Tag Archive for Jean-Paul Rouve

« Petit pays », un film d’Éric Barbier

À Madiana. Horaires variables.

De Éric Barbier
Avec Jean-Paul Rouve, Djibril Vancoppenolle, Dayla De Medina
Nationalités Français, Belge
28 août 2020 / 1h 53min / Drame

Synopsis :
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
Dans les années 1990, un petit garçon vit au Burundi avec son père, un entrepreneur français, sa mère rwandaise et sa petite soeur. Il passe son temps à faire les quatre cents coups avec ses copains de classe jusqu’à ce que la guerre civile éclate mettant une fin à l’innocence de son enfance.

La presse en parle :

Femme Actuelle par La rédaction
Cette adaptation du roman de Gaël Faye rend bien son climat envoûtant, lourd comme un orage qui gronde, écrasant comme une terrible fatalité.

Ouest France par Gilles Kerdreux
Eric Barbier […] réussit à garder toute l’humanité d’une histoire racontée à hauteur d’enfant où on saisit la détresse de ce fils écartelé entre deux cultures.

Closer par La Rédaction
Une très belle adaptation.

La Croix par Céline Rouden
Du paradis perdu de l’enfance à l’exil, cette adaptation sensible et juste, dans laquelle Jean-Paul Rouve excelle en père aimant et lointain, reconstitue sans manichéisme la montée de la tension et de la peur ainsi que l’engrenage fatal de la haine et du racisme qui vont conduire à la tragédie.

Lire Plus =>

Dalida

-Par Guy Gabriel —

Réalisé par Lisa Azuelo ; avec Sveva Alviti, Jean-Paul Rouve, Ricardo Scarmacio, Nicolas Duvauchelle.

De sa naissance a Caire en 1933 à son premier Olympia en 1956, de son mariage avec Lucien Morisse, aux  soirées disco, de son voyage initiatique en Inde, au succès mondial de Gigi l’amoroso en 1974, on suit le parcours chaotique de Yolanda Gigliotti, alias Dalida (référence évidente au personnage biblique Dalila)

On est toujours un peu inquiet à l’annonce d’un biopic ; reconnaitra-t’ on l’intéressé ? son image ne sera-t-elle pas dénaturée ? Rien de tout cela avec le dernier film de Lisa Azuelo (LOL), car la réalisatrice adopte une mise en forme du sujet rien moins que linéaire ; en effet, si on suit l’évolution de la chanteuse de sa naissance au Caire à sa mort c’est par le biais d’une mise en image qui tente, et y réussit le plus souvent des rapports que ses chansons entretiennent avec sa propre vie.

Du coup on se trouve en face d’une véritable héroïne tragique au sens de la tragédie grecque ; toute sa vie défile devant nous comme un écartement permanent entre sa vie personnelle et sa vie professionnelle.

Lire Plus =>