Étiquette : G.R.S.

Entre vents et marées, cap sur demain.

— Tribune libre de Philippe Pierre-Charles et de Marcel Sellaye du G.R.S. —

L’épreuve que vit en ce moment la Martinique, s’inscrit dans le cadre de la crise permanente d’un système, dont les soubresauts se répètent à un rythme accéléré, même si leurs formes varient. Cette marche est inexorable. Seule son issue est inconnue. Les forces progressistes et révolutionnaires ont juste le devoir de peser de toutes leurs forces pour le seul dénouement qui vaille : un lendemain meilleur pour la grande majorité de la population. Et le temps est compté !

On voit bien que la position de l’État consistant à repousser la date de la mise en application de sa loi inadaptée, irréaliste et injuste d’obligation vaccinale et de pass sanitaire, ne résout rien. L’entêtement colonial dans toute sa splendeur !

Plusieurs possibilités existent pourtant pour débloquer la situation, et entrer en négociation sur tous les problèmes mis sur le devant de la scène à la faveur de la crise actuelle :

  • Moratoire sur l’application de cette loi sur les territoires la refusant.

  • Possibilité offerte aux personnes acceptant des vaccins non ARN messagers dont le vaccin cubain.

→   Lire Plus

Abstention et système électoral

Le journal « Révolution socialiste », du G.R.S., nous parvient aussi en version texte maintenant. Voici le n° 207 du 21 &27 juin 2021.

Le bal des pleureurs et pleureuses sur la forte a quelque chose de cocasse quand on sait la part de responsabilité des plaignantes dans le phénomène déploré ! Cela ne nous empêche pas d’analyser.

Attachons nous ici à l’aspect que curieusement aucun commentateur n’a relevé à part nous. Cet aspect concerne le système électoral luimême.
Le maintien d’un fort taux d’abstention entre les deux tours montre que la multiplicité des candidates n’a pas joué un rôle aussi déterminant que certains ont dit. Par ailleurs, le fort taux en France relativise aussi l’argument de la spécificité coloniale.

Pourquoi donc, le système électoral est il en cause ?

Parce que l’électeur et l’électrice constatent une chose. Ce qui sort des urnes ne correspond pas à la volonté générale. Dans les faits, le système force la main à l’électorat. Soit disant, Il est libre et Il vote comme il veut ; c‘est la démocratie !

→   Lire Plus

Yo tout pou “L’économie sociale et solidaire”!?

Le journal “Révolution socialiste”, du G.R.S., nous parvient aussi en version texte maintenant. Voici le n° 206 du 14 juin 2021.

Ah la nouvelle tarte à la crème ! Sauf que cette tarte là est purement verbale. Et vivent les élections qui nous permettent de développer des idées en rapport avec au moins des palliatifs aux misères du monde. Et d’inciter d’autres à reprendre les mots, sinon la substance de ces remédiations minimum !

Sous ce vocable d’économie sociale et solidaire, on met souvent des associations dont les responsables se comportent avec autant de rapacité que le patronat le plus extrémiste. Ces associations sont souvent secouées par des grèves dures. Mais ce vocable couvre aussi les SCOP (sociétés coopératives ouvrieres de production) où les travailleurs et travailleuses sont des associéEs qui décident ensemble de tout sur la base de : une personne, une voix ! Le mouvement social et singulièrement la CDMT a souvent fait la proposition de transformer en SCOP (ou en SCIC qui associent aux salariéEs une ou des collectivités publiques et même du privé mais en gardant le même principe démocratique) des entreprises vouées à la liquidation parce que les actionnaires préfèrent investir des marchés plus juteux.

→   Lire Plus

Poursuivons, entre nous, le débat !

— Par Max Dorléans, GRS —

La lettre d’appel à la discussion que Macron a dû écrire en réponse aux exigences du mouvement des Gilets jaunes n’est rien d’autre que de l’enfumage visant à enliser ce dernier, en cherchant à déplacer le curseur de la lutte sociale vers un terrain plus institutionnel.
Même si nous n’y participerons pas formellement, n’ayant pas attendu Macron pour discuter au quotidien sur notre avenir avec les Martiniquais et les Martiniquaises, nous saluerons les Gilets jaunes, de nous offrir, grâce à leur colère contre Macron, une fenêtre supplémentaire, pour poursuivre, avec peut être, une écoute plus attentive, nos discussions ici même.
Evidemment, nous ne savons aucunement aujourd’hui, ce qui va résulter au profit de la majorité de la population en France, le débat découlant du mouvement initié par les gilets jaunes le 17 novembre 2018. Mais nous ne nous faisons non plus aucune illusion à son sujet au regard de nos propres expériences avec les différents « états généraux » mis en place ici par les Chirac, Sarkozy et Macron lui-même.
Et, nous le savons d’autant moins que l’ensemble des quelques débats intéressants autour notamment des problèmes de justice sociale et justice fiscale, sont cadenassés par des experts et notables rompus aux questions économiques, fiscales, budgétaires, prompts pour condamner uniquement les violences attribuées aux gilets jaunes, et sensibles aux seules solutions respectant le cadre institutionnel existant.

→   Lire Plus

Sur la question de l’indépendance : d’une polémique prévisible à un débat nécessaire…


— Par Philippe Pierre-Charles pour le G.R.S. —
“Je fus indépendantiste”. Le journaliste interrogeant Garcin Malsa a tout de suite compris qu’il tenait là sa “petite phrase” aux allures de scoop. Il demanda et obtint sa répétition. Et voilà les réseaux sociaux qui s’enflamment et voici le PKLS qui, fort sourcilleux sur les symboles et le vocabulaire, lance un communiqué sur ” la clarté en politique”, sur ” la sincérité ” dans les rapports entre organisations “, sur la cohérence dans le combat émancipateur.
Nous, qui sommes généralement plus attentifs au mouvement réel des larges masses et à la façon dont les révolutionnaires s’y insèrent (…ou pas ! ) qu’aux empoignades légitimes sur telle ou telle petite phrase de tel ou tel responsable politique, nous nous disons, en reprenant un vieux dicton français, qu’à quelque chose malheur peut être bon. La légère inflexion du dicton (” peut être bon ” au lieu de “est bon”) traduit bien sûr un certain doute chez nous. En réalité si la polémique tourne en boucle sur les mots, nous n’aurons pas grand chose de nouveau sous le soleil martiniquais.

→   Lire Plus

Nous sommes solidaires de Notre Caraïbe !

— Par le G.R.S. —

L’un des cyclones les plus puissants et terribles, Irma, vient de s’abattre sur la Caraïbe, et a écrabouillé notamment les populations de Barbuda, de Saint Barthélémy, de Saint-Martin et de Tortola, occasionnant victimes et dégâts matériels considérables. D’autres îles ont aussi beaucoup souffert
Près d’une semaine après le passage d’Irma, le gouvernement français et les autorités officielles sont incapables d’annoncer pour leurs colonies (Saint Barthélémy et Saint Martin) un bilan sérieux concernant les victimes (officiellement 9 morts jusqu’au 9 septembre), alors que plusieurs voix susurrent des chiffres plus importants. Sur le plan matériel, les deux îles sont dévastées à plus de 80%.
Pour un Etat toujours prompt à donner des leçons et à critiquer la gestion de ce type de crises par des Etats de moindre puissance, on ne peut que pointer sa gestion frivole, irresponsable et coloniale.
Car si gouverner c’est prévoir, on ne peut que condamner l’Etat français pour son inertie, son absence de mesures préventives (coûteuses), puisque au vu des informations existantes – par ses propres services entre autres – personne et surtout pas lui, ne pouvait être pris par surprise.

→   Lire Plus