Street art, le mur de l’argent

— Par Frédéric Joignot

Slave Labour”, de Banksy. L’artiste britannique a peint ce pochoir sur un mur de Londres en juin 2012. | AFP

 

C’est un garçonnet pieds nus, en chemise déchirée, cousant à la machine une guirlande de petits drapeaux anglais. Le pochoir s’appelle Slave Labour (“travail d’esclave”). D’un mètre carré environ, il a été peint en juin 2012 sur un mur de Haringey, dans le nord de Londres, pour se moquer des festivités du Jubilé de diamant de la reine.

Les médias britanniques l’ont beaucoup montré. Son auteur est le plus coté et le plus célèbre des artistes de rue du Royaume-Uni, l’invisible Banksy. On retrouve sa patte : de l’émotion et un humour noir très politique.

Au cours du week-end des 16 et 17 février, Slave Labour disparaît, découpé dans le mur, à la grande surprise des habitants. Quelques jours plus tard, il est mis aux enchères pour 500 000 dollars (375 000 euros) sur le catalogue de la salle de ventes Fine Art Auctions Miami, aux Etats-Unis.

Aussitôt, Alan Strickland, membre du conseil du quartier de Haringey, écrit au Arts Council d’Angleterre, chargé de la promotion et de la défense des artistes anglais, pour lui demander de s’opposer à la vente. Il lance sur Twitter la pétition Saveourbanksy (“sauvez notre Banksy”) : “La communauté de Haringey estime que cette oeuvre lui a été donnée gratuitement, et qu’elle doit la garder.”

LEVÉE DE BOUCLIERS

Rapidement, l’affaire du Banksy découpé de Londres agite la presse anglaise et américaine. Le propriétaire de Fine Art Auctions Miami, Frederic Thut, s’explique le 22 février au Guardian : “Il a été dit que l’oeuvre a été volée, c’est faux.” Selon lui, “tout a été vérifié à 150 %”. Slave Labour est en possession d’un “collectionneur bien connu”, dont il refuse de donner le nom. Les jours suivants, dans un droit de réponse envoyé à plusieurs journaux, il précise : l’oeuvre a été vendue par le “propriétaire du mur”. Tout est donc, selon lui, légal.

Début mars, pourtant, la vente aux enchères est annulée. Gênée par la levée de boucliers au Royaume-Uni, la galerie de Miami préfère attendre. Pendant ce temps, chez les artistes de rue, dans la presse, parmi les galeristes et les collectionneurs, on s’interroge. Le pochoir découpé appartient-il au propriétaire du mur ? A la communauté de Haringey, au titre de “bien public” ? Ou à Banksy ?

Qu’en dit Banksy lui-même ? Fidèle à sa légende de pirate de l’art, il parle quand bon lui semble, n’est représenté par aucun agent ; personne ne sait qui il est. La galerie de Miami affirme qu’il ne s’est pas manifesté.

En fait, l’artiste est intervenu à sa façon : dans la rue. Fin février, le pochoir d’un rat noir d’une quinzaine de centimètres de haut apparaît à côté du trou où était peint Slave Labour . Ce rat porte une pancarte : “Why ?”

Est-il l’oeuvre de Banksy ? Très probablement, selon les connaisseurs. C’est bien l’un de ses rats gras, à longue moustache, portant un slogan, qu’il a peints ces dernières années dans tout Londres pour dénoncer la présence policière, le chômage ou les caméras de surveillance.

Toutes ces interrogations soulèvent une question de fond : à qui appartiennent les productions du street art – tous les graffitis, les tags, les pochoirs, les affiches, les sérigraphies, les muraux faits pour la rue, souvent apposés de manière illégale, et auxquels la société a longtemps refusé l’appellation même d’art ?

A LA LISIÈRE DE LA LÉGALITÉ

“C’est un art qui, par définition, porte atteinte aux droits de propriété, explique l’avocat Pierre Lautier, qui défend plusieurs artistes de rue. Le street art est toujours à la lisière de la légalité et ne peut prétendre être régi par le droit d’auteur classique. Les artistes ont pleinement conscience de ces contraintes. Comment pourraient-ils faire jouer leur droit d’auteur alors qu’ils risquent des poursuites pour dégradation de biens ?”

Tags et pochoirs sont en effet considérés en France comme du vandalisme par le code pénal, qui sanctionne “le fait de tracer des inscriptions, des signes ou des dessins, sans autorisation préalable, sur les façades, les véhicules, les voies publiques ou le mobilier urbain”.

Leurs auteurs, pourchassés par les “brigades antitags” en France comme au Royaume-Uni, encourent une peine maximale de cinq ans de prison et une amende proportionnelle aux dégâts commis. Bien souvent, les tagueurs surpris écopent en fait d’un sursis, d’une amende ou d’un travail d’intérêt général.

DROIT PATRIMONIAL, DROIT MORAL

Pour certains avocats, cette interdiction légale a de lourdes conséquences sur le droit d’auteur des artistes, qui se divise en un droit patrimonial (vendre, reproduire et représenter une oeuvre) et un droit moral (défendre le caractère personnel de la création).

Selon Pierre Lautier, l’illégalité d’une oeuvre prive automatiquement l’artiste de son droit d’auteur. “Un arrêt de la Cour de cassation du 28 septembre 1999 précise qu’une oeuvre “bénéficie de la protection accordée par la loi sur la propriété littéraire et artistique” uniquement “en l’absence de preuve de son caractère illicite”.”Pour lui, un artiste de rue ne peut donc pas revendiquer de droit d’auteur sur une oeuvre murale : elle appartient au propriétaire du mur.

L’avocat Emmanuel Pierrat, qui traite aussi des litiges du street art, n’est pas d’accord avec cette analyse. “Un artiste conserve un droit d’auteur qui prime sur le droit du propriétaire du mur, estime-t-il. Ce droit est reconnu par la convention de Berne modifiée, signée en 2012 par 165 pays.”
Lire la suite

http://abonnes.lemonde.fr/culture/article/2013/05/02/street-art-le-mur-de-l-argent_3170069_3246.html
LE MONDE CULTURE ET IDEES | 02.05.2013 à 18h26 • Mis à jour le 04.05.2013 à 13h56