en mai et en juillet 2020 à Fort-de-France, comme dans d’autres communes de la Martinique. Des événements qui ont agité et ému plus particulièrement la « ville-capitale ».

Une tribune bien documentée et argumentée, rapportée  ici in extenso. Où l’on voit que l’histoire s’écrit et se réécrit comme un palimpseste. Que la jeunesse de mai 2020 fait écho à celle de « mai 68 ». Et qu’hélas, « désirer n’est pas vouloir ». (Janine Bailly)

Mordre la main qui vous nourrit

Dans la foulée du mouvement Black Lives Matter et du déboulonnage des statues des anciens esclavagistes aux États-Unis, de jeunes Martiniquais se sont manifestés par un coup d’éclat. Le 22 mai 2020, jour férié en Martinique en commémoration de l’abolition de l’esclavage, ces jeunes (qualifiés, à l’américaine, d’“activistes”) n’ont trouvé rien de mieux que détruire deux statues de Victor Schœlcher (1804-1893) pourtant unanimement considéré comme le père de l’abolition de 1848.

Lire Plus =>

De la vie et de la mort des statues : une nouvelle contribution au débat.

« Schœlcher fracassé », une tribune de Michel Herland

« Les statues meurent aussi ». Du sud des États-Unis à la France en passant par le Royaume-Uni, la déferlante iconoclaste déclenchée par le meurtre de George Floyd donne une actualité inattendue à ce titre du fascinant documentaire anticolonialiste tourné en 1953 par Alain Resnais et Chris Marker (Journal Le Monde du 12 juin 2020).

Déboulonner les statues de personnages historiques, vandaliser les monuments… une pratique bien antérieure à la vague de protestation mondiale soulevée par la mort de George Floyd : ainsi en juillet 2019, selon le site de l’AFP « Factuel », c’est la statue du Général de Gaulle qui fut mise à terre, dans la ville d’Évreux. Sans oublier qu’en septembre 1991, un commando a décapité la statue de Joséphine de Beauharnais, sur la place de la Savane à Fort-de-France.

On sait donc que les statues peuvent mourir aussi, à la Martinique comme ailleurs. À l’heure où l’on parle, à la mairie de la ville-capitale, de changer le nom de certaines rues, ou de déplacer certaines statues, Michel Herland apporte sa contribution au débat sur la revue en ligne « Mondes francophones, revue mondiale des francophonies », dont il est actuellement le directeur.

Lire Plus =>