Étiquette : bénin

Documentaire : ce poulet qui plume les aviculteurs béninois

— Par Audrey Loussouarn —

Les Dessous de la mondialisation : 
« Bénin, poulet morgue ».[Vu sur Public Sénat] Nadia Blétry s’est rendue au Bénin pour comprendre l’impact des importations de poulets congelés venus de l’Occident. Le désarroi de cette population impuissante face aux grands producteurs est patent.
C’est court, trente minutes. Pour un documentaire, il n’en faut parfois pas plus pour faire passer une idée. Nadia Blétry a focalisé son attention sur ce qui mine aujourd’hui le Bénin, un des plus pauvres pays du monde, et surtout ses 10 millions d’habitants. Sa filière avicole ? Quasiment réduite à néant, elle lutte contre une concurrence déloyale des exportateurs étrangers. Car, chaque année, ce sont 150 000 tonnes de poulets « morgues », comme les appellent les locaux, qui sont importés congelés.

→   Lire Plus

De retour du Bénin

— Par Marie-Hélène Léotin, Conseillère régionale —

porte_du_non-retour_beninLe 23 août 2014, la République du Bénin a commémoré la Journée du souvenir de la traite négrière et de l’esclavage en présence, pour la première fois, de délégations des Conseils régionaux de Guadeloupe et de Martinique. C’est avec beaucoup d’émotion que nous nous sommes retrouvés sur cette terre du Bénin, précisément à Ouidah. C’est le retour aux sources, c’est le salut aux ancêtres, c’est l’hommage à notre mère l’Afrique. Il ne faut pas oublier que la majorité des captifs africains déportés par les négriers français viennent de Ouidah⋅
Même si nos ancêtres ne sont pas forcément originaires de cette région là, mais ils ont embarqué ici où se dresse la porte du non retour⋅
Nous avons fait le chemin du retour pour saluer la terre de nos ancêtres et retisser les liens avec nos lointains cousins⋅ Bien sûr, nous ne sommes pas Africains.

→   Lire Plus

Festival Africolor, riche traversée de la mémoire

— Par Fara C. —
africolorLe 25e festival de musiques afros 
de Seine-Saint-Denis célèbre les sons et les sens avec Rokia Traoré, le collectif Mixatac d’Essaouira et le Réunionnais Zanmari Baré.

Tandis que sonne le 25e Africolor à travers seize villes de Seine-Saint-Denis et des escales parisiennes, cet âtre d’inventivité artistique et de citoyenneté conjuguées s’avère plus nécessaire que jamais. En ces temps où une certaine extrême droite avance masquée, réfutant sa sombre idéologie originelle tout en attisant la parole raciste, le festival s’attache aux musiques surgies de différentes déportations : razzias arabes au cours de l’islamisation de l’Afrique, qui engendrèrent les confréries gnawas du Maroc, traites négrières organisées par les puissances occidentales, mais aussi vagues migratoires suscitées par le capitalisme. Le cinéma la Clef (Paris), proposant cinq séances cinématographiques, nourrit la réflexion lors de débats.

un patrimoine multiséculaire valorisé

→   Lire Plus