“Freda”, un film de Gessica Geneus

Lundi 22 novembre 2021 à 19h — Tropiques-Atrium

Avec Néhémie Bastien, Fabiola Remy, Djanaïna François
Ce film est présenté dans la sélection Un Certain regard du Festival de Cannes 2021
Lire : Loin du chaos, le film haïtien “Freda” brille au Festival de Cannes

Synopsis:
Freda habite avec sa mère, sa sœur et son petit frère dans un quartier populaire d’Haïti. Ils survivent avec leur petite boutique de rue. Face à la précarité et la violence de leur quotidien chacun cherche une façon de fuir cette situation. Quitte à renoncer à son propre bonheur, Freda décide de croire en l’avenir de son pays.

La presse en parle:
Voici par La Rédaction
Un très beau portrait de femmes.

20 Minutes par Dolores Bakèla
Une plongée dans une Haïti populaire, à travers une galerie de personnages bien campés.

La Croix par Stéphane Dreyfus
Chronique de la vie quotidienne dans un quartier populaire de Port-au-Prince, ce formidable film offre un regard émouvant et drôle sur les Haïtiennes.

Le Figaro par Olivier Delcroix
Remarquée en 2017 pour son documentaire Douvan jou ka leve, Gessica Généus transforme l’essai du passage au long-métrage. Son film tonique s’apparente à un exorcisme vaudou qui tenterait courageusement de dissoudre les squelettes qui hantent les placards de cette île blessée, afin de restaurer les fondements de l’identité haïtienne.

Le Journal du Dimanche par Alexis Campion
En empathie mais sans illusion, le portrait de survivantes lumineuses de bout en bout entre deux séismes qui sont aussi intérieurs.

Le Parisien par La Rédaction
Issue du documentaire, la réalisatrice Gessica Geneus signe un film en créole, entièrement tourné en Haïti et à la mise en scène très sobre.

Le Point par Valérie Marin La Meslée
Ce premier film évoque le quotidien de Port-au-Prince à travers le magnifique portrait d’une jeune fille.

Les Inrockuptibles par Marilou Duponchel
Freda fait de l’expérience des femmes une expérience autre, un périple, un motif de ralliement qui, dans la dernière partie du film, après une disparition mystérieuse, et dans l’étreinte réconciliatrice entre une mère et sa fille, trouve sa plus vibrante incarnation.

Libération par Laura Tuillier
Gessica Généus filme avant tout le quotidien de la vie, dans des plans séquences qui rendent justice à son ambiguïté : une discussion entre sœurs, des retrouvailles amoureuses, l’annonce d’une grossesse, chaque situation est prise dans son creux plutôt que dans son plein, évitant ainsi les écueils du film édifiant pour se concentrer sur les va-et-vient des consciences dans un pays où chaque choix peut devenir question de vie ou de mort.

Marianne par Frédérique Briard
Réalisé en seulement un an, depuis l’ébauche du scénario jusqu’à son tournage, Freda réussit le pari de regarder « Haïti en face » comme Gessica Généus aime à définir sa démarche, dans sa complexité, sa force et sa beauté.