“Le Secret de la chambre noire” de Kiyoshi Kurosawa

Vendredi 16 Juin – 19h30 Madiana. VO

Avec Tahar Rahim, Constance Rousseau, Olivier Gourmet
Genres Drame, Fantastique
Nationalités Français, Belge, Japonais
Synopsis :
Stéphane, ancien photographe de mode, vit seul avec sa fille qu’il retient auprès de lui dans leur propriété de banlieue. Chaque jour, elle devient son modèle pour de longues séances de pose devant l’objectif, toujours plus éprouvantes. Quand Jean, un nouvel assistant novice, pénètre dans cet univers obscur et dangereux, il réalise peu à peu qu’il va devoir sauver Marie de cette emprise toxique.

La presse en parle :
Le Dauphiné Libéré par Jean Serroy
Toute la complexité d’un cinéma hanté par la mort, et par le cinéma, dans un grand film fantomatique, sombre et envoûtant.

Transfuge par Damien Aubel
Kiyoshi Kurosawa réalise, avec “Le Secret de la chambre noire”, une magistrale oeuvre sépulcrale.

Critikat.com par Juliette Goffart
Atmosphérique et lumineux, entre Poe, Barthes et “Vertigo”, “Le Secret de la chambre noire” est l’un des plus beaux films de fantômes qu’on ait vus depuis bien longtemps.

Culturebox – France Télévisions par Jacky Bornet
Entre deux mondes, ésotérique, “Le Secret de la chambre noire”, distille le mystère vénéneux du romantisme noir. Il l’adapte à l’époque contemporaine, avec comme sujet de fond l’énigme de la création, dans le sillage d’un Edgar Poe. Envoûtant.

Culturopoing.com par William Lurson
Le secret de la chambre noire entérine les qualités de ses films précédents. Kurosawa s’y réinvente dans une sorte de précipité classique de son œuvre, toujours surprenant et ludique en dépit de sa noirceur.

La Voix du Nord par Philippe Lagouche
D’évidence, c’est auprès des revenants que Kurosawa se montre le plus à son aise. (…) Concédons qu’il convainc moins en pleine lumière qu’entre chien et loup ou dans la pénombre. Accordons-nous à relever que ce qui relève de la réalité et du jeu de Tahar Rahim prend une tournure triviale moins fascinante que le visage de la jeune Constance Rousseau.

Le Journal du Dimanche par Stéphanie Belpêche
Ce thriller atmosphérique mise sur un jeu d’ombres et de lumières pour un résultat visuellement splendide, s’appuyant sur une mise en scène quasi théâtrale qui distille lentement des indices pour élucider le mystère.

Les Inrockuptibles par Jean-Baptiste Morain
De tous les films de Kurosawa, Le secret de la chambre noire n’est sans doute pas le plus avenant, le plus aisé, le plus haletant mais il possède pourtant des beautés qui ouvrent sur de nouveaux horizons le cinéma de Kurosawa.

L’Humanité par Dominique Widemann
Kurosawa s’empare avec maestria de cette réalité. Deux hommes, deux femmes, et des fascinations amoureuses ou vengeresses qui vont intensifier le drame.

Sud Ouest par Sophie Avon
En artiste accompli, le cinéaste japonais Kiyoshi Kurosawa n’a besoin d’aucun artifice pour faire des merveilles et réaliser un film fantastique.

Télérama par Samuel Douhaire
Grâce à son mystère, le nouveau film fantastique, très réussi, de Kiyoshi Kurosawa devient une grande tragédie romantique.

aVoir-aLire.com par Virginie Morisson
Un film trop studieux qui manque singulièrement de passion et d’émotion, malgré l’interprétation d’Olivier Gourmet, toujours impeccable.

La Croix par Marie Soyeux
Kiyoshi Kurosawa a un art du cadrage suffisamment consommé pour ne pas craindre les clichés, qu’il aime à fissurer. Dommage que cette spectrale histoire s’étire et s’étiole : 2 h 11, c’est trop. Surtout avec un jeu d’acteurs et des dialogues délibérément désincarnés.