Tag Archive for Karine Bénac-Giroux

« Demain, je pars pour Tlemcen » : vers une relève théâtrale !

— par Janine Bailly —

Chaque année, les Crous organisent un concours national de théâtre étudiant, en partenariat avec l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, le Crous d’Aix-Marseille et le Théâtre Universitaire de Nancy. C’est dans ce cadre que Karine Bénac et sa troupe « d’étudiants-acteurs » au Campus de Schœlcher nous ont présenté ce jeudi leur création « Demain, je pars pour Tlemcen », sujet en même temps d’une captation vidéo exigée par le règlement dudit concours.

Sur la scène improvisée de l’amphithéâtre Michel Louis, délimitée simplement par deux paravents dépliés, occupée en son centre par un vieux canapé qui sera le point d’appui et le repère des déplacements, quatre filles et deux garçons, que l’on a sentis profondément investis dans ce travail, ont interprété la pièce avec un bel enthousiasme, une énergie communicative, et leurs mots ont su garder ce parfum d’authenticité nécessaire à la vraisemblance du propos, cette spontanéité des débutants un peu débridée mais propre à entraîner l’adhésion du public. Le texte, écrit par Karine elle-même, et publié chez Epiderme (Théâtre), s’avère riche de sens dans sa complexité ; comme ambiguë et complexe s’avère aussi la recherche de sa propre identité pour celle-ci ou celui-là qui, en raison de son histoire familiale, se voit partagé entre deux pays, deux langues, deux cultures à assumer ou à aimer, en tout cas difficiles à faire cohabiter !

Lire Plus =>

« Demain je pars pour Tlemcen », proposé par Karine Bénac-Giroux

Le 28 mars à 18 h. Amphi Michel Louis, Campus de Schœlcher

NOTE D’INTENTION

Un père algérien naturalisé français veut renvoyer sa fille, Soraya, qui va passer le bac en Martinique, à Tlemcen, sa ville natale, pour la marier. Le fils, Renaud, est un « homme sans histoire(s) », jusqu’au jour où… Les lieux communs rencontrent l’imaginaire d’une génération née dans l’Hexagone/en Martinique et sans lien avec ce pays d’origine devenu objet de fantaisie et motif de rêveries.

En partie inspirée de l’histoire de l’autrice, la pièce est ici adaptée et jouée par les étudiants-comédiens-chanteurs martiniquais ou vivant en Martinique. Elle fait se superposer, par un « détour » évoquant celui de Fanon théorisé par Glissant, le contexte martiniquais et celui des Maghrébins « assimilés », histoire coloniale de l’Algérie et héritage colonial d’une ancienne colonie esclavagiste.

Comment porter l’héritage d’un nom oblitéré ? Celui de la langue du dominé ? Comment déjouer l’écheveau de la filiation ? Comment parvenir à se réconcilier – ou pas – avec elle, entre assimilation imposée ou désirée, francisation du nom, origines revendiquées ou fantasmées et rêves d’autonomie et de création de soi ?

Lire Plus =>

« Ici, au bord de l’ailleurs » : Le danseur et son double

— par Janine Bailly —

Nous l’avons vu récemment, en compagnie de son alter ego, sur la scène de Tropiques-Atrium à l’occasion de la Biennale de Danse. Nous le retrouvons avec bonheur dans un cadre plus intime, au campus de Schœlcher pour un mardi de la Bibliothèque Universitaire, et ce en compagnie d’un autre Laurent, complice inattendu de la performance.

Lui, le danseur-performeur, c’est Laurent Troudard, qui entend tisser des liens entre les mots et les corps. Le responsable des mots, c’est Alfred Alexandre, qui voit sous ses yeux s’incarner de nouvelle façon deux de ses pièces, Le Patron et La nuit caribéenne. Le lieu, c’est ce carré vide et clos, cœur de la salle, devenu creuset où vont de façon singulière se répondre, se compléter, se contredire parfois trois formes d’expression, pour nous dire qu’« Ici, au bord de l’ailleurs », dans ce « terreau de l’île » naissent et meurent des déchirures spécifiques, mais d’autres aussi qui, parce qu’elles sont de notre humanité, atteignent à l’universel. Trois formes d’art imbriquées : écriture du dramaturge, écriture musicale, danse — ou plutôt langage et signes des corps.

Lire Plus =>

« Histoires de Valets », d’après « La surprise de la haine »

Tropiques-Atrium scène nationale le mercredi 31 mai 2017 16 h. (entrée gratuite)

Comédie féministe d’après « La Surprise de la haine » de Louis de Boissy, auteur du XVIIIème siècle

Conception, mise en scène et chorégraphies : Karine Bénac-Giroux
Avec les interprètes
Comédiens-danseurs-musiciens :
Malika Mian, Karine Bénac-Giroux, Silvère Mothmora Artan, Michel Bérouard,
Avec un divertissement adapté de Jean-Joseph Mouret
Arrangements musicaux : Michel Bérouard

Le département des lettres de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Schoelcher (U.A)
En partenariat avec la scène nationale Tropiques-Atrium

Note d’intention
Histoire de valets

Silvia : Tiens, tout ce que tu dis avoir senti en me voyant est précisément l’histoire de tous les valets qui m’ont vue.
Dorante : Ma foi, je ne serais pas surpris quand ce serait aussi l’histoire de tous les maîtres.
Marivaux, Le Jeu de l’amour et du hasard (1730), I, 6.
Silvia et Dorante mentent. L’histoire des valets n’est jamais celle des maîtres. Si les maîtres pensent détenir les clés de l’histoire et être les seuls à écrire l’Histoire, cette pièce souhaite réfléchir l’envers du décor : l’histoire des valets, l’histoire racontée par Lisette et Arlequin, la tentation de « faire des histoires » pour s’opposer aux maîtres ou avoir un rôle à jouer.

Lire Plus =>