Étiquette : Claude Lévi-Strauss

L’éphéméride du 28 novembre

Naissance à Bruxelles de Claude Levi-Strauss le 28 novembre 1908

Claude Lévi-Strauss [klod levi stʁos]1, né le 28 novembre 1908 à Bruxelles et mort le 30 octobre 2009 à Paris, est un anthropologue et ethnologue français qui a exercé une influence majeure à l’échelle internationale sur les sciences humaines et sociales dans la seconde moitié du xxe siècle. Il est devenu notamment l’une des figures fondatrices du structuralisme à partir des années 1950 en développant une méthodologie propre, l’anthropologie structurale, par laquelle il a renouvelé en profondeur l’ethnologie et l’anthropologie en leur appliquant les principes holistes issus de la linguistique, de la phonologie, des mathématiques et des sciences naturelles.

Professeur agrégé de philosophie et enseignant au début des années 1930, il se tourne à partir de 1935 vers l’ethnologie, dont il va faire son métier. Après ses premiers travaux de terrain sur les peuples indigènes du Brésil entre 1935 et 1939, il est contraint de s’exiler en 1941 à New York ; où il rencontre de grandes figures des sciences humaines et sociales, dont le phonologue russe Roman Jakobson, auprès de qui il s’initie aux principes de l’analyse structurale et de la linguistique moderne.

→   Lire Plus

Claude Lévi-Strauss aurait eu 105 ans !

Né il y a 105 ans, l’anthropologue français honoré par le Doodle a inventé le structuralisme. Il fut l’un des scientifiques les plus influents au monde.

—Par Thibaut Danancher —

levi-straussClaude Lévi-Strauss aurait dû fêter aujourd’hui ses 105 ans ! L’académicien a tout réussi, sauf l’année de son centenaire. Il meurt le 30 octobre 2009 à trois semaines de ses 101 ans. Google rend hommage jeudi à l’anthropologue et à l’ethnologue français. Un doodle est consacré à cette grande figure de la scène intellectuelle française. Il aura exercé une influence considérable sur les sciences humaines du XXe siècle. Philosophe de formation, ce pionnier du structuralisme, auteur de Tristes tropiques (1955), arpentait le monde pour en étudier les mythes. Précurseur dans le domaine de l’écologie, il a notamment oeuvré à la réhabilitation de la pensée primitive.

C’est ce “regard éloigné” et surplombant qui semble le mieux définir l’homme qui, jusqu’en octobre 2007, continuait à se rendre deux fois par semaine à son bureau du laboratoire d’anthropologie sociale au Collège de France. Il reconnaissait appartenir à un autre temps : “Mon oeuvre termine une époque ; elle est encore ancrée dans le XIXe siècle.”

→   Lire Plus