“Compartiment fumeuses”: la vraisemblance en question…

— Par Roland Sabra —

« La violence faite aux femmes » telle est la thématique affichée et revendiquée par l’autrice et la metteuse en scène de « Compartiment fumeuses »« . On ne peut que saluer une telle position. Saluer et approuver. A en croire la composition sexuée ou genrée de la salle lors de la première à Fort-de-France ce « on » était très majoritairement féminin. À croire que la violence faite aux femmes ne concernent pas les hommes de Martinique, à moins que ce ne soit l’inverse qu’elle les concerne peut-être un peu plus qu’ailleurs et que la voir dénoncer une fois de plus, ne serait-ce que sur une scène de théâtre, les renvoie à une réalité, je n’oserai dire une pratique, par trop connue dans notre belle île. J’appelle à témoignage l’UFM et Culture Egalité.

Comment s’articule l’histoire qui nous est contée ? Seule dans sa cellule, Suzanne (Sylvia Roux), une jeune femme de nombreuses fois récidiviste purge une énième condamnation. Habituée des lieux, des us et des coutumes, elle a su construire un rapport de force avec les autres détenues et la gardienne en chef qu’elle tient à distance. Elle sait « se faire respecter », comme on dit. Issue d’un milieu défavorisé elle en a la gouaille, les expressions, le vocabulaire, la gestuelle, la corporéité. Une figure de l’habitus dirait Bourdieu. Arrive alors Blondine (Bérengère Dautun ) une primo-détenue, d’âge mûr, et qui elle aussi porte sur elle, en elle, les stigmates de sa socialisation, dans une manière d’être, une allure générale, une tenue, une occupation de l’espace, un mode d’expression qui la rattache à la petite noblesse embourgeoisée. Deux caricatures que tout oppose. Mais, puisque la pièce y incite allons-y d’un poncif usé jusqu’ à la moelle  : les extrêmes se rejoignent. Il faut donc un tiers séparateur, qui par un inter-dit va tenter d’enrayer la fusion et ce qu’elle porte en elle de pathologique. C’est la gardienne de prison en chef, une autre Suzanne, (Nathalie Mann), porteuse de la Loi qui va s’y colleter. Mais la matonne a elle aussi un rapport ambigu avec l’ordre des choses ou l’ordre des sexes pour être plus précis, sans pour autant s’étendre sur ce qu’il en est ou en serait de ce prétendu ordre, puisqu’en effet elle n’est pas insensible au charme de son double. Rage, colère et désespoir, amitiés tendresse et amours assumés ou contrariés vont se déployer entre ces trois figures parodiques, il faut bien le dire.

Et c’est là que le bât blesse, car malgré les talents, unanimement appréciés d’une ex-sociétaire de la Comédie française, d’une directrice d’un célèbre théâtre, par ailleurs comédienne connue de Los Angeles à Paris, d’une actrice aux talents protéiformes, très souvent salués par la critique, la sauce ne prend pas. En tout cas ça n’a pas pris pour moi, car au delà de la règle des trois unités admirablement mises en ouvres dans le travail présenté il y a la vraisemblance, « caractère de ce qui semble vrai, juste, aux yeux du sens commun », caractéristique encore plus exigeante que le vrai, puisque « le vrai peut quelquefois n’être point vraisemblable » (Boileau).

Peut-être ne suis-je pas assez sensible aux amours saphiques ? Toujours est-il qu’il m’a été difficile de croire, d’adhérer ou de porter crédit à cette histoire d’un coup de foudre amoureux dans le contexte d’une cellule de prison entre deux êtres aux propos discursifs si hétérogènes.

Peut-être ne-suis-je pas assez romantique? Les mots émouvants de Blondine pour décrire ce qu’elle a subi sont d’une grande justesse. Les traces et les escarres imagées ou réelles d’une enfance en dérive évoquées par la re-belle Suzanne touchent avec précision. L’ambiguïté qui toujours affleure et par moment crie sa douleur, de l’autre Suzanne, ce double inversé, est plus vraie que vraie. Mais que la prison soit pour les deux amantes un espace d’émancipation voire de libération est peut-être plausible mais supposerait un espace temps beaucoup plus important que celui alloué à ce travail pour en faire une démonstration probante. Manquent alors le contexte émotionnel du cheminement de l’une vers l’autre, les allers, les élans, les retours, les réticences, le désir et ses atermoiements.

Quoi qu’il en soit cela ne justifie en rien la désertion assez massive de ces messieurs de Martinique face à un spectacle peut-être dérangeant certes, mais c’est alors dans ce cas son plus grand mérite.

Fort-de-France, le 22/03/2019

R.S.

(Photo : Landre Béatrice)