Étiquette : Jan Lauwers

Festival d’Almada : dernières nouvelles de la guerre !

— par Janine Bailly —

« Guerra et terebintina, Guerre et térébenthine »

Venue de Bruxelles, la Needcompany présente, dans une adaptation et mise en scène de Jan Lauwers, la pièce « Guerra et terebintina, Guerre et térébenthine » tirée du roman éponyme que publia en 2014 Stefan Hertmans, qui obtint un vif succès et fut vite traduit en diverses langues. Sa genèse particulière se fit quand Jan, dans les années quatre-vingts, reçut de son grand-père les deux cahiers dans lesquels il avait, au cours des dix-sept années suivant le traumatisme de la Première Guerre Mondiale, relaté sa vie avec obstination et grande fidélité. Le spectacle, qui travaille sur la mémoire, intime et collective, comporte trois périodes, une première évoquant l’enfance du grand-père Urbain Martien, la deuxième figurant la guerre de tranchées à laquelle il participa, la troisième relatant la dernière période de sa vie, sentimentale, picturale et familiale.

Une mise en scène originale et efficace, une scénographie travaillée, une tension constante se révèlent propres à soutenir d’un bout à l’autre notre attention, comme à faire surgir notre émotion. Le plateau est partagé en deux espaces distincts.

→   Lire Plus

« Place du marché 76 » de Jan Lauwers : foutraque et jubilatoire!

 place_du_marche

—Par Roland Sabra—

Plus qu’une troupe de théâtre Needcompany est une troupe de performance qui, depuis sa création, s’est positionnée explicitement comme une compagnie internationale, multilingue et multidisciplinaire. La présentation en France de sa dernière création a eu lieu au Festival d’Avignon 2013. Jan Lauwers, le fondateur de la compagnie nous invite comme maitre de cérémonie à suivre la chronique de l’été à l’hiver d’ un petit village au pied d’une montagne. Reculé. Dominé par la pauvreté. » et dans lequel «  Les gens ont le cœur lourd. » Cela commence lors de la première commémoration, un an plus tard d’une catastrophe qui durement touché le village : une bouteille de gaz a explosé sur la place du marché faisant vingt-quatre morts, dont sept enfants en excursion scolaire. D’abord, on a pensé à un attentat à la bombe. Mais plus tard , on s’apercevra que c’est une fuite sur bouteille de gaz qui est à l’origine de la catastrophe.. Cause plus prosaïque moins héroïque mais les douleurs, les os brisés et les vies dévastées sont les mêmes. Ils sont là sur la place du village, la responsable, mais aussi victime clouée dans sa chaise roulante la femme du boucher/Anneke Bonnema ; son mari  toujours désirant/Benoît Gob ; la boulangère/Grace Ellen Barkey, mère qui pleure et vomit sur le cadavre de son gamin ; sa fille Pauline/Romy Louise Lauwers ; le plombier pervers Alfred Signoret/Julien Faure ; sa femme « l’étrangère » au village, Kim Ho/Sung-Im Her et leur grande fille Michèle/Yumiko Funaya, qui sera victime de pédophilie si ce n’est d’inceste…

La catastrophe n’est que l’annonce d’un enchainement de malédictions et d’évènements surnaturels qui vont s’abattre sur la communauté.

→   Lire Plus