La rappeuse Héro Echo, menacée de mort pour ces textes anti-machos, sur la scène du festival Égale à Égal de Poitiers

Artiste engagée, Héro Echo était à l’affiche ce week-end du festival Égale à Égal, une manifestation qui met en avant les projets artistiques portés par les femmes.

Par Véronique Dalmaz —

Après deux ans sans édition pour cause de pandémie, le festival Égale à Égal retrouvait son public. Au programme, un mois de découverte autour de créations culturelles 100% féminines. L’artiste poitevine Héro Echo, qui défend bec et ongles le rap féminin face aux machos du hip-hop, s’est produite le 13 novembre.

Harcelée sur les réseaux sociaux 

Il y a presque un an Héro Echo, de son vrai nom Lucie, a vécu un véritable cauchemar. En décembre 2020, la jeune femme met en ligne son clip Amazones. Un titre féministe qu’elle avait écrit quelques années auparavant après une dispute avec des rappeurs particulièrement misogynes. Harcelée et menacée de mort sur les réseaux sociaux par des néonazis, l’artiste a dû retirer pendant quelques jours la vidéo de YouTube pour notamment protéger son entourage et les figurantes qui ont participé au clip. “C’est quand même fou que ce petit clip fait avec les moyens du bord les ait énervés à ce point-là. Pour qu’ils déchaînent autant de rage et d’énergie à persécuter une pauvre rappeuse de Poitiers, c’est que j’aie dû taper juste”, analyse aujourd’hui la jeune femme.  

Le rap, un coup de foudre musical 

Héro Echo écrit depuis son plus jeune âge. Elle découvre le milieu du hip hop tardivement, à l’aube de ses trente ans. Et c’est le coup de foudre musical. “Par  rapport à la poésie contemporaine qui peut être hyper obscure, mystique avec des sens cachés, le rap est percutant, clair. Il y a aussi toute une composante rythmique qui va faire jouer les mots”, explique la rappeuse. Après les violentes attaques dont elle a fait l’objet avec Amazones, la jeune femme a eu besoin de faire une pause artistique pendant quelques mois. Aujourd’hui, elle a repris le chemin de la création. Elle travaille notamment avec Sexymerou. Un album est en préparation. “C’est très émotionnel, poétique. On parle de la vie, de l’amour, de la souffrance”, explique le musicien.

Pour l’heure, Héro Echo ne vit pas de sa musique mais espère signer avec un label afin de pouvoir se consacrer entièrement à la musique.  

Festival Égale à Égal, jusqu’au 10 décembre, dans différents lieux artistiques de Poitiers. 

Source : Francetvinfo