Tag Archive for Jocelyn Régina

Vol de non retour

Vol de non retour de Jocelyn Régina

Deux vieilles femmes de la Martinique profonde, celles qui savent parler bien gras et dont la seule présence vous donne envie de rire, portées en particulier par l’admirable comédien THIERRY ADELE qui a toujours été sublime dans BANKOULELE, décident d’aller vivre en France, le restant de leur vie. La vie aux Antilles leur pèse. Trop de problèmes sociétaux. Elles ne rêvent que de Paris. Sur le chemin de départ, à l’aéroport, elles croisent un couple bien décidé, lui, à réaliser un retour au pays tonitruant. La discussion s’entame et les deux visions s’affrontent et se confrontent autour d’une mise en scène et d’une écriture faisant la part belle aux fous-rires.

Distribution
Thierry Adèle………… Maritérez
Marc-Julien Louka….. Mathilda
Naomie Troudard……. L’arrivante
Virgil Venance………. L’arrivant

Infoline : 0696.358.340

Entrée 15 €

Ancienne école maternelle du Carbet

Lire Plus =>

« Résurgence » : qui trop étreint mal embrasse

— Par Roland Sabra —*

Le projet de Jocelyn Régina est de faire entendre la parole de Césaire. Il invente pour ce faire une situation dans laquelle un vieillard habitant le quartier de Volga attend depuis dix ans la visite habituelle que lui rendait Aimé Césaire, sans savoir que celui-ci est décédé. Il est livré aux mains d’un couple de tortionnaires, une « assistante de vie » et son amant militaire qui n’ont que faire des écrits du poète, de l’écrivain, de l’homme politique. Césaire pour eux est au mieux un nom vide de contenu, au pire le nom d’un politicien aux positions ambiguës. Situation pas aussi irréaliste que cela quand on interroge les jeunes générations. La scène figure l’intérieur de la maison, pauvre en équipement, il y a là un lit coté jardin, un semblant de cuisine coté cour, quelques affiches sur les murs de la masure. Le vieux est handicapé, la goutte le cloue au lit, une corde sur le seul pied valide limite ses déplacements. Le couple n’a qu’un seul projet, celui de dilapider sans vergogne le pécule du vieux qui clame du Césaire nuit et jour.

Lire Plus =>

« A Parté » & « Résurgence » m.e.s. Françoise Dô, Jocelyn Régina

Mardi 22 janvier 2019 -20h – Tropiques-Atrium

2 spectacles dans la soirée !

« A Parté »

texte & m.e.s.: Françoise Dô
Nicole est de retour dans la région. Elle refait sa vie avec son nouvel amant, Chat. Mais Stéphane, son mari dont elle est séparée depuis quelques mois, voit en ce retour l’occasion de la reconquérir. Qu’est-on prêt à faire pour conserver sa famille ? « Le titre A Parté ouvre de manière assumée sur plusieurs niveaux de lecture. Les histoires de Stéphane et Nicole se jouxtent jusqu’à l’interférence.
A travers l’écriture et le récit théâtral, je cherche à explorer les tabous et les non-dits au sein des familles et de la société. » – Françoise Dô
Texte publié à Théâtre Ouvert éditions / Collection Tapuscrit
Cie Bleus et Ardoise
Création
Production : Bleus et Ardoise
Coproduction : Tropiques Atrium Scène nationale
Avec le soutien de : Direction des Affaires Culturelles de Martinique, Cité Internationale des Arts de Paris, Théâtre de Vanves & le Théâtre Ouvert

« Résurgence »

Lire Plus =>

« Résurgence », m.e.s. de Jocelyn Régina

Le 15 juin à 19h 30 à Coridon

RÉSURGENCE

Textes d’Aimé CESAIRE et de Jocelyn REGINA
Distribution
Le vieil homme ( Anglio )………… Jocelyn REGINA
La garde-malade ( Gertrude )….… Laëtitia SAVARIAMA
L’amant ( Firmin )………………… Virgil VENANCE
Synopsis
Dans ce quartier de Volga-Plage, il y a bien longtemps que ce vieil homme ne reçoit plus de visites. Il entretenait une relation amicale avec Aimé Césaire qui se faisait une joie de frapper à sa porte lors de ses déplacements dans le quartier. Et c’était un plaisir pour les deux de refaire le monde et de discuter de tout et de rien. Sauf que depuis une dizaine d’années, il n’a plus eu la moindre nouvelle de son ami poète. Que s’est-il passé ? Il n’a pas les moyens de le savoir d’autant plus que rongé par l’âge et la maladie, il lui a été affecté une garde-malade à domicile sans vergogne et sans humanité qui le tient dans un dénuement inqualifiable et dans un retranchement total qui ne lui permettent pas d’être au fait de la disparition du chantre de la négritude.

Lire Plus =>

« Le dorlis de ces dames » : un quart de siècle et pas une ride

— Par Roland Sabra —

Deux couples, deux maisons, deux modes de vie, des anciens et des jeunes, des gens du cru et des acculturés. Entre les deux dans une grotte, un ababa qui la nuit venue, fait perdre la tête aux dames du coin, un dorlis en un mot comme en cent. Personnage typiquement martiniquais, il n’existe pas en dehors de l’île aux fleurs, il se glisse la nuit dans le lit des femmes et leur impose des rapports sexuels à faire pâlir d’envie tous les DSK, Rocco Siffredi, et autres queutards de grands chemins. Il fait jouir les femmes et à l’occasion s’autorise quelques extras avec leurs maris. Rêve ou fantasme il a la réalité d’un désir, né sous l’esclavage quand le corps des femmes était nié, ravalé au statut d’objet.

« Le dorlis de ces dames » de Jocelyn Régina, écrit il y a 25 ans, ne s’appesantit pas sur le pourquoi et le comment de l’incube, ni sur les différentes figures qu’il a pris de la Mésopotamie à Rome en passant par la Grèce, ni sur son versant magico-religieux, médical ou psychiatrique.

Lire Plus =>

Mais qui es-tu donc doudou dis moi ?

Le dorlis de ces dames vu par José Alpha —

le_dorlis_de_ces_damesAlors que les festivaliers autant d’Avignon que de Fort de France déambulent avec ravissements entre les salles équipées et les spectacles donnés dans les rues ou sur la savane foyalaise, une petite troupe de comédiens arrachés à la torpeur insulaire par le 45eme Festival de la capitale de la Martinique, donnent à voir une comédie populaire désopilante dans les centres culturels de la périphérie de Fort de France : le Dorlis de ces dames.

Le dramaturge metteur en scène Jocelyn Régina entouré de ses compères Thierry Adèle, Giovanny Ventura et Nestor Mijéré ont convoqué ce personnage culturel des croyances et légendes des Antilles, singulièrement de la Martinique, qui « terroriserait » encore la gent féminine voire même les hommes les plus virils. Hé oui ! Mais cela est une autre affaire si on considère que certains fantasmes féminins se rapprochent davantage du mythe de la naissance des peuples amérindiens de la Caraibe dont le serpent-phallus se glisse dans le sexe de la jeune vierge accroupie dans l’eau courante de la rivière pour l’ensemencer , que du mystère de la possession sexuelle de la jeune vierge Marie par le Saint Esprit.

Lire Plus =>