Réparations financières pour les descendants d’esclaves : le casse-tête des arbres généalogiques

— Par Elise Vincent —
A l’occasion de la Journée nationale de la commémoration de l’abolition de l’esclavage, le Conseil représentatif des associations noires (CRAN) a réitéré sa demande de réparation pour les descendants des victimes de la traite négrière, formulée depuis plusieurs mois. Il a prévu de déposer une plainte contre la Caisse des dépôts et consignations, accusée de s’être enrichie grâce à l’esclavage. Mais le combat du CRAN est loin de faire l’unanimité, notamment à cause de la complexité d’une telle indemnisation.

Lire : La mémoire de l’esclavage troublée par l’appel à des réparations financières

Patrick Grenier-Delassagne est l’exemple typique du métissage qui rend aujourd’hui particulièrement délicat à mettre en pratique le principe des réparations financières pour l’esclavage. A 52 ans, ce scénariste et romancier s’avoue très surpris par les revendications du CRAN auxquelles il a beaucoup réfléchit. Son arbre généalogique révèle à lui seul l’ampleur des difficultés.

M. Grenier-Delassagne est originaire par son père de l’île Saint-Vincent des Grenadines, qui fait partie d’une région des Petites Antilles, dans l’océan Atlantique, au large du continent américain. Cette île a connu, comme d’autres, les plantations sucrières et l’esclavage de façon massive entre le XVIIe et le XIXe siècle. Mais son père l’ayant abandonné, M. Delassagne porte le nom de sa mère, une aveyronnaise issue de l’aristocratie française…

“J’aurais bien du mal à demander à ma main droite de compenser ma main gauche”, explique-t-il. D’autant qu’en faisant des recherches généalogiques, il a découvert que son père descendait lui-même d’un ancêtre – Sir William Young – qui a été gouverneur de Saint-Vincent des Grenadines et a, à ce titre, été propriétaire d’au moins “890 esclaves” : “J’ai un maître et un esclave en moi !”

“PROLÉTARIAT BLANC”

M. Grenier-Delassagne s’interroge en outre sur ceux qu’il faudrait éventuellement poursuivre : “Celui qui a capturé ? Celui qui a exporté ? Ou celui qui a exploité ?”.

/…

Lire la suite

Le Monde.fr | 10.05.2013 à 11h19 • Mis à jour le 10.05.2013 à 11h23