“Vivre” texte et m.e.s. Hugo Paviot avec David Arribe

— Par Michèle Bigot —

Festival d’Avignon off 2017, Présence Pasteur 7>30 juillet

Vivre est l’histoire d’Alexandre, un ancien peintre célèbre, qui a investi sa fortune dans une fondation destinée à recueillir les enfants victimes de maltraitance. Il est en ce moment invité par l’ambassade de France d’un pays du Moyen-Orient. Ce pourrait être l’Irak, ou la Syrie. Pour cette ville en guerre où il débarque, on pense aussi à Beyrouth, ou à Kaboul. Aucun détail ne ne permettra d’identifier le pays, tant la situation est identique dans tous ces pays du Moyen Orient dévastés par la violence meurtrière. Un attentat suicide vient d’avoir lieu en pleine réception de l’ambassadeur. Un enfant Kamikaze s’est fait exploser en tuant avec lui une dizaine de personnes. Alexandre en réchappe par chance ; il a assisté à la cérémonie, il a vu l’enfant kamikaze s’avancer vers la tribune, et au moment fatal il s’est retourné et à échanger un regard avec une fillette qui s’apprêtait à faire actionner le déclencheur de sa ceinture d’explosif. Mais le déclencheur n’a pas fonctionné. Depuis lors, Alexandre, au péril de sa vie, erre dans la ville à la recherche de cette fillette qu’il veut ramener à la lumière de l’enfance. Il va connaître une véritable descente aux enfers, tour à tour enfermé, exfiltré de force, évadé puis prisonnier d’un terroriste, enseveli sous les bombes. Mais il conserve son ambition première : conserver en lui la part d’humain et continuer à voir en l’autre la part humaine.

La pièce est donc un récit monologué et interprété par l’acteur David Arribe, seul en scène. La scénographie minimaliste permet néanmoins d’imaginer les scènes de carnage, l’épouvante et le fond de l’horreur. L’espace scénique est délimité par un jeu de quatre croix qui seront déplacées en fonction des épisodes pour évoquer un espace d’enfermement à l’intérieur de ce carré imaginaire, dont l’aire se rétrécit au fur et à mesure que progressent les scènes d’épouvante. La métaphore est celle du ring de boxe. Des bribes de dialogue, réel ou imaginaire enrichissent le récit. Le propos de la pièce comme la scénographie soutiennent l’importance de l’expression artistique dans la construction des individus. Alexandre entend soigner les enfants par le dessin et sauver la fillette kamikaze. Il s’agit de se dresser contre la déshumanisation à l’œuvre dans cette partie du monde, de refuser la logique barbare qui veut étouffer l’humain dans la violence. Le récit d’Alexandre porte ce projet dans un monologue toujours adressé. Même au plus profond de l’enfermement, Alexandre parle toujours à quelqu’un , fût-ce à son geôlier muet. Le texte est une partition musical. « Chaque phrase, chaque mot comportent en eux l’élément et la force vitale d’un homme qui n’a plus qu’eux pour défier la mort. » dit Hugo Paviot.

Le jeu de l’acteur est extrêmement maîtrisé dans sa diversité : tour à tour hagard (quand il vient d’échapper à l’attentat) , emphatique par moments et désespéré ou ironique dans d’autres. La lumière joue ici un rôle particulier ; toutes les sources de lumière sont apparentes, situées au sol. Les projecteurs sont dirigés vers le comédien. Lumière rasante, éclairage latéral, ambiance de fin du monde, glauque, enfumée. Une scène est éclairée par le vidéoprojecteur quand Alexandre regarde les enregistrements vidéo des caméras de surveillance. L’ambiance sonore est aussi inquiétante que la lumière : elle résulte d’un montage de sons distordus. La brutalité de la guerre est sonorisée d’emblée par l’explosion d’une bombe.

Vivre est le troisième volet de « La trilogie d’Alexandre ». Le drame se termine par ces mots : « le désir de vivre ». Dans cet univers déshumanisé, Alexandre représente cette force qui traverse l’enfer.

Le comédien porte le texte avec une intensité rare. On en sort éprouvé mais confiant, et plein de curiosité pour les futures créations de Hugo Paviot.

Michèle Bigot

Madinin’Art