Enquête de l’Express : qui sont les cumulards outre-mer ?

—Par Cécile Baquey—

cumul_des_mandats-2L’Express vient de rendre publique une étude complète sur plus de 1500 élus. Quels sont ceux qui cumulent mandats nationaux et locaux, à quel niveau ? Certains politiques outre-mer font partie de ceux que l’on appelle les cumulards.

 L’Express a épluché le CV de 1573 élus français qui détiennent 1897 mandats politiques et occupent diverses fonctions. L’enquête s’est intéressée aux personnalités politiques les plus importantes: les 38 ministres, les 577 députés, les 348 sénateurs, les 74 députés européens, les 26 présidents de conseils régionaux, les 106 présidents de conseils généraux ou de collectivités d’outre-mer, les 483 maires de villes de plus de 20 000 habitants et enfin les 245 présidents d’intercommunalités qui dépassent 50 000 habitants en 2013. 
Indice de cumul L’Express a mis au point un indice pour mesurer le cumul. Le journal a considéré qu’un titre de ministre, de parlementaire, de maire d’une grande ville ou de président d’un grand exécutif local équivalait à un plein-temps, soit 10 points. Un élu passe au stade de “surcumul” lorsqu’il franchit l’indice de 20, soit l’équivalent de deux mandats à temps plein.

Trois ex-ministres de l’outre-mer cumulards

Alors qui est le plus grand cumulard de France ? Et bien, l’enquête est très claire. Michel Delebarre, le sénateur-maire PS de Dunkerque est largement en tête avec 26 mandats et fonctions et un indice de cumul de 70 points. Curieusement, trois ministres de l’outre-mer figurent en tête de ce classement des cumulards. Christian Estrosi, député-maire UMP de Nice trône en 4e place, suivi de près par Yves Jégo, député-maire UDI de Montereau (77). Autre locataire de la rue Oudinot, François Baroin, député-maire UMP de Troyes figure en 50e place de ce classement.

15 élus d’outre-mer cumulards

Les élus d’outre-mer ne font pas la course  en tête de ce classement mais ils sont quand même 15 à cumuler mandats locaux et nationaux et à dépasser le fameux indice de cumul établi par l’Express. La loi votée début juillet sur le non-cumul des mandats va mettre fin à cette anomalie française en 2017. Les élus pourront alors se consacrer correctement à leur mandat et ne pas bâcler, par exemple, leur travail en commission, nécessaire à la préparation des lois. Alors, qui sont ces cumulards outre-mer ? Les élus de La Réunion figurent largement en tête. Voici le classement, selon l’Express.

  • 56e Didier Robert Président du Conseil régional de La Réunion UMP
  • 74e Michel Fontaine Sénateur-maire de Saint Pierre de La Réunion UMP
  • 90e Huguette Bello Député-maire de Saint Paul DVG
  • 90e Serge Letchimy Député et Président du Conseil régional de la Martinique PS et PPM
  • 142e Jacques Gillot Sénateur de la Guadeloupe DVG
  • 211e Eric Jalton Député-maire de la Guadeloupe DVG
  • 211e Patrick Lebreton Député-maire de Saint Joseph La Réunion PS
  • 257e Eric Fruteau Maire de Saint-André La Réunion PCR
  • 257e Jean-Claude Fruteau Député-maire de Saint-Benoît La Réunion PS
  • 256e Pierre Samot Maire du Lamentin Martinique DVG
  • 320e Jacques Bangou Maire de Pointe-à-Pitre Guadeloupe DVG
  • 320e Felix Desplan Sénateur-maire de Pointe-Noire Guadeloupe PS
  • 320e Thierry Robert Député-maire de Saint Leu La Réunion MODEM
  • 377e Maurice Antiste Sénateur-maire du François Martinique DVG
  • 377e Gaston Flosse Sénateur et Président du Territoire de la Polynésie française Tahoeraa

L’enquête complète de l’Express est à consulter sur le site du journal et le lien ci-dessus.

Première réaction

Cette étude de L’Express ne plait évidemment pas aux élus cités et désignés comme étant des cumulards. C’est le cas de Serge Letchimy, présenté comme l’élu qui cumule le plus de fonctions en Martinique.  Le magazine lui attribue 4 mandats (président de région, député, conseiller municipal de Fort de France et vice-pdt de la Cacem, la Communauté d’agglomération du Centre de la Martinique) et une fonction (président du PPM). Mais Serge Letchimy souligne qu’il n’occupe que deux fonctions importantes…à l’Assemblée Nationale et à la tête de la Région. Pour le reste, Serge Letchimy conseille à l’Express de revoir sa copie. D’autant qu’il ne figure pas dans l’organigramme de la CACEM.

Publié le 10/09/2013 | 17:31, mis à jour le 11/09/2013 | 18:00