Tag Archive for Christoph Guillermet

« La nuit – la brume ( tropicales) », de Christoph Guillermet

— Par Christian Antourel & Ysa de Saint-Auret —
Initié par Christoph Guillermet ce spectacle numérique vivant, où les images se déposent sur la brume à la manière d’un hologramme est une invitation à une exploration visuelle sonore et poétique de la forêt tropicale . « Enfant je partais la nuit avec mon père dans les forêt tropicales. La nuit tombait les brumes se levaient , puis dévalaient pentes et coteaux. Les insectes traversaient vals et monts, attirés par la lumière. Les animaux de la nuit sortaient prudemment de leurs refuges »
Une immersion confiante dans les nuits de brume où l’enfant se laisse porter par une ballade rêveuse au cœur de la nature.

Dominique Guesdon en chef d’orchestre très beau joue un yoga majestueux et magique à la fois, le contrôle du souffle et le positionnement du corps participent aussi au transfert d’énergie. Il sait tempérer divers mouvements de la main, du poignet de l’avant-bras , du bras et des épaules . C’est l’alphabet crucial élémentaire, l’essentiel même de ce langage lorsque la main remonte et met fin à la vibration, que se passe-t-il durant cette séquence gestuelle ?

Lire Plus =>

« Rup_ture » ou l’abstraction corporelle

Par Selim Lander

ruptureAprès la Machine à beauté, la semaine dernière, un spectacle de théâtre programmé par l’Atrium, la salle Frantz Fanon est à nouveau comble pour un spectacle du CMAC, cette fois, la dernière création de la compagnie guadeloupéenne Lénablou (comme sa chorégraphe, Léna Blou). Le plateau est divisés en deux : devant un écran blanc disposé en biais, à jardin, un tapis blanc carré sur lequel évolueront les quatre danseurs ; à cour deux musiciens avec leurs instruments (contrebasse et batterie) qui viendront se surajouter à la bande son. Celle-ci, à vrai dire, se suffit à elle-même – une musique contemporaine signée Marc Jalet avec déjà pas mal de basses, mais sans que cela devienne obsédant comme dans les boites de nuit – si bien que les deux musiciens semblent plutôt là pour la décoration.

Avant que le spectacle commence, on voit apparaître sur l’écran des bandes ou des lignes verticales en mouvement, selon une esthétique très « Supports/Surfaces ». La vidéo, signée Christoph Guillermet, jouera également son rôle par la suite, en particulier dans la séquence qui montre les évolutions du danseur Léo Lérus, silhouette démultipliée à différentes tailles, un moment assez saisissant, qui laisse une curieuse sensation car on ne s’intéresse plus guère, à ce moment-là, aux danseurs en chair et en os qui sont pourtant encore là, sur le bord opposé de leur quadrilatère.

Lire Plus =>