“La Chasse” de Thomas Vinterberg : une traque à l’homme poignante avec Mads Mikkelsen

Par Romain Faisant
Blogueur cinéma

LE PLUS. Comment réaliser un grand film sur un sujet grave et pesant ? C’est tout le défi de “La Chasse” (avec l’acteur Mads Mikkelsen) dont le personnage principal est accusé à tort d’attouchements sur une jeune fille. Une chasse à l’homme poignante à laquelle a assisté notre contributeur Romain Faisant.

Édité par Maxime Bellec  

 Quand le chasseur devient le chassé, c’est toute une vie à repenser, tout un mode d’existence à réadapter, tout un futur à inventer.

 La métaphore animale du film s’applique au personnage principal, Lucas, accusé un jour d’attouchement envers une enfant. La ville est petite, mais la fureur sera grande. Là où tout le monde se connait et se fréquente, la nouvelle choque et se répand comme le sang d’un animal blessé que l’on a déjà mis à mort. Sauf que l’accusé est innocent.

 Le réalisateur danois Thomas Vinterberg traite ce sujet grave avec sobriété, en choisissant la froideur de l’Hiver qui répond à la dureté des cœurs qui se ferment. Remarquable homme pris dans la tourmente, Mads Mikkelsen a obtenu le Prix d’interprétation à Cannes.

 Comment trouver l’équilibre entre parole de l’enfant et celle de l’adulte ?

 Le thème du faux coupable est souvent traité dans les films policiers ou les thrillers, certains illustres réalisateurs s’en sont fait une spécialité comme Hitchcock. Ici, c’est sous l’angle social que l’histoire s’ancre avec un sujet sensible, puisqu’il est question d’abus d’enfants dont l’actualité se fait malheureusement souvent l’écho.

 

 

“La Chasse”, de Thomas Vinterberg (PRETTY PICTURES)

 Le spectateur est d’emblée mis du côté de Lucas, puisque l’on va assister à ce qui va déclencher le témoignage de la petite Klara et par là-même montrer son innocence. Un cadeau refusé, un cœur, un sens propre comme au figuré, dont Lucas ne veut pas être le destinataire. Ce rejet, fait en toute responsabilité et avec tact, va être vécu comme un drame par la petite, d’où des déclarations fausses dont elle ne mesure pas la portée.

 Lucas devient le gibier, situation qui avait été annoncée par la rigoureuse mise en scène du réalisateur, qui nous avait montré son arrivée à l’école d’une manière amusante mais signifiante. En effet, les enfants jouent à se cacher pour le surprendre, et lui joue leur jeu. Il se laisse donc attaquer par surprise, ignorant encore que c’est parce qu’il refusera précisément d’entrer dans le jeu de Klara qu’il deviendra cette proie réelle.

 Et cette fois, ce sont les adultes qui l’attaqueront. Comme dans tout processus de rumeur, les choses vont vite et deviennent incontrôlable, le film gravit ainsi les échelons, de la confrontation avec la directrice, qui se met même à fuir à l’approche de celui devenu une bête immonde, à la haine des autres parents et amis. La proximité rime aussi avec promiscuité : rien de pire que le non-anonymat d’une petite ville lorsque se déchaîne la calomnie. Lars Von Trier, compatriote du réalisateur, avait déjà eu l’occasion de montrer la cruauté du groupe à l’encontre d’un seul, au sein de son “Dogville” (2003).

 On l’a vu récemment avec un film comme “Polisse” (Maïwenn, 2011) et dans de retentissantes affaires judiciaires, il est toujours difficile de trouver l’équilibre entre la parole de l’enfant et celle de l’adulte, ce que l’on est enclin à croire de prime abord n’est pas forcément la vérité.

 

“La Chasse”, de Thomas Vinterberg (PRETTY PICTURES)

 Mais ce qui malheureusement est vrai, ce que même si l’on est innocent, on reste coupable pour certains. Rien ne pourra plus être comme avant, c’est un engrenage terrifiant que montre bien le film, comme cette séquence éloquente où Klara révèle assez vite à sa mère qu’elle a dit des bêtises et que cette dernière l’auto-persuade que Lucas lui a bien fait du mal. Trop tard, quand les parents sont convaincus, il ne peut plus y avoir de retour en arrière.

 L’effet de contagion est destructeur : l’analogie avec l’animal traqué trouve son climax lors de la scène du supermarché. Chassé par ses concitoyens, en sang, il ne peut que regagner son terrier, car en sortir signifie se mettre en danger.

 La question du pardon

 Mais s’il y a la déchéance, il y a aussi l’espérance. Et si le film a également obtenu le Prix du Jury Œcuménique à Cannes, c’est que l’on y retrouve les questions de la foi et du pardon. Foi en l’ami (un de ses amis chasseur lui reste fidèle), foi en son père (le fils de Lucas est là pour le soutenir) et foi en l’autre.

 C’est lors d’une poignante scène à l’église, le soir de Noël, devant toute la ville réunie, qu’une violente mais belle confrontation a lieu entre Lucas et le père de Klara. Sous la nef s’expriment les griefs dans ce lieu chargé de symboles. À la pesanteur des relations entre ces adultes s’oppose la légèreté de Klara que l’on a vue plus tôt danser sous la neige, tandis que son grand frère sanglotait : pour eux, ce bonheur n’est plus que du malheur.

 C’est une vie entière que l’on voit ainsi basculer pour être broyée, aux éclats de rire du début (séquence inaugurale au lac d’un bonheur révolu) ont succédé les menaces et les coups. Lui, le chasseur dont la détonation subite nous faisait sursauter (scène de l’abattage du cerf) devient la victime d’une autre déflagration violente car soudaine : la pierre qui brise sa fenêtre (lorsqu’il arrive à partager un bref moment d’intimité avec son fils).

 On le vise, au propre comme au figuré et c’est pourtant avec un courage et une humilité qui force le respect qu’il n’aura de cesse de tendre la main à son prochain. Et ce cerf qu’il tuait au début, il le laisse à présent s’en aller, car il sait ce que c’est d’être chassé.

 Tous ces moments forts ne sont pas soulignés par une musique, toujours cette sobriété. Seule la force des images impose le drame de la cassure, de la blessure qui jamais ne cessera de faire mal à chaque fois qu’un regard en biais se posera sur lui. La dernière image est un visage, celui d’un ravage.  

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/699027-la-chasse-de-thomas-vinterberg-une-traque-a-l-homme-poignante-avec-mads-mikkelsen.html

Retrouvez aussi les autres textes de Romain Faisant sur son blog, “Ainsi vont les films…”