Tag Archive for Martinique Jazz Festival 2016

Martinique Jazz Festival 2016. J6 : du pas tout à fait abouti au (très) bien rodé

— Par Roland Sabra —

poncho_sanchezC’était il y treize mois de cela. Dans la purgerie de Fonds Saint-jacques. Un instant magique plein de lumières et de promesses en fleurs. Mais on ne le sait que trop, jusqu’à n’en rien vouloir savoir, les fruits ne tiennent pas toujours la promesse des fleurs. A moins que ce ne soit cette funeste tendance à chercher son bien dans l’ombre de son plaisir. Qui sait ?

Le concept « D’une rive à l’Autre », mis en œuvre par Eric Ildefonse et encouragé par la DAC de Martinique et qui avait déclenché de réels enthousiasmes tout à fait justifiés lors de sa création, a, dans sa dernière version, un tout petit peu déçu. Sans doute attendait-on beaucoup trop. Oh ! non pas que les performances individuelles des uns et des autres aient été en retrait ou en deçà de leurs capacités, mais tout simplement parce que le résultat de la nouvelle réunion du groupe n’a pas été supérieure à la somme des talents réunis sur scène. Ce qui était présenté à Fonds Saint-Jacques concrétisait un travail de résidence de 15 jours.

Lire Plus =>

Martinique Jazz Festival 2016 J5 : retour aux sources et à la tradition

La chanteuse et percussionniste, Ceïba avec un répertoire qui emprunte aux chants traditionnels du monde dans sa partie méridionale, a rencontré, dit-on, un succès mérité lors de sa prestation « tout public » et suscité un vif intérêt au cours de ses rencontres avec les scolaires. La curiosité et la spontanéité du public en herbe ont déclenché un enthousiasme avec mille et une questions. Ceïba ? A voir et à revoir en terre de Martinique. Ce sera plus facile pour Groove Bô Kannal, les enfants du pays, qui se sont produits au centre culturel du bourg de Rivière Salée. On reparlera d’elle et d’eux dans un autre temps.

Le deuxième vendredi du MJF2016 à Tropiques-Atrium Scène nationale proposait dans l’ordre suivant C.A.B. puis le P.S.G. Une découverte pour beaucoup et une confirmation pour tous.

La Découverte.

C’est autour de la personnalité de Blick Bassy que s’est constituée avec le Mario Canonge au piano et Adriano aux percussions la formation C.A.B. Un set ambitieux, à la croisée des genres qui embarque avec talent les rythmes et sonorités africaines, brésiliennes et caribéennes pour un voyage musical chamarré et jouissif.

Lire Plus =>

Martinique Jazz Festival 2016

Du 24 novembre au 4 décembre 2016

martinique_jazz_fest_2016

Au jour le jour

Dimanche 4 décembre

Trois-Ilets, Domaine de La Pagerie | Espace parc des floralies 12h |

Entrée libre

Patrick Glady ( martinique)
Leyla Mc Calla ( haïti /états-unis)
Harold López-Nussa & Alune Wade, « Havana – Paris – Dakar » ( cuba/sénégal )
Moh! Kouyaté (guinée/france)

 .Du 24 novembre au 3 décembre

Lire Plus =>

MJF2016. J3. Du risque de l’innovation!

— Par Roland Sabra —

dam_ncoMême cause même effet ? Frédéric Thaly le Monsieur Jazz de Tropiques-Atrium Scène nationale s’emploie depuis plusieurs années à un renouveau du Martinique Jazz Festival. Ses audaces, dont il faut le créditer, ne sont pas toujours récompensées. Il y cinq ans il proposait une soirée en deux temps avec Grégory Privat puis Erik Marchand. On se souvient, qu’après avoir accordé à l’enfant du pays un accueil délirant d’enthousiasme disproportionné, de la grossièreté d’une partie du public quittant le concert au beau milieu des morceaux de taragot, au motif qu’il n’entendait rien aux musiques des mondes slaves et celtiques. De belles âmes péroraient dans le hall de de l’édifice sur le thème. « Le sextet d’Erik Marchand n’avait pas sa place dans le MJF2011 ». Belle preuve d’ouverture d’esprit !

Lire : MJF2011, le renouveau d’un festival plus ouvert sur le monde.

Ce qui ne se comprend pas se répète. Nouvelle tentative d’ouverture au monde lors de la troisième soirée du MJF2016 avec de nouveau Grégory Privat dans le premier set et en fin de soirée une autre nouveauté toute fraîche celle-là et dans un tout autre domaine que celle des recherches du musicien-musicologue celte, le groupe Dam’nco étoile montante au firmament d’un jazz qui mêle et entremêle rock, funk, pop, metal, revisité par des Gavroche, des titis parisiens ayant planté leur campement du coté de Belleville et Barbés.

Lire Plus =>

Martinique Jazz Festival 2016. J2 : jeunesse & tradition en partage

— Par Roland Sabra —

maher_beauroyBelle soirée autour de Maher Beauroy et Randy Weston à Tropiques-Atrium Scène nationale, ce vendredi avec un public qui doucement prend ses marques. En première partie une jeune plante martiniquaise issue de l’Académie de Musique de Didier et du SERMAC et qui après un passage par les clubs de jazz parisiens poursuit sa formation, déjà bien assurée, au Berklee College of Music de Boston dans le Massachusetts, l’une des plus grandes écoles de musique privées des États-Unis. C’est parmi les, un peu moins de quatre mille élèves dont un quart d’étrangers, de cette école, qu’il va rencontrer quatre autres musiciens pour présenter en quintet An lot solèy. Rencontre décisive pour une musique un peu décalée qui dans son exécution a pu dérouter une petite partie du public. Les compositions très élaborées débutent souvent de façon monorythmique avant de verser rapidement dans cette polyrythmie très 20ème siècle et chère à Stravinsky, Messiaen, ou Bartok mais aussi à des formes de biguine en rupture avec la tradition.

Lire Plus =>

Martinique Jazz Festival 2016 J1 : un Antony Joseph « rhizomélique »?

— Par Roland Sabra —

anthony_josephOuverture en pédale douce du Martinique Jazz Festival 2016 à Sainte-Marie. Le public peu nombreux, une centaine de personnes tout au plus, a d’abord entendu Patrick Glady, le lauréat du Concours Émergence Musique Martinique 2015 dans la catégorie Jazz qui inaugurait la soirée dans une formation en quintet. Est-ce la timidité, le manque d’assurance, le trompettiste aux talents certains et reconnus semble encore en deçà de son potentiel. Une ligne mélodique plutôt intimiste dans son déroulé avec des hommages à ses proches et à Paco Charléry disparu en 2010. C’est peut-être à propos de ce dernier, percussionniste, mais aussi professeur multi-instrumentiste du SERMAC que Patrick Glady a livré un travail le plus abouti.

En deuxième partie, un tout autre univers est apparu. Antony Joseph,  de vert vêtu, un bouchon de prière musulmane sur la tête, le poète, romancier, musicien et chanteur britanno-trinidadien a donné un bel aperçu de son talent. Dans un registre identitaire à la fois très « roots » et très ouvert à l’ensemble du monde caribéen avec des textes pensés et réfléchis il invite au métissage de Trinidad, à la Guadeloupe en passant par Haïti dans une fusion jubilatoire de soul, de funk, de rock ou encore d’afrobeat, à tel point qu’on ne peut que regretter l’absence d’équivalent anglais pour rhizome, si cher à Glissant.

Lire Plus =>