Étiquette : Agnès Callamard

Agnès Callamard, inlassable trouble-fête des autocrates

Paris – Elle a été menacée de mort par un responsable saoudien et fait sortir de ses gonds le président des Philippines qui l’a couverte d’injures : à 58 ans, Agnès Callamard a quitté l’ONU mais entend continuer d’être la trouble-fête des autocrates de la planète à la tête d’Amnesty International.

Je n’ai certainement pas l’intention de me taire !“, assure en riant la nouvelle secrétaire générale de l’ONG. 

Oui, le sparadrap du capitaine Haddock, ce sera nous et au-delà: on va faire beaucoup plus que d’embêter la répression“, promet de son débit de mitraillette la quinquagénaire lors d’un entretien accordé à l’AFP. 

Poil à gratter” des dictateurs et autocrates du monde entier qui en ont fait leur bête noire, “voix courageuse” pour la société civile, cette défenseure inlassable de la cause des droits humains et de l’État de droit a été de tous les dossiers en vue des dernières années. 

De l’enquête sur l’assassinat en 2018 du journaliste Jamal Khashoggi, attribué à Ryad, à celle de la mort en 2020 du général iranien Qassem Soleimani dans une frappe aérienne américaine jugée “illégale“, en passant par les lenteurs de la justice française après le meurtre de deux journalistes de RFI en 2013 au Mali…  

A chaque fois, la rapporteure spéciale de l’ONU sur les exécutions extrajudiciaires sommaires ou arbitraires tire à balles réelles, loin du langage policé de l’enceinte onusienne.

→   Lire Plus

La Française Agnès Callamard nommée à la tête d’Amnesty International

Londres – La Française Agnès Callamard, experte en droits humains, a été nommée secrétaire générale d’Amnesty International, a annoncé lundi l’organisation basée à Londres et qui compte des bureaux dans plus de 70 pays.

La combinaison de son acuité intellectuelle, de sa grande expérience internationale des droits humains et de sa voix courageuse la rendent hautement qualifiée pour défendre notre mouvement“, a déclaré Sarah Beamish, présidente du Conseil international, dans un communiqué. 

Nommée pour quatre ans, Mme Callamard succède à la secrétaire générale par intérim Julie Verhaar.  

Jusque là rapporteuse spéciale de l’ONU sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, Mme Callamard avait mené une enquête sur l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi en 2018, et a expliqué vendredi dans un tweet que cela lui avait attiré des menaces de l’Arabie Saoudite, ce que le royaume avait démenti. 

Là où les gouvernements et les entreprises cherchent à faire taire ceux qui dénoncent leurs abus, à dissimuler la vérité et à saper ou rejeter les normes des droits humains, les enquêtes rigoureuses et les campagnes intransigeantes d’Amnesty International sont plus essentielles que jamais.

→   Lire Plus