Étiquette : Amazonie

Brésil : la déforestation en Amazonie atteint des records depuis janvier

D’après les images satellites de l’Institut brésilien de Recherches Spatiales (INPE), 1 202 km² de forêt ont disparu lors des quatre premiers mois de cette année

En pleine pandémie de coronavirus, la forêt amazonienne passe au second plan, après avoir été au centre des attentions pendant plusieurs mois lors des incendies qui ont dévasté des milliers d’hectares. La déforestation a pourtant atteint un record entre janvier et avril en Amazonie brésilienne, selon des données officielles publiées vendredi qui laissent entrevoir une nouvelle année noire pour la plus grande forêt tropicale du monde. 

LIRE AUSSI >> Face au coronavirus, le président brésilien Jair Bolsonaro multiplie les provocations 

D’après les images satellites de l’Institut brésilien de Recherches Spatiales (INPE), un organe gouvernemental, 1 202 km² de forêt ont ainsi disparu lors des quatre premiers mois de cette année. Cette déforestation est de 55% supérieure à celle de la même période de 2019 et la plus élevée sur la période de janvier à avril depuis le début des statistiques mensuelles en 2015. 

Tendance inquiétante

Ces chiffres soulèvent des questions sur l’engagement du président Jair Bolsonaro à protéger l’Amazonie, dont plus de 60% se trouvent en territoire brésilien.

→   Lire Plus

Peut-on encore sauver les forêts tropicales et comment ?

—Par Plinio Sist, chercheur, écologue, spécialiste des forêts tropicales humides et directeur de l’unité de recherche Forêts et Sociétés au Cirad —

Tribune. Les forêts tropicales continuent de disparaître à un rythme alarmant pour être converties en terres agricoles, pâturages ou plantations industrielles. Elles subissent également des dégradations importantes liées à la surexploitation de leurs ressources. De ce fait, elles sont de plus en plus vulnérables aux effets du changement climatique et aux incendies, comme cela fut le cas en Amazonie et en Indonésie cet été.

Si au milieu des années 2000, la perte de forêts tropicales semblait ralentir, comme ce fut le cas au Brésil avec une baisse de 80% de la déforestation entre 2004 et 2012, depuis 2016, la tendance est malheureusement à nouveau à la hausse. En effet, entre 2001 et 2009, la perte annuelle moyenne de forêts tropicales naturelles a été de 2,8 millions d’hectares (Mha) contre 3,7 Mha pour la période 2010-2018, soit une augmentation de 25%. L’année 2019 confirmera sans doute cette tendance, comme en Amazonie, où les incendies de l’été dernier ont largement contribué à battre le triste record de près d’1 million d’hectares de déforestation soit le taux annuel le plus élevé jamais enregistré depuis dix ans.

→   Lire Plus

Un projet de GDF-Suez met en danger les dernières tribus isolées d’Amazonie,

par Jean-Marie G. Le Clézio et Jean-Patrick Razon —

gdf_suez_amazonieLe groupe GDF-Suez a entrepris en 2008 la construction de l’un des plus grands barrages du Brésil. D’une capacité de 3 300 MW, le barrage de Jirau, qui devrait entrer en exploitation d’ici deux ans, fait partie d’un programme controversé qui prévoit la construction de quatre centrales hydroélectriques dans le bassin de la rivière Madeira, un affluent de l’Amazone. Ce projet, le plus important d’Amérique latine à l’heure actuelle, s’inscrit dans le « Programme de croissance accélérée » lancé en 2007 par le président Lula : il représente plusieurs centaines de kilomètres carrés de retenue d’eau, dont 258 km2 pour le seul barrage de Jirau ; il menace non seulement la diversité biologique et socioculturelle de la région, l’intégrité des territoires occupés par les peuples indigènes, les communautés riveraines et d’autres populations locales vivant dans la région du bassin de la Madeira, mais aussi la survie même de certaines des dernières tribus isolées du monde.

Principal affluent de l’Amazone, la Madeira est située dans l’Etat du Rondônia, au nord-ouest du Brésil.

→   Lire Plus

Guyane: les ravages de l’orpaillage


–__-

 L’eau du fleuve qui passe devant notre village est sale. Sale et blanchâtre depuis plusieurs mois. Il devient gênant de laver son linge, de se laver, de laver son enfant qui va boire cette eau en se baignant. C’est à cause d’un nouveau chantier d’orpaillage, très grand, sur la crique Lipolipo

«La terre de Guyane ne sera plus violée impunément», promettait Nicolas Sarkozy, il y a un an, à Camopi, un village amérindien de ce département d’outre-mer, en annonçant un plan de renforcement de la lutte contre l’orpaillage clandestin. Mais pour les villages établis sur le fleuve Maroni, près de la frontière du Surinam, la situation n’a fait que s’aggraver et ils dépérissent, victimes de la pollution et de la violence provoquées par les garimpeiros, les chercheurs d’or clandestins. L’ONG Survival (www.su

Réalisé par É.Pa Kindy Opoya.

«Je suis née en 1986 à Talhuen, un village à environ deux heures de pirogue en amont de Maripasoula. Je suis assistante de vie scolaire. Aujourd’hui, le quotidien dans nos villages, c’est la peur des garimpeiros. La peur, jour et nuit. Ils ont envahi notre vie.

→   Lire Plus