Pool Art Fair New York

par Martine Baker —


 


Abishag, Aiva Jabbour, Marie Adeline, Martine Baker, Nicolas Derné, Géraldine Entiope, Habdaphaï, Nadine Le Jeune, Frédérique Melon, Cat Mira, Jean-Denis Retour; Yveline Sérénus Lassus et Joël Zobel, un groupe de treize artistes exposent à Pool Art Fair New York.
L’aventure United Pool Art Fair New York débute en janvier, Thierry Alet nous propose que la Martinique et la Guadeloupe soient les îles invitées à New York.
L’idée de ce défi, a germé dans la tête d’une quinzaine d’artistes qui se sont mobilisés dans ce sens.
La première graine a donné une belle exposition organisée par Habdaphaï et Martine Baker à la villa Chanteclerc ouverte exceptionnellement par le Conseil Général, pour réunir les fonds nécessaires au financement de ce beau projet.
La deuxième graine a donné naissance à l’explosion de belles oeuvres dans les chambres du FlatIron hôtel situé au coin de la 26ème rue et Broadway.
Voyage entre la Martinique et New York le 7 mars, départ au matin de Fort de France, arrivée à San Juan, formalités de douanes qui heureusement se passent bien malgré la barrière de la langue.
Jean-Denis reste coincé à l’entrée de la salle d’embarquement, on lui demande son ticket et il met du temps à comprendre que c’est son billet, la situation se décoince heureusement pour que l’on puisse prendre le vol suivant destination New York.
Arrivés à l’hôtel, le temps que certains récupèrent leur clef que d’autres s’installent pour une nuit dans un hôtel proche, en effet le Pool Art Fair ne commence que le 8 mars et le FlatIron est rempli .
Juste le temps de se changer, direction l’Armory Show, immense salon d’art contemporain. puis superbe soirée au MOMA, le muséum d’art moderne de New York.
Le 8 mars commence par une matinée de visites d’un art vidéo show et de différentes galeries pour ensuite s’investir dans la présentation des chambres.
Trois artistes, Abishag, Nicolas et Jean-Denis ont du ruser d’ingéniosité et de diplomatie pour installer leurs œuvres, on leur avait attribué une petite chambre avec un seul lit à la place d’une grande avec deux lits……Branle bas le combat pour faire retirer les meubles afin de libérer de la place…. Imaginez le casse tête pour réussir à mettre en valeur leurs œuvres.
Les jours suivants, Volta show, Armory Show, Fontaine, Scope et autres fondations et galeries ont vu les artistes martiniquais déambuler dans leurs murs. Une multitude de salons d’art contemporain sont organisés en même temps.
Le 9 mars, les artistes venant de tous les horizons, Colombie, Corée, Espagne, France, Guadeloupe, Japon, Martinique et U.S.A. sont installés dans leurs chambres et Pool Art Fair s’ouvre au public. Performances “Je” d’Habdaphaï et Wanted de Frantic Femme pendant le vernissage.
Le 11 mars, conversation avec Richard Vine directeur éditorial du magazine Art in América qui sélectionne deux artistes dont Jean-Denis.
La finalité veut que tous furent enchantés par leur participation, une ambiance d’échanges, de camaraderies, des contacts pris entre artistes, avec les galeries.
Un voyage réussi, des souvenirs pleins la tête.

Martine Baker

« Le Pool Art Fair ? Une grande aventure !
Une aventure humaine avant tout, des artistes d’horizons et de cultures différents dans un même lieu. Une aventure artistique, des rencontres et des émotions, des échanges et des projets, c’est énorme !!
Dès notre arrivée à New York je sentais cette vibration, ce bouillonnement, et j’étais loin d’imaginer que cela serait aussi puissant, il y avait une telle énergie, une telle envie de montrer, de rencontrer, de partager… Cela a été une réelle opportunité pour nous de pouvoir montrer notre travail ailleurs, avoir des avis et des retours du public mais aussi des amateurs et professionnels de l’art à NY, pouvoir échanger sur notre culture, notre façon de travailler, nos difficultés dans la création, et cela malgré la barrière de la langue qui très vite n’était plus un obstacle tant l’art était devenu vecteur de communication.

Séjour court mais intense, entre visite de galeries, salons d’art contemporain, musées et ateliers d’artiste, visite tout de même de New York avec un itinéraire que je crois beaucoup de participants connaissent, celui du “Home Depot, grande quincaillerie à deux rues de notre hôtel, qui fut le lieu de destination de beaucoup d’entre nous pour effectuer les achats nécessaires à l’installation de notre espace à chacun.

Retour, ravie de cette expérience avec des contacts importants et des idées plein la tête.

Géraldine Entiope
Artiste