Le Femina couronne “le justicier” Philippe Jaenada pour “La serpe”

Paris – Une injustice est réparée. Philippe Jaenada, l’écrivain régulièrement salué par la critique mais systématiquement oublié des prix littéraires, a enfin reçu mercredi l’un des plus convoités, le Femina, pour “La Serpe” (Julliard), livre sombre et plein d’empathie.

“Je suis profondément touché. A l’extérieur, ça ne se voit pas mais à l’intérieur, je frétille, je sautille, je galope, je bondis… C’est un grand plaisir”, a réagi Philippe Jaenada en recevant son prix.

Le romancier, âgé de 53 ans, a été choisi par le jury, exclusivement féminin, au 5e tour de scrutin par six voix contre quatre à Véronique Olmi (“Bakhita”, Albin Michel), déjà finaliste malheureuse du Goncourt lundi.

Le jeune romancier franco-vénézuélien Miguel Bonnefoy, auteur de “Sucre noir” (Rivages) “a également obtenu des voix”, a précisé Danièle Sallenave, la présidente du jury Femina (et par ailleurs membre de l’Académie française).

Le Femina étranger a été attribué au romancier américain John Edgar Wideman, 76 ans, pour “Écrire pour sauver une vie, le dossier Louis Till” (Gallimard), récit basé sur un fait divers raciste survenu aux États-Unis en 1955 tandis que le Femina essai a été décerné à Jean-Luc Coatalem, 58 ans, pour “Mes pas vont ailleurs” (Stock) qui revient sur la figure de l’écrivain voyageur Victor Segalen.

Pour la première fois, le Femina a remis un prix spécial pour l’ensemble de son oeuvre attribué à Françoise Héritier, qui vient de publier “Au gré des jours” (Odile Jacob).

Jaenada reste en lice pour le Goncourt des lycéens et le prix Interallié.

Après “La petite femelle”, son précédent roman où l’écrivain-justicier réhabilitait Pauline Dubuisson, condamnée lourdement en 1953 pour le meurtre de son petit ami sans bénéficier de circonstances atténuantes, Philippe Jaenada s’intéresse dans son nouveau roman à un triple meurtre particulièrement sordide commis à coups de serpe dans un château de Dordogne en octobre 1941.

De prime abord, l’affaire semble limpide. Le criminel ne peut être que le fils de famille dévoyé, un certain Henri Girard. Est-ce si sûr? Contre toute attente, Henri Girard sera acquitté lors de son procès en 1943. Mais le soupçon lui collera toujours à la peau. Même acquitté, ce type “antipathique” était forcément coupable du meurtre atroce de son père, de sa tante et de la bonne.

Source : AFP Lire Plus=>