Echos d’éco

Le classement 2019 des meilleures compagnies aériennes

Le classement a été établi à partir d’avis de millions de passagers à travers le monde.

Attitude du personnel, procédure d’enregistrement, confort à bord… De septembre 2018 à mai 2019, 21,65 millions de passagers de plus de 100 nationalités différentes ont répondu au questionnaire de Skytrax, qui établit chaque année un palmarès des meilleures compagnies aériennes. Le résultat de cette enquête de satisfaction a été dévoilé mardi au Salon du Bourget lors des World Airline Awards.

Sans surprise, Qatar Airways, déjà classée deuxième l’an passé, termine sur la première marche du podium, juste devant Singapore Airlines et la compagnie japonaise All Nippon Airways. « C’est un moment de fierté pour la compagnie aérienne, car notre innovation constante et nos normes de service constituent la référence dans notre secteur », a réagi Akbar Al Baker, directeur général de Qatar Airways Group, cité dans le communiqué de presse de Skytrax. La consultation réalisée en ligne est « 100 % indépendante et impartiale », promet l’organisme.

Voici le top 10 :

1. Qatar Airways

2.

Lire Plus =>

La surveillance, stade suprême du capitalisme ?

— Par Frédéric Joignot —

Depuis vingt ans, un capitalisme mutant mené par les géants du Web s’immisce dans nos relations sociales et tente de modifier nos comportements, analyse l’universitaire américaine Shoshana Zuboff dans son dernier ouvrage. Mais son concept de « capitalisme de surveillance » ne fait pas l’unanimité.

Elle s’appelle Shoshana Zuboff. Elle occupe la chaire Charles Edward Wilson à la Harvard Business School et ses travaux racontent les enthousiasmes, les déceptions et les inquiétudes de tous ceux qui ont vu les nouvelles technologies conquérir nos sociétés.

Shoshana Zuboff a été l’une des premières à analyser la manière dont l’informatique transformait le monde du travail. Cette pionnière dans l’étude détaillée des bouleversements du management s’est félicitée, au départ, de l’arrivée de « travailleurs du savoir ». Elle a perçu très tôt que l’extension d’Internet et la généralisation des ordinateurs personnels permettraient de fonder une « économie nouvelle » capable de répondre aux besoins des individus et de renforcer le pouvoir des consommateurs.

Puis elle a été terriblement déçue. En janvier, Shoshana Zuboff a résumé ses craintes dans The Age of Capitalism Surveillance (Public Affairs, non traduit).

Lire Plus =>

L’Organisation Internationale du Travail ( O.I.T.) met en garde les Antilles contre « le chaos qui vient « .

— Par Jean-Marie Nol —
Actuellement se déroule en Suisse 🇨🇭 une grande conférence de l’O.I.T., (organisation mondiale du travail) où une quarantaine de chefs d’État et de gouvernement se penchent sur l’avenir du marché du travail soumis selon les dires du secrétaire général de l’organisation à des changements dramatiques. Dans le monde, le marché du travail connaît de profondes transformations dues à la technologie. L’Organisation internationale du travail s’y intéresse de près et insiste sur la nécessité de dispenser de la formation tout au long de la vie.
Il y a cent ans, l’Organisation internationale du travail naissait sur les ruines de la Première Guerre mondiale. Aujourd’hui, elle célèbre un siècle d’existence à un moment critique. Jamais le marché de l’emploi n’a connu d’aussi profondes transformations en raison d’avancées technologiques fulgurantes. S’il nécessite ici ou là des réformes de fond pour assurer une prospérité synonyme d’emplois, il est aujourd’hui profondément bousculé par la 4e révolution industrielle, l’intelligence artificielle et la robotisation. Aujourd’hui au centenaire de l’O.I.T. est organisé une conférence , avec des enjeux qui nous concerne nos îles Antillaise au premier chef.

Lire Plus =>

Guyane: qu’est-ce que la «Montagne d’or», ce projet minier dans le viseur du gouvernement?

— Par Clémentine Maligorne —
L’avenir d’un projet de mine d’or géante en Guyane sera tranché après le mois de juin, selon le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, après des réserves émises lundi par Emmanuel Macron.

La «Montagne d’or», c’est un peu le Notre-Dame-des-Landes guyanais du moment. Ce grand projet de mine d’or à ciel ouvert, en pleine forêt tropicale, est depuis plus d’un an au cœur d’une guerre ouverte entre partisans et opposants. Le gouvernement est sommé par ses détracteurs de le stopper net.

• Qu’est-ce que la «Montagne d’or»?

Il s’agit d’un méga projet industriel d’extraction d’or en Guyane, le plus important projet français de mine d’or à ciel ouvert. Ce site minier de 800 hectares sur 200 mètres de profondeur se situerait à quelques centaines de mètres d’une réserve biologique intégrale, où vivent plus de cent espèces protégées, au sud de Saint-Laurent-du-Maroni. Il faudra pour l’installer déboiser des hectares de la forêt amazonienne qui couvre cette partie de la Guyane. Il est prévu d’utiliser du cyanure pour extraire le métal précieux, à côté d’un fleuve qui, 100 kilomètres plus bas, alimente en eau des villages.

Lire Plus =>

La mondialisation a (aussi) du bon!

Le nombre de pays pauvres divisé par deux en près de 20 ans

La Côte d’Ivoire, productrice de cacao, n’est plus dans la catégorie des pays à faibles revenus.
Selon le dernier rapport de la Banque mondiale sur les perspectives économiques mondiales, le nombre de pays pauvres a été divisé par deux en près de vingt ans. Il y aurait aujourd’hui 34 pays classés dans la catégorie «pays à faible revenu» contre 64 en 2001. Cette catégorie fait référence aux pays où le revenu national brut par habitant est inférieur à 995 dollars.

Parmi les pays qui ne sont plus considérés comme extrêmement pauvres figurent la Côte d’Ivoire, le Mozambique, l’Arménie ou l’Azerbaïdjan.

Lire Plus =>

Vers l’interdiction de détruire les invendus de produits non alimentaires…

Un projet de loi à l’étude propose d’imposer aux marques de donner ou de recycler leurs invendus, y compris dans le domaine du luxe. Si cette mesure française est adoptée, ce serait une première mondiale dans la lutte contre le gaspillage.

La destruction des invendus non alimentaires va être interdite d’ici deux à quatre ans en France, a annoncé mardi 4 juin le Premier ministre Édouard Philippe.

« Ce sera une première mondiale », s’est-il félicité. Cette mesure vise à imposer de donner ces produits ou de les recycler, à partir de fin 2021 ou de fin 2023 suivant les cas, en complément aux mesures déjà adoptées ces dernières années contre le gaspillage alimentaire.

« Un gaspillage scandaleux »

Aujourd’hui, plus de 650 millions d’euros de produits non alimentaires neufs et invendus sont jetés ou détruits chaque année, soit cinq fois plus que les dons de ces mêmes produits, selon Matignon. Sont concernés par exemple les vêtements, l’électroménager, les produits d’hygiène ou de beauté, etc.

« C’est un gaspillage qui choque l’entendement (…) un gaspillage scandaleux », a souligné Édouard Philippe, venu annoncer la mesure dans un magasin CDiscount dans le 11e arrondissement de Paris.

Lire Plus =>

« L’impasse budgétaire » de Fort-de-France : aller simplement à l’essentiel

— Par Marie-Laurence Delor(*) —

Il faut être clair: ceux que les électeurs de Fort-de-France auront choisis aux échéances de 2020 pour être à la tête de l’administration de la ville se trouveront face aux mêmes difficultés que l’actuelle édilité. Les vraies questions sont par conséquent comment sortir de la spirale de l’endettement cumulé et comment revenir à l’équilibre budgétaire? On ne saurait prétendre répondre de manière exhaustive dans le présent texte. Le propos se limitera à poser très simplement, le plus souvent de manière factuelle, les termes du débat. 1/ identification des principales raisons de « l’impasse budgétaire » 2/ évaluation synthétique de l’efficacité de la communication des oppositions sur la question 3/ l’urgence d’une nouvelle offre politique pour fonder la critique et contenir la débâcle.


1. Identification des principales raisons de « l’impasse budgétaire »

Pour comprendre les principales raisons de « l’impasse budgétaire il faut, selon nous, considérer à la fois le contexte et les choix politiques:

  • Le contexte. On notera d’abord, au niveau macro-politique, la fin de l’Etat Providence amorcée sous la présidence de J.CHIRAC et en cours d’achèvement sous celle E.

Lire Plus =>

A.U.T.M. au service des étudiants : un exemple

— Par Manuéla Amable-Potiron —
Sylviane, étudiante, en Master Information et Communication, a contacté AUTM dans le cadre de son mémoire  « la communication de crise avec en étude, le cas la CFTU. »
Nous avons fait part de notre expertise sur ce sujet à travers différents entretiens.
Un cas d’école la dernière grève de la CFTU.

C’était l’occasion d’échanger sur les diffi

cultés des usagers, leur découragement et surtout leur profond désir de changement sur le plan des transports.
 AUTM est une association des usagers de transport de Martinique d’expérimentation, puisqu’il n’existait pas d’autre. 
 En développant ses actions AUTM diffuse ses connaissances et met à disposition ses compétences.

Lire Plus =>

Jambon, lasagnes, sodas… Une étude alerte sur les dangers des aliments ultra-transformés

— Par Solenne Le Hen —
Les chercheurs ont observé une association entre la part d’aliments ultra-transformés dans le régime alimentaire des participants et un risque accru de maladies cardiovasculaires.

Manger des saucisses ou des soupes déshydratées pourrait augmenter le risque d’accident vasculaire cérébral ou même d’infarctus : c’est ce que conclut une étude de l’Inserm, publiée jeudi. Cette étude, qui s’est penchée sur les aliments qu’on appelle « ultra-transformés », porte sur plus de 100 000 Français volontaires qui participent régulièrement au projet Nutrinet-Santé.

Ces dernières années, les chercheurs avaient déjà établi un lien entre les aliments ultra-transformés et les risque de cancers, de troubles digestifs, et conclu aussi à une hausse de la mortalité. Cette fois-ci, ils se sont penchés sur les maladies cardiovasculaires, toujours en étudiant ce que mangent les 100 000 Français qui participent au projet Nutrinet. Ils ont regardé ce qu’on appelle les aliments ultra-transformés : sodas, barres chocolatées, lasagnes…

Lire Plus =>

Le Nutri-Score : l’information nutritionnelle en un coup d’œil

Pour rendre plus lisible et compréhensible l’étiquetage nutritionnel, un logo peut désormais être apposé sur les emballages. Conçu dans le cadre du Programme National Nutrition Santé, le Nutri-Score fait ainsi progressivement son apparition dans les rayons. Explications.

Obligatoire sur tous les aliments préemballés, le tableau des valeurs nutritionnelles est bien souvent difficile à décrypter pour les consommateurs. Valeur énergétique des produits, teneurs en graisses, acides gras saturés, glucides, sucres, protéines et sel pour 100 g ou 100 ml de produit : les informations y sont nombreuses. Pour en faciliter la compréhension, le règlement européen autorise l’apposition d’une information nutritionnelle complémentaire sur les emballages.

Voir la vidéo

Dans le cadre de la loi de Santé de 2016, le gouvernement français a recommandé la mise en place d’une information nutritionnelle claire, visible, et facile à comprendre pour tous. L’objectif : améliorer l’information nutritionnelle figurant sur les produits et ainsi aider les consommateurs à acheter des aliments de meilleure qualité nutritionnelle.

Quelle forme prend cette information nutritionnelle ?

C’est le Nutri-Score, un logo à 5 couleurs apposé sur la face avant des emballages, qui a été retenu pour présenter cette information.

Lire Plus =>

La rupture Huawei/Google: qu’est-ce qui va changer pour les consommateurs?

— Par Lucie Ronfaut —

Huawei, géant chinois des smartphones, n’aura bientôt plus le droit d’accéder à certains services de Google et du système d’exploitation mobile Android.

C’est l’agence Reuters qui, dimanche soir, a lâché la bombe. Google a suspendu ses relations commerciales avec le géant chinois des nouvelles technologies Huawei. Cette décision s’inscrit dans un conflit plus global entre le gouvernement de Donald Trump et les autorités chinoises. Pourquoi un tel affrontement? Et quelles conséquences pour les consommateurs des smartphones Huawei, y compris en France? Le Figaro répond à vos questions.

● Qu’est-ce qu’a annoncé Google?

Dimanche, suite à la publication d’un article de l’agence Reuters, Google a confirmé qu’il allait suspendre ses relations commerciales avec Huawei. Cette entreprise chinoise se spécialise dans les équipements télécoms et les smartphones. Or, ces derniers sont équipés, comme l’immense majorité des téléphones intelligents dans le monde, d’Android, le système d’exploitation mobile de Google. Huawei se servait jusqu’ici d’une version modifiée du logiciel. Ses utilisateurs avaient aussi accès à Google Play, une plateforme qui permet aux internautes de télécharger des applications approuvées par Google pour fonctionner avec Android.

Lire Plus =>

Colis postaux en Outre-mer : vers une harmonisation du prix avec l’hexagone?

Une proposition de loi signée par plusieurs députés suggère de supprimer la différence entre les prix des colis postaux en métropole et en Outre-mer.

« Une entorse à l’universalité du service postal ». Envoyer un colis postal depuis ou à destination des Outre-mer coûte « plus cher que dans l’Hexagone », ce qui constitue « une discrimination », a dénoncé jeudi le député LFI de La Réunion Jean-Hugues Ratenon. Pour y remédier, il a élaboré une proposition de loi visant à supprimer cette différence de prix au sein du service postal.

Le texte, signé par 37 députés de tous les groupes politiques – dont le président LREM de la délégation aux Outre-mer de l’Assemblée nationale Olivier Serva -, fait le constat que les colis postaux de plus de 100 grammes en provenance ou à destination des Outre-mer « connaissent des tarifs très éloignés de ceux envoyés sur le territoire hexagonal » et qu’il s’agit d' »une entorse à l’universalité du service postal ».

Lire Plus =>

Construire un transport de qualité

— Communiqué de la présidente de l’AUTM, Manuéla Amable-Potiron —

Le transport reprend pour la plus grande joie des usagers après une longue absence. 
57 jours sans transport en commun  ont perturbé bon nombre des usagers.

La grève a gêné le quotidien des usagers, compliqué la vie de certains  salariés qui
ont perdu leur emploi,  d’autres leurs bourses, à cause du  non respect de la mise en place du service minimum.
L’ AUTM  exige l’application du service minimum en cas  de grève.

 L’AUTM exige  la fin  d’une multitude de pannes.

AUTM réclame que  maintenance des bus soit  effectuée après cette longue  la période de grève sur le réseau de la Cacem.

Comment en sommes-nous arrivé là ?

Juin 2019 fera 19 ans que la CFTU à pris en main le transport sur le réseau de la Cacem.  
19 ans de galère, 19 ans de souffrance,  19 ans de ras le bol des usagers !

AUTM  regrette  l’inaction de certains élus et maires, et du  Président de la Cacem durant cette longue période de turbulence.

Nous avons un défi à relever : Construire un transport de qualité.

Lire Plus =>

Il mange un durian, l’éthylotest change de couleur

Arrêté pour conduite en état d’ébriété, un automobiliste chinois a été rapidement disculpé. Il avait mangé du durian, un fruit asiatique, qui a fait bondir son alcoolémie. Ce n’est pas la première fois que le durian, à la célèbre odeur nauséabonde, fait parler de lui. Il a déjà été à l’origine d’évacuations de lieux publics et a même cloué des avions au sol…

Les résultats sont tombés immédiatement. L’automobiliste arrêté par les policiers, ce 17 avril dans le district de Rudong, dans l’est de la Chine, a trop bu. L’éthylotest dans lequel il vient de souffler révèle que son taux d’alcool dans le sang est supérieur à la limite autorisée.

Mais l’homme se met à protester. « Je viens juste de manger du durian ! », s’exclame-t-il. Selon lui, c’est ce fruit, très populaire dans de nombreux pays d’Asie mais à l’odeur nauséabonde, qui a fait grimper son alcoolémie.

L’automobiliste se soumet alors à une prise de sang. Et cette fois, les tests lui donnent raison : selon ces nouveaux examens, il n’avait pas un milligramme d’alcool dans le sang quand il conduisait.

Lire Plus =>

Cantines : 50 % de produits durables de qualité (dont 20 % de bio) dans les assiettes d’ici 2022

Les repas servis en restauration collective devront, d’ici le 1er janvier 2022, compter 50 % de produits alimentaires durables de qualité dont au moins 20 % de produits issus de l’agriculture biologique. C’est ce que prévoit en effet l’article 24 de la loi dite EGalim du 30 octobre 2018. Un décret publié au Journal officiel du 24 avril 2019 vient pour sa part apporter notamment un certain nombre de précisions sur les catégories de produits durables de qualité.

Les signes ou mentions pris en compte concernant la qualité des produits alimentaires ou la préservation de l’environnement sont :

  • le label rouge ;
  • l’appellation d’origine ;
  • l’indication géographique ;
  • la spécialité traditionnelle garantie ;
  • la mention « issu d’une exploitation de haute valeur environnementale » ;
  • la mention « fermier » ou « produit de la ferme » ou « produit à la ferme », pour les produits pour lesquels existe une définition réglementaire des conditions de production.

noter :

En France, la restauration collective sert chaque année 3,7 milliards de repas.

Lire Plus =>

Ce qui change le 1er mai 2019

Le mois de mai arrive avec quelques changements. Voici ce qui vous attend à partir de ce mercredi.

●  La CSG baisse pour certains retraités

Le 10 décembre dernier, lors de son allocution devant répondre à la crise des «gilets jaunes», Emmanuel Macron avait annoncé cette mesure: «Les retraités sont une partie de la nation. Pour ceux qui touchent moins de 2000 euros, nous annulerons en 2019 la hausse de la CSG qui a été subie». À partir de ce mercredi, le taux de prélèvement de la Contribution sociale généralisée repassera donc à 6,6% au lieu de 8,6%pour les retraités dont la pension nette mensuelle est inférieure à 2000 euros.

Les retraités concernés par l’annulation de cette hausse de 1,7 point seront remboursés le 9 mai pour l’intégralité des montants versés en première partie d’année. Selon la ministre de la Santé Agnès Buzyn, 3,5 millions de foyers sont concernés par cette annonce.

● Les tarifs réglementés de vente de gaz diminuent

Il s’agit également d’une réponse du gouvernement au mouvement des «gilets jaunes»: les tarifs réglementés de vente de gaz d’Engie continueront de diminuer ce mercredi 1er mai.

Lire Plus =>

AUTM continue son travail de défense des intérêts  des usagers

— Par Manuéla Amable-Potiron, présidente de l’AUTM —

Le  vendredi 26 avril nous avions une réunion de travail  avec le maire de FdF

La rencontre s’est déroulée en présence du Collectif de Schœlcher représenté par Mr Jean-Pierre Lugieri et AUTM représentée par Manuéla Amable-Potiron.

A l’ordre du jour

La mise en place d’un service minimum sur Schœlcher qui tarde à venir malgré une décision du tribunal. 

 Le mauvais fonctionnement des autres lignes desservies par le groupement   Gtac dont les bus ont été vandalisés.

Il a été question de la nécessité d’un service minimum rapide sur l’ensemble du territoire CACEM  pour mettre fin  à la débrouille, et  à, l’asphyxie des 4 communes.

 Le maire a   abordé très longuement  la genèse, des transports sur le territoire et  des difficultés des co et sous traitants de la CFTU. Il réaffirme son impuissance  n’ayant  pas la compétence transports.

Il faut donc à l’évidence un vrai dialogue social entre les parties concernées, et surtout  une réorganisation complète de celui-ci.  Les associations  sont aussi des partenaires de ce dialogue et comptent jouer pleinement leur rôle.

Lire Plus =>

Faut-il refonder la culture créole ?

— Par Jean-Marie Nol —

La crise morale que vit la Guadeloupe aujourd’hui est d’abord une crise de la culture créole avant que d’être une crise d’adaptation au monde technologique . L’échec des politiques économiques menées depuis cinquante ans de départementalisation , mettant à l’écart la dimension culturelle propice au développement , doit conduire à une réflexion en profondeur tendant à donner une nouvelle impulsion au patrimoine culturel local dans la vie publique, privée et professionnelle. Il s’agit de se penser en guadeloupéen , en identifiant l’intérêt de son pays à celui de la France hexagonale . Il s’agit, en même temps, de se penser en citoyen du monde, un monde où » le localisme ‘ne va pas sans l’interdépendance planétaire.
Il faut décoloniser les mentalités en Guadeloupe c’est-à-dire rendre les esprits à la fois soucieux de sauvegarder les valeurs culturelles créoles et ouverts à l’intégration des apports en provenance de l’extérieur. Il faut changer les attitudes et les comportements de la majorité des guadeloupéens qui ont tendance à penser que tout ce qui provient d’Europe est nécessairement supérieur à ce qui vient de leur propre terroir, qu’il s’agisse des ressources tirées de la nature ou des produits issus de la culture.

Lire Plus =>

Pierre Larrouturou : pour financer les retraites, passons à la semaine de 4 jours !

— Propos recueillis par Louis Nadau —

Alors que le gouvernement ouvre la porte à une augmentation de la durée de travail, Pierre Larrouturou, candidat PS – Place Publique – Nouvelle donne aux élections européennes, plaide pour que le travail soit davantage partagé afin d’augmenter le nombre de cotisants pour les retraites.

Pierre Larrouturou est économiste, spécialiste de la question du partage du temps de travail. Il est candidat en cinquième position sur la liste PS – Place Publique – Nouvelle donne (mouvement dont il est fondateur) aux élections européennes. Alors que la concertation sur la réforme des retraites se tend de plus en plus sur la question du recul de l’âge de départ, et alors que l’idée de la suppression d’un jour férié fait également son chemin, l’ancien conseiller régional d’Île-de-France défend une réduction du temps de travail hebdomadaire, permettant selon lui de rééquilibrer la balance entre population active cotisante et retraités.

Marianne : Pour justifier la réforme des retraites, le gouvernement fait valoir la nécessité d’équilibrer le système en tenant compte de l’allongement de l’espérance de vie.

Lire Plus =>

Des bus aux pneus crevés !

— Par Manuéla Amable-Potiron, présidente de l’AUTM —

Plus de quatre mois d’attente, de souffrance et d’exaspération sans transport pour finalement trouver une issue à cette agonie sociale,

Pourtant des personnes mal intentionnées ont vandalisé des bus.
Quel intérêt de laisser une partie des usagers sans transport ?
9% de la population ce n’est pas rien.

Quel intérêt à ne pas mettre en place le service minimum ?
Pourquoi pénaliser les usagers une nouvelle fois alors que tout était prêt pour retrouver un transport minimum sur le réseau de la Cacem.

Le transport est un lien social de notre économie.
AUTM déplore ce nouvel incident.
AUTM dénonce toute forme de violence qui nous prive de transports.

Ce conflit à sérieusement pénalisé les usagers entrainant des surcouts inacceptables.
Ces perturbations incessantes rendent la vie des usagers insupportable.
La confiance sera t-elle au rendez-vous, seuls les usagers pourront le dire. Un premier pas doit être fait.

Pour les usagers de Schœlcher, AUTM réclame un dédommagement à la hauteur du préjudice subi par le manque de bus sur le réseau de la Cacem

AUTM demande également un dédommagement pour les usagers de Fort de France, du Lamentin ainsi que Saint-Joseph.

Lire Plus =>

Bourse de lycée : c’est le moment de faire votre demande en ligne

Vous avez un enfant collégien qui intègre un lycée à la prochaine rentrée ou bien un lycéen qui n’est pas encore boursier et vous avez besoin d’une aide financière ? La campagne des demandes de bourse de lycée pour l’année scolaire 2019-2020 est ouverte et se terminera le jeudi 4 juillet 2019.

La bourse de lycée est une aide financière accordée sous conditions de ressources pour permettre aux parents éligibles d’assumer les frais liés à la scolarité de leur enfant (fournitures, manuels scolaires, etc.). Elle se décline en 6 échelons qui déterminent le montant qui sera alloué selon le nombre d’enfants à charge composant le foyer et les revenus des parents.

Quels sont les critères ?

  • Les ressources de la famille : le revenu fiscal de référence inscrit sur l’avis d’imposition 2018 concernant les revenus de 2017 (en cas de modification substantielle de votre situation entraînant une diminution de ressources, vos revenus de l’année 2018 peuvent être pris en compte) ;
  • Les enfants à charge : le nombre d’enfants mineurs ou en situation de handicap et le nombre d’enfants majeurs célibataires à votre charge.

Lire Plus =>

16e Festival des accras de Fort-de-France

Jusqu’au 20 avril 2019 de 7 h à 16 h. Marché couvert

Les acras, appelés également « marinades » aux Antilles et en Guyane (dénomination désormais peu usitée pour éviter la confusion avec la marinade de la cuisine française), sont d’origine africaine. Dans la langue ewe, parlée au Dahomey, ce mot signifie « beignet de légumes ».
Apéritif traditionnel de ti-punch, acras de morue, et boudins créoles, de la cuisine antillaise

Antilles et Guyane

En Guadeloupe, en Haïti, en Martinique, et en Guyane, ils sont de consistance légère, moelleux et croustillants, et peuvent être plus ou moins doux, ou relevés avec du piment de Cayenne, piment oiseau, sauce chili, et autres Tabasco (sauce), et préparés également avec des crustacés, poissons, ou légumes, avec par exemple des crevettes, langoustes, oursins, thon, chaubettes (coquillages), titiris…

Des acras aux légumes, au giraumon (sorte de potiron) et au malanga sont traditionnellement consommés les jours de jeûne du Vendredi saint, dans les familles catholiques pratiquantes des Antilles.

Espagne et Portugal
Les acras de morue font également partie des cuisine catalane, cuisine espagnole, et cuisine portugaise, sous le nom de « beignets » (bunyols en catalan; buñuelos en espagnol; pastéis ou bolinhos en portugais).

Lire Plus =>

Nou anrajé !Yo anrajé !

— Par Manuéla Amable-Potiron, Présidente de l’AUTM —

Depuis presque 5 mois, les usagers n’en peuvent plus.  Yo anrajé !
Certains usagers qui travaillent avec des personnes âgées ne sont plus capables de se rendre sur leur lieu de travail, d’une part car ils sont fatigués, d’autre part manque de moyen financier et manque de transport.

Quand certains automobilistes s’arrêtent c’est pour culpabiliser nos usagers par leurs remarques:

L’emploi que vous occupez nécessite un véhicule
Il faudrait que les usagers passent le permis.
Yo pa ni fwè, sè….
Des remarques désobligeantes qui poussent les usagers à faire la route à pied.

Lire Plus =>

An Nou monté la CTM. Vini épi  nou !

Toutes et tous lundi 1er avril à 9h Place Victor Schoëlcher (à  côté de la poste)

Un collectif a pris l’initiative de réunir des usagers de Schœlcher et de l’agglomération centre  afin d’être entendu par l’autorité organisatrice du transport en Martinique.

Ce collectif a sollicité la présence de AUTM pour les accompagner et les soutenir dans leur démarche .Nous serons présents car il s’agit de défendre le droit à la mobilité des usagers. Unis nous serons plus forts et   peser pour sortir de cette crise. Aujourd’hui le conflit concerne la Martinique entière et n’est plus celui d’une entreprise privée et ses employés.

Quatre mois de souffrance sans transport. Un niveau d’exaspération renforcé à cause d’une médiation lente et difficile.

Pour le moment pas d’issue au blocage qui pénalise  la population du Centre .

Unissons-nous et  Mobilisons nous afin de  sortir  de cette crise sans précédent.

 

Un service de co voiturage sera mis en place

AN Nou monté la CTM

Vini épi  nou !

La présidente

Manuéla Amable-Potiron

Lire Plus =>

Comportement Syndical ou Mafieux ?

— Par Pierre Alex Marie-Anne —
C’est la question qu’on peut légitimement se poser à voir l’évolution du conflit à la société de transport SOTRAVOM.
La menace d’une gréve générale est actuellement agitée dont on a le plus grand mal à comprendre la justification.
Son promoteur, chez qui cela devient une véritable marotte,tente d’expliquer qu’il s’agit de protester contre le comportement du Directeur de cette entreprise à qui il est reproché de faire rouler des véhicules en mauvais état,voire dangereux,et qui refuse , paraît-il ,toute discussion mais annonce néanmoins son intention de licencier huit salariés ,en « droit de retrait » depuis quatre mois.
Comme de juste, on entend déjà “le chœur des pleureuses  » apitoyant sur le sort de ces malheureux pères de familles chargés de nombreux enfants à qui ils ne peuvent même pas assurer le pain quotidien.
L’ennui est que toute cette mise en scène théâtrale ne vise qu’à cacher la réalité : Droit de retrait ? décidé unilatéralement par les salariés et non reconnu par la Direction du Travail, seule compétente en la matière avant l’intervention du juge ; comment dans ces conditions se plaindre du non-paiement des salaires alors que la décision de ne pas travailler incombe aux seuls intéressés qui semblent préférer s’adonner aux dominos et aux cartes devant le siège de l’entreprise ;Il sagit en réalité d’une gréve déguisée ,qui n’ose pas dire son nom, et dont les intéressés doivent assumer pleinement et dignement les conséquences.

Lire Plus =>