Hausse des frais bancaires en 2022 : les banques “pénalisent les personnes aux ressources faibles”, dixit la CLCV

L’étude réalisée par CLCV s’appuie sur une étude des tarifs de 127 banques de métropole et d’outre-mer et montre que la hausse sera, à partir du 1er février 2022, sensible pour les “petits consommateurs” et “moyens consommateurs” et insignifiante pour les “gros consommateurs” de services bancaires. L’association de consommateurs et d’usagers explique où l’inflation est la plus manifeste.

Pour permettre aux clients des banques d’y voir clair en cette année 2022 qui débute, l’association de consommateurs et d’usagers CLCV a analysé les nouveaux tarifs annoncés par 127 banques de métropole et d’outre-mer en vigueur et qu’elles mettront en vigueur au 1er février 2022.

Selon le résultat de cette étude qu’elle publie ce mardi sur son site, CLCV conclut que “le coût moyen du panier de services en métropole, en retenant la formule la moins chère entre la souscription des produits à l’unité ou l’offre groupée de services, est en hausse de plus de 2,5% sur 2 des 3 profils de consommateurs” qu’elle a constitués.

Ainsi, pour les profils « petit consommateur » de services et « consommateur moyen », le coût moyen du panier de référence en métropole augmente de respectivement 2,58% et de 2,70%. A l’opposé, pour le profil « petit consommateur », cette augmentation ne sera que de 0,27%.

Lire aussi Frais bancaires : “des milliards” sur le dos des clients en difficulté

L’association Consommation Logement Cadre de Vie, dont l’un des objectif est d’encourager les consommateurs à comparer les offres et à faire jouer la concurrence, détaille cette hausse du panier pour ses profils de “petits” et “moyens” consommateurs : elle sera de 68,14 euros par an (+2,58%) pour un consommateur disposant de services limités et de 149,32 euros (+2,70%) pour un compte utilisé par deux titulaires disposant d’un nombre de services un peu supérieur.

La hausse est moins sensible (+0,27% à 209,94 euros) pour le profil “gros consommateur”, par exemple le titulaire d’un nombre important de services dont une carte Gold ou Visa Premier et une carte de paiement internationale à débit différé.

En outre, ce panier sera plus cher dans près de 50% des établissements pour le « gros consommateur », mais dans 65% pour le « consommateur moyen », et jusqu’à  70% des banques pour le « petit consommateur ».

Ce qui augmente: retraits en DAB, tenue de compte, cartes bancaires…

Lire la Suite = La Tribune.fr