5 search results for "Clarisse Bagoé"

Clarisse Bagoé Dubosq : « Laissez-moi chanter »

Du 11 janvier au 12 février 2021 Créole Arts Café à Saint-Pierre

Clarisse Bagoé Dubosq partage sa vie entre La Martinique, Paris, la Provence et maintenant…la Normandie.

Elle peint depuis une vingtaine d’année et elle a exposé ses toiles de 2009 à 2018, aussi bien à la Martinique qu’à Paris et en Provence. Désormais ses toiles sont présentes dans de nombreuses collections privées dans la Caraïbe et en Europe.

De 2012 à 2016 Clarisse avait créé la galerie d’art Tout’Koulè au Village de la Poterie des Trois Ilets afin d’y promouvoir les artistes contemporains antillais et caribéens.

En 2020 et 2021 ses expositions reprennent à la Martinique avec d’autres projets au printemps…

« LAISSEZ MOI CHANTER, c’est le titre de mon exposition à Saint Pierre au Créole Arts Café en janvier 2021.

Il évoque pour moi cette petite ville, cœur historique de la Martinique.

Oui ! Cette magnifique Montagne pelée impressionnante, debout comme le sont toutes les femmes de cette île.

Mon travail que j’expose aujourd’hui, et je l’ai voulu ainsi, est très diversifié. Il marque l’évolution d’une femme artiste peintre.

Lire Plus =>

« Lucie solitaire » un livre de Clarisse Bagoé Dubosc

—Par Christian Antourel —

lucie_solitaireCHEMINS DE LIBERTE

Clarisse Bagoé Dubosq, qui partage sa vie entre la Martinique, Paris et la Provence, est à la fois écrivain, cinéaste et peintre. Lucie Solitaire est son second roman.

Dès les premières pages ça nous dit quelque chose. Comme une musique lointaine qui contient nos racines nous arrive auréolée d’un soleil mélancolique. Clarisse Bagoé Dubosq écrit un roman croissant dont la vérité veut éclater à chaque ligne. Elle donne une version originale d’un standard récurrent aux Antilles, dans ces années où elle plante le décor : rester là ou partir ? s’établir ou revenir ? être ou ne pas être ? La prose authentique de l’auteure, marquée d’une élégance naturelle est rendue vivante, concrète, et bat au rythme du temps maitrisé qui reflète l’époque et le lieu, écrits de profondes empreintes sociales⋅ La recréation de l’expérience étant la tâche première de l’auteure, elle écrit de manière vraie, qui signifie d’écrire de manière sincère La sincérité n’est pas tant une question de morale ici, qu’un aspect technique du style.

Lire Plus =>

“Libres” de Martine Baker à la galerie Tout’Koulè aux Trois Ilets

7 décembre 2016 au 7 janvier 2017

martine_baker_libres

— Par Clarisse Bagoe Dubosq —

Le titre de la double exposition « LIBRES » que je propose à la galerie Tout Koulè en associant mes peintures avec les céramiques de Martine BAKER évoque, malgré deux univers, deux démarches et deux sensibilités bien différentes, un désir commun de s’affranchir des règles et des codes « de bonne conduite » que l’on voudrait parfois imposer aux artistes contemporains.
Il s’agit ici d’un assemblage stimulant qui permet au spectateur de découvrir presque simultanément deux imaginaires dont la seule parenté est la conviction personnelle et le talent unique des deux artistes.
Le plaisir visuel prend ici le pas sur l’aspect conceptuel néanmoins fortement sous jacent pour qui laisse son esprit vagabonder.

J’ai souvent décliné ma peinture autour des femmes et des quartiers, aussi bien dans l’abstraction que dans la suggestion.
Les femmes demeurent malgré moi le cœur de mes compositions, la plupart du temps sans préméditation, mais elles surgissent inévitablement du fond de ma toile sous mes pinceaux et mes couteaux. Alors je ne leur résiste pas. Pourquoi devrai-je ?

Lire Plus =>

A la galerie Tout Koulé « Louise, Jeanne, Camille et les autres »

— Par Christian Antourel  & Ysa de Saint-Auret —

femme_aux_tissusClarisse Bagoé Dubosq propose un surgissement polychrome où la ligne émerge de la couleur, déjouant ainsi le piège de l’abstraction entière, à travers une œuvre spontanée. « Mes personnages se devinent et se découvrent en fonction de l’imaginaire, ces femmes de la vie, droites et fières qui avancent sans se retourner, souvent seules, souvent secrètes, toujours dignes. Elles me plaisent et l’aime les imaginer comme cela »
C’est du fond de son petit atelier, que l’on devine douillet, que l’artiste nous raconte des histoires habitées de femmes éternelles, via le langage universel de la peinture. Peut- être faut-il rechercher dans son enfance cette propension à peindre des femmes. Issue d’un milieu familial significatif, il s’y est développé une solidarité féminine très prégnante, revue dans une vision contemporaine Au fil de notre promenade picturale émergent ses personnages énigmatiques, communément étranges dans leur diversité. Son approche de la peinture est « intimiste, sans modèle, sans dessin préalable..» et passe par « une ébauche au pinceau ou au couteau de quelques lignes de composition, silhouettes, simples formes abstraites, formes surgies… d’un prétendu hasard »Dans son travail Clarisse sait évacuer les détails d’une figuration trop marquée et œuvrer par taches de couleurs, de lumière, de formes non-rationnelles.

Lire Plus =>