Et Paco de Lucía s’en alla…

Décédé au Mexique, l'Espagnol était l'un des plus grands guitaristes flamenco au monde.

paco-de-lucia En 2010, le virtuose confiait au JDD jouer chaque spectacle comme si c’était “peut être le dernier”. “Alors, tu laisses ta peau dans le show et un peu de ta santé chaque soir qui passe”, ajoutait-il. A 66 ans, fatigué par des années de scène, Paco de Lucía a été victime d’une crise cardiaque.

“Jouer vous procure un goût fugace d’éternité.” Fin 2010, alors qu’il s’apprêtait à faire le Zénith, Paco de Lucía confiait au JDD son plaisir de vibrer sur scène. A 66 ans, ce guitariste de génie, légende du flamenco, est décédé mercredi au Mexique. C’est la mairie d’Algerciras, sa ville natale dans le sud de l’Espagne, qui a annoncé la triste nouvelle, précisant que l’artiste avait succombé à une crise cardiaque. “La mort de Paco de Lucia transforme le génie en légende. Son héritage restera pour toujours, de même que la tendresse qu’il a toujours éprouvée pour sa terre”, a déclaré le maire d’Algeciras, José Ignacio Landaluce, décrétant un deuil officiel de trois jours dans la ville.

En 2004, la Fondation du prix Prince des Asturies des Arts, lui remettant cette distinction – l’une des plus hautes en Espagne – écrivait à son propos : “Paco de Lucía a dépassé les frontières et les styles pour devenir un musicien de dimension universelle. A partir de la guitare flamenco, il a aussi exploré le répertoire classique espagnol, d’Isaac Albeniz à Manuel de Falla, l’émotion de la bossa nova et du jazz. Tout ce qui peut s’exprimer avec les six cordes de la guitare est entre ses mains.

Sur scène, Paco de Lucía était épatant. Evoquant sa “faim” insatiable de musique, il la décrivait ainsi au JDDen 2010 : “L’émotion se poursuit au prix d’une terrible énergie, en te disant que c’est peut être le dernier spectacle que tu donnes. Alors tu laisses ta peau dans le show et un peu de ta santé chaque soir qui passe.”

Camaron de la Isla et John McLaughlin pour amis

Né en décembre 1947, Paco de Lucía a appris enfant la guitare, sous l’influence de son père, chanteur de flamenco méconnu. A 12 ans, il part pour sa première tournée en Amérique. Et à 16 ans, il sort son premier disque. C’est à cette époque qu’il rencontre un futur grand, Camaron de la Isla, voix mythique du nuevo flamenco. Ensemble, ils vont faire dix albums, jusqu’à la mort du chanteur en 1992.

Dans les années 1980, Paco de Lucía, toujours soucieux d’enrichir le flamenco des autres genres musicaux, s’associe aux plus grands noms du jazz : John McLaughlin et Al di Meola. Ensemble, ils enregistrent le mythique Friday night in San Francisco.

Lire son interview accordée au JDD en 2010 : “Il y a longtemps que le flamenco est universel”

Marianne Enault – leJDD.fr

mercredi 26 février 201

http://www.lejdd.fr/Culture/Musique/Le-guitariste-flamenco-Paco-de-Lucia-est-mort-654728