Tag Archive for Kamau Brathwaite

« Et ce n’est pas qu’on allait quelque part », sur les épaules de Mylène Wagram

— Par Roland Sabra —

Et ce n’est pas qu’on allait quelque part
si vous voyez ce que je veux dire

je veux dire nous n’allions nullepart
même si le bateau se déplaçait je suppose
& la mer aussi se déplaçait impéccable
& aussi les vagues
& pourtant dans mon rêve c’était juste
un bâtiment un moment un jusant

Dans un décor minimaliste, presque dépouillé qui renvoie à précarité de la situation exposée la version présentée en Martinique de « Et ce n’est pas qu’on allait quelque part » repose dans sa quasi totalité sur les épaules de Mylène Wagram. Lors de la création elle était épaulée par Katia Scarton Kim. DreamHaït de Kamau Brathwaite, traduit par Christine Pagnoulle sous le titre RêvHaïti est adapté pour la scène par la metteure en scène Frédérique Liebaut. A la richesse première du texte qui mêle et entremêle langue vernaculaire, avec une multitude de registres de langue, de procédés littéraires, de figures de style et d’inventions graphiques Frédérique Liebaul a eu l’idée lumineuse de croiser ce poème au lyrisme foisonnant avec des textes de Christophe Colomb, d’Aimé Césaire, de Las Casas.

Lire Plus =>

« Et ce n’était pas qu’on allait quelque part », d’après « Dream Haïti » de Kamau Brathwaite

Samedi 3 juin 2017, 18h, au CDST de Saint-Pierre

« Et ce n’était pas qu’on allait quelque part »
Traversée scénique d’après « Dream Haïti » de Kamau Brathwaite – Cie Awa
Mise en scène : Frédérique Liebaut
Avec : Zmorda Chkimi & Mylène Wagram
Cette pièce est une traversée scénique. Ce poème évoque la tragédie des boat people, des haïtiens, poussés par les conditions économiques et politiques à se jeter à l’eau sur des embarcations de fortune.
La promesse de noyade faite aux réfugiés, sur toutes les mers du globe, est-elle l’ultime perspective ouverte par les grandes traversées transatlantiques qui ont construit le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui ?
Les voix d’Henri Bauchau, Christophe Colomb, Malcolm Lowry, Bartolomé de Las Casas et d’Aimé Césaire surgissent des ressacs du texte de Brathwaite pour relire cette première rencontre fracassée et fracassante de l’Europe et de l’Amérique, et tenter sur les lumineux fragments de nos naufrages de construire un monde qui accueille notre espoir.

L’histoire a commencé pour la Cie au détour d’une représentation de « Léon Gontran DAMAS A franchi la ligne » à Anvers.

Lire Plus =>