Étiquette : Viktor Lazlo

Musique et chansons à l’Atrium : Viktor Lazlo, Mariejosé Alie

— Par Selim Lander —

Il y a longtemps que l’on n’avait pas vu la grande salle de l’Atrium aussi remplie de monde. Peut-être parce que la crainte de la COVID s’éloigne et que les contraintes se relâchent (malgré une recrudescence des cas post-carnaval), sans doute aussi en raison des deux têtes d’affiche de la soirée. Mariejosé Alie a été journaliste de télévision en Martinique avant de continuer sa carrière en France. On l’a beaucoup vue et entendue récemment à la suite de la sortie de son livre Entretiens avec Aimé Césaire. Quant à Viktor Lazlo, elle est une habituée de la Martinique, non seulement du plateau de l’Atrium mais encore des réunions littéraires, puisque elle-même romancière, elle organise ici le festival Ecriture des Amériques et, depuis peu, les Cafés littéraires du Diamant.

Un concert avec deux têtes d’affiche, c’est prendre des risques. Celle qui passe en premier – Mariejosé Alie en l’occurrence – court le risque d’être prise pour un de ces faire-valoir auxquels on ne prête guère attention, étant dans l’attente de LA vedette de la deuxième partie.

→   Lire Plus

Double concert : Marijosé Alie/ Viktor Lazlo

 MARIJOSÉ ALIE

Journaliste, chanteuse, auteure, Marijosé Alie s’est imposée dans le paysage médiatique et cultuel martiniquais.

En1983 avec le groupe Malavoi elle enregistre Caressé Mwen qui connaîtra un énorme succès. Depuis, elle n’a jamais eu de cesse d’écrire et de composer. Son dernier album, Madanm, vient ponctuer une nouvelle étape du parcours de celle qui n’aura jamais cessé de garder le poing levé. Telle une ode pour les femmes qui essaient de toutes leurs forces de construire un avenir pour ce monde qui ne serait pas sans elles…

Entre ballades, rythmes caribéens en créole ou en anglais, elle confirme son identité musicale entre sensibilité et révolte.

Piano & chant : Marijosé Alie
Basse & contrebasse : Alex Bernard
Percussions : Nicol Bernard
Guitare : Mike Ibrahim
Crédit photo : Mike Ibrahim


VIKTOR LAZLO

SUDS

Viktor Lazlo est une artiste plurielle et polymathe qui porte haut et fort ses racines martiniquaises et grenadiennes.

Romancière estimée (prix Charles Brisset) à présent éditée chez Grasset, Chanteuse renommée (avec plus de 4 millions d’albums vendus dans le Monde) et Comédienne régulièrement sollicitée (pour de nombreux films au cinéma et à la télévision).

→   Lire Plus

Les Cafés littéraires du Diamant

— Par Michel Herland —
La Martinique est terre d’écrivains et de lecteurs qui ne sont pas tous écrivains. La Librairie Alexandre n’a pas sombré faute de lecteurs mais à cause de l’impéritie de certains édiles municipaux qui avaient pris la mauvaise habitude de laisser en souffrance les factures de livres et de fournitures scolaires. Pour triste qu’elle soit, la disparition de cette librairie historique du centre de Fort-de-France, de même que les difficultés de la Librairie Antillaise, ne privent pas les Martiniquais de livres, d’autres librairies existent offrant un large choix, depuis les bandes dessinées jusqu’à la littérature la plus raffinée, de quoi satisfaire les curiosité diverses des lecteurs.

Il y a pour autant bien peu d’événements autour des livres. Aussi faut-il saluer l’initiative du directeur de l’hôtel Diamant Les Bains qui a entrepris de prolonger, avec la participation active de Viktor Lazlo, le festival Écritures des Amériques, en organisant des rencontres mensuelles avec un écrivain. Des passionnés de la littérature avaient répondu à l’appel, le 23 février, pour écouter David Foenkinos dialoguer avec Viktor Lazlo avant de se prêter au jeu des questions de la part du public.

→   Lire Plus

Viktor Lazlo ; « Love me tender »

— Par Selim Lander —

Avant le festival des Petites Formes qui commence dès mardi, la fin de la semaine dernière a fait s’enchaîner deux spectacles « martiniquais » de grande qualité : jazz d’abord avec Viktor Lazlo ; danse ensuite avec Jean-Hugues Mirédin et la cie Art&fact.

Viktor Lazlo, chanteuse d’origine martiniquaise qui poursuit une brillante carrière internationale chante le jazz tel qu’on l’aime. Si cela avait un sens, on dirait que le meilleur concert du Martinique Jazz Festival 2016 a eu lieu hors festival, le 13 janvier 2017, et que c’était le récital de Viktor Lazlo. Pourquoi apprécions-nous tant cette interprète ? Pas tellement pour sa voix, belle mais pas exceptionnelle, mais parce qu’elle a l’humilité de faire entendre la quintessence du jazz sans aucune esbroufe. On peut déjà en juger par les instruments qui l’accompagnent : piano, guitare et basse. Oui, vous avez bien lu ! Pas de batterie[1], alors qu’elle fut omniprésente pendant le festival, avec même certains batteurs leaders.

→   Lire Plus