Étiquette : islamo-gauchisme

“Islamo-gauchisme”: Plus de 600 universitaires demandent la démission de Frédérique Vidal

Paris – Plus de 600 membres de l’enseignement supérieur ont demandé samedi la démission de leur ministre de tutelle, Frédérique Vidal, dans une tribune publiée dans le Monde, lui reprochant de “faire planer la menace d’une répression intellectuelle” sous couvert d’enquête sur “l’islamo-gauchisme”.

Comme dans la Hongrie d’Orban, le Brésil de Bolsonaro ou la Pologne de Duda, les études postcoloniales et décoloniales, les travaux portant sur les discriminations raciales, les études de genre et l’intersectionnalité sont précisément ciblés“, considèrent les signataires de la tribune (enseignants, chercheurs…), estimant “une telle ministre indigne de nous représenter et nous demandons, avec force, sa démission“. 

La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche avait dénoncé le 14 février “l’islamo-gauchisme” qui, selon elle, “gangrène la société dans son ensemble et l’université n’est pas imperméable“, avant de demander mardi au CNRS “un bilan de l’ensemble des recherches” qui se déroulent en France, afin de distinguer ce qui relève de la recherche académique et ce qui relève du militantisme. 

Les signataires, parmi lesquels l’économiste Thomas Piketty ou la sociologue Dominique Méda ont souligné que la loi de programmation de la recherche, portée par la ministre et adoptée le 20 novembre dernier, et le manque de moyens accordés à l’université sont les principales raisons “qui entravent (leur) travail“. 

→   Lire Plus

Enquête sur l'”islamo-gauchisme” dans la recherche : l’impossible décolonisation de l’Université

— Par Stéphane Dufoix —

Stéphane Dufoix, professeur de sociologie à l’Institut Universitaire de France, analyse les accusations d'”l’islamo-gauchisme” dont fait l’objet l’université française.

L’Université est en émoi. Le 16 février 2021, devant l’Assemblée nationale, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche a confirmé la mise en place d'”un bilan de l’ensemble des recherches” en lançant, rapporte Le Monde, une enquête scientifique sur “l’islamo-gauchisme” pour identifier, selon elle, ce qui relève de la recherche ou du militantisme. Ce nouveau développement et l’ingérence du politique dans la recherche semblent faire suite à une série de polémiques visant à pointer du doigt le travail des chercheurs et des courants de recherche non hégémoniques.
Ainsi cet hiver, une tribune rassemblant cent universitaires a entrepris dans Le Monde de défendre les propos Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale sur l'”islamo-gauchisme” mais aussi sur le risque que représentent : “les idéologies indigéniste, racialiste et ‘décoloniale’ (transférées des campus nord-américains), “bien présentes” dans les universités et y “nourrissant une haine des “Blancs” et de la France.” Cela sonne comme une litanie. Au cours des deux dernières années, généralement à l’automne, un groupe d’intellectuels et d’universitaires publie dans un quotidien ou dans un magazine un texte collectif mettant en cause l’emprise qu’aurait acquise au cours des dernières années, à l’Université et dans le monde intellectuel au sens large, une “nébuleuse” politique et idéologique se présentant sous les oripeaux de la science.

→   Lire Plus